DEPF : De fortes incertitudes persistent sur la relance sectorielle    فيروس كورونا : 2117 إصابة جديدة وثلاث وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Maroc : 573 personnes interpellées pour des fraudes lors du baccalauréat    Des milliers de personnes contre l'Otan à Madrid, ville hôte de son prochain sommet    Le pôle DGSN/DGST poursuit le démantèlement des réseaux criminels de l'émigration, arrête 57 subsahariens et reçoit l'hommage officiel de Pedro Sanchez    Abdelhamid Sabiri affiche ses ambitions    Promulgation de la charte révisée: vers une levée de l'embargo contre le Mali    Un militant politique et des droits humains attaché à ses valeurs et idéaux    Exploration spatiale : A cause d'un problème de logiciel, la Nasa reporte le lancement de la mission Psyche    Akharbach: «Les doubles standards contribuent à antagoniser les opinions publiques»    Salé : Le CN du Scoutisme Hassania Marocain tient sa session extraordinaire    L'Opinion : Selon nos voisins de l'Est, tout Marocain est un espion !    Une tentative de passage en force qui a coûté la vie à 23 Subsahariens    La situation épidémiologique au 26 juin 2022    Rabat : Etat d'alerte dans les centres sociaux    Diaspo #245 : Mahmoud Chouki, un Marocain amoureux de la musique et de la Nouvelle-Orléans    Hôtellerie. Les filiales marocaines du groupe Fram bientôt en liquidation    Le Roi Mohammed VI félicite le président de Madagascar à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi Mohammed VI félicite l'Émir qatari Cheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani    Cinquante-neuf migrants d'origine africaine interpellés entre Tétouan et Fnideq    Juventus Academy Maroc et Ariston Maroc lance «Action Foot»    Botola Pro D1 : La 29e journée se joue dans sa totalité mercredi prochain    Sidi Kacem / Zegota : Les valeurs de la bonne éducation au centre d'un colloque    Bourita: «la coopération entre le Maroc et les Nations Unies est forte»    Une délégation de députés marocains à Johannesburg pour prendre part aux travaux du Parlement panafricain    OMS: la variole du singe n'est pas actuellement une urgence sanitaire mondiale    Botola Pro : Le WAC à un point du titre national    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    La grogne des festivals de cinéma!    L'IRCAM célèbre le 18è anniversaire de l'homologation ISO    Début du sommet du G7 en Bavière – « plan Marshall » pour l'Ukraine    Températures prévues pour le lundi 27 juin 2022    Ryanair annule des vols en Belgique, en France et en Espagne suite à une grève d'hôtesses et stewards    Cartier Saada : un déficit de 25,5 MDH    Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Annulations de vols aux USA: Echange d'accusations entre les compagnies aériennes et les autorités    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    Summer 2022 : Les Marocains de plus en plus séduits par les destinations sans visa    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sur les traces des mineurs marocains en France
Publié dans Albayane le 24 - 05 - 2022

Trois questions à...Khalid Zaïri, documentariste...
Khalid Zaïri, jeune cinéaste, producteur, ayant déjà accumulé une riche expérience à la télévision (la célèbre Lalla Fatéma ou encore Bnat Lalla Mnana...) et au cinéma (fiction et documentaire), entame aujourd'hui un ambitieux projet de documentaire sur le tristement célèbre Mora, ancien officier de l'armée française, engagé par les compagnies minières pour recruter de la main d'œuvre du Maroc profond... Après la chair à canon, des bras pour le charbon. Il nous en dit plus
Tu viens de rentrer de France où tu as tourné une partie de ton film consacré aux mineurs marocains recrutés dans les années 1960 et 1970 ; dans une déclaration au média français La voix du nord, tu parles d'un film mémoriel et générationnel...Peut-on nous en dire plus ?
C'est un film sur notre mémoire collective, celle des femmes et des hommes, des exilés «économiques et climatiques », de plus de soixante-six mille marocains, essentiellement originaires du Sud du Maroc, partis travailler pour les charbonnages de France dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, tous recrutés par un seul et même homme : Felix Mora, ancien officier français.
Le film est une collecte de mémoire orale de ces valeureux hommes, il restitue des moments de leurs aventures d'exils.
Une mémoire partagée entre deux espaces et deux univers de référence, le Maroc et la France. Entre deux et trois générations, celle des pères, des fils et petits-fils. Il pallie à ces silences sur la mémoire individuelle et collective, des migrants marocains en France ; il a à cœur d'affermir le lien entre les générations, entre mineurs et leurs descendants.
Le film donne à voir tout un pan méconnu de l'histoire des mineurs marocains en France, en écho à celle de Félix Mora. Les protagonistes témoignent de la diversité des parcours et des expériences, la leur et celle de leurs parents.
Le film célèbre leur parcours de vie, la résilience de leur exil économique, il œuvre à faire connaître l'histoire méconnue des mineurs marocains en France pour leur rendre un juste hommage et perpétuer leur mémoire.
A travers ces convulsions mémorielles de mes protagonistes, le film revisite la banalité de leur blessure intérieure, de leur souffrance
Il pose aussi la question de la continuité sociale, et du rapport entre générations avec, en filigrane, les questions de reconnaissance sociale et de reconquête mémorielle.
Les témoignages de mes protagonistes sont utilisés comme un élément constitutif de l'ensemble de film et non pas comme un contrepoint illustratif ou probatoire.
Le film ambitionne de faire participer les mineurs marocains à l'élaboration de leur propre histoire, une tentative de réappropriation de l'Histoire "par le bas". Une volonté confirmée de prise de position sur le passé sur la question de l'histoire migratoire marocaine.
Comment est né le projet et quelles sont les phases qui ont marqué sa conception pour ne pas dire son écriture puisque on est dans un documentaire ?
L'idée est née à travers une discussion avec mon très cher ami et camarade Mohammed Bakrim (envers qui je suis très reconnaissant, c'est grâce à lui que j'ai pu faire des études de Cinéma) sur son blog http://assaiss-tifaouine.blogspot.com/2015/08/.
Dans sa description ethnosociologique de la route RN 203 qui relie Marrakech à Taroudannt, Mohamed Bakrim cite le nom de Félix Mora et parle des mineurs marocains en France. Nous avons évoqué alors l'idée d'un documentaire sur le sujet.
Une première monture du projet a été élaborée par Mohammed Bakrim, elle a été développée après différents repérage en France et au Maroc. Ensuite, le projet a participé à l'appel d'offre de 2M, il a été retenu.
En suite le projet a été réécrit, en fonction de l'évolution des repérages mais aussi des scripts doctoring.
Aujourd'hui la première partie a été tournée entre le Maroc et la France, la deuxième partie se fera le mois de Mai 2022.
Je tiens à remercier tous ceux qui ont cru à ce projet monsieur Réda Benjelloun de 2M, Nada Abou Ghanim, la commission du fonds d'aide (l'avance sur recettes du CCM) et le grand Producteur Norvégien Egil Odegard.
Outre le tournage en France sur la trace des anciens mineurs et de leurs descendants aujourd'hui, quelles sont les régions marocaines concernées par le sujet ?
Le film va dans le Maroc profond qui est très rarement filmé, il donne à voir certains petits villages et Douar du Sud d'où sont partis les mineurs, comme Manzala, Tenkert, Ifrane anti Atlas, Tafingoult.
Cela concerne aussi les villes comme Agadir, Ouarzazate, Tiznit, Marrakech, Guelmim.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.