Reprise de l'activité des cafés et restaurants    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Le tabagisme tue!    Maroc : allègement du déficit commercial à fin avril    Est-ce que la Bourse sur-anticipe la reprise?    Un exercice difficile dans des conditions difficiles    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Message de condoléances de SM le Roi à Mme Hélène El-Youssoufi, veuve du défunt    TAS. WAC-EST, Ahmad Ahmad livre sa version des faits    Yunis Abdelhamid nominé pour le Trophée Marc-Vivien Foé    Tunisie: le championnat reprendra le 2 août    Message de condoléances du PPS à l'USFP    Le parcours original du grand combattant    Utilisation des Big Data et de l'Intelligence Artificielle dans le combat contre le Coronavirus [Analyse]    L'intervention remarquée de Benchaâboun devant les membres du conseil d'administration de la CGEM [Vidéo]    CGEM: Les pertes des industries culturelles et créatives estimées à 2 milliards de dirhams    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Coronavirus : 15 gymnases mobilisés à Rabat pour le Bac 2020    Coronavirus : 3 nouvelles contaminations, aucun nouveau décès et 5.412 guérisons au total dimanche 31 mai à 10h00    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    Marché pour l'acquisition de 2 millions de tests Covid-19 : Le Ministère de la Santé réagit    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Le chef du gouvernement entame ses concertations avec les partis politiques représentés au Parlement    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portrait : Lotfi Bouchnak : L'authentique troubadour de la chanson arabe
Publié dans Albayane le 11 - 08 - 2010

Lotfi Bouchnak est né le 18 janvier 1952 à Tunis, d'une famille d'origine vraisemblablement bosniaque, est un chanteur, oudiste et compositeur tunisien élève de La Rachidia. Il est également ambassadeur de la paix auprès de l'ONU depuis le 12 juillet 2004 et ambassadeur honorifique du Festival de la chanson orientale à Sarajevo depuis mars 2004.
Dans les quartiers de la médina de Tunis, notamment de celui d'Halfaouine qui a produit nombre d'artistes et où se mêlait charmeurs de serpents, conteurs, musiciens de rue, et cafés chantants, Lotfi Bouchnak grandit dans un environnement qui associe l'enracinement aux principes de la famille arabo-musulmane, le rythme effervescent de son quartier et l'amour pour la musique traditionnelle tunisienne et orientale. Cette association a forgé sa forte personnalité, un sens de la perfection, une grande sensibilité et déterminé ultérieurement son parcours artistique.
Dès son jeune âge, il s'intéresse à la musique et reprend les chansons de la diva Oum Kalthoum et des maîtres de la chanson égyptienne. Il intègre ensuite la Jeunesse musicale tunisienne puis La Rachidia comme premier soliste. Il peut y pratiquer le chant, dont il améliore la technique avec le maître de la musique orientale et virtuose de l'oud, Ali Sriti. Cet apprentissage lui permet d'accéder très tôt à une maîtrise de la musique classique égyptienne et surtout d'élargir sa maîtrise des techniques vocales et instrumentales syro-andalouses et turques : muwashshahs, qasids, dawrs et maqâms irakien, chant mystique et même opéra. Ceci lui permet d'exceller dans l'interprétation du malouf et de développer un style d'interprétation particulier, avec une nette propension à l'improvisation (irtijel) - un genre de chant délaissé car difficile- sur des strophes classiques ou des poèmes en arabe dialectal ; ces derniers mettent en valeur ses qualités vocales.
Chanteur hors pair, ses possibilités vocales et sa technique lui permettent de toucher à la perfection avec ses envolées, ses variations, ses ornementations et ses pics inégalables selon Slaheddine Grichi ; il fait preuve selon lui d'intelligence et d'une extrême rigueur, ne craignant pas de bousculer l'ordre établi, d'innover et de varier son produit autant sur le fond que sur la forme.
Il a travaillé par ailleurs avec des artistes connus comme l'Egyptien Sayed Mekawi, l'Irakien Fathallah Ahmed et l'autre talent de la musique tunisienne, Anouar Brahem. En plus de ses talents d'interprète et d'oudiste, Lotfi Bouchnak commence vers le milieu des années 1980 une carrière de compositeur. Il écrit une chanson pour Cheb Khaled et des titres pour le groupe de rap marseillais IAM. Afin de veiller à la bonne exécution de ses arrangements musicaux, il a même mis en place son propre studio d'enregistrement : Midophone.
Par sa richesse et sa variété, Bouchnak a créé un répertoire unique en son genre dans la musique arabe, ce qui lui permet d'affirmer « qu'il ne cherche plus à trouver une place dans le monde artistique mais à laisser une empreinte dans l'histoire ». En effet, dans une complicité avec ses deux compagnons de route de longue date, le parolier de la majorité de ses chansons (Adem Fethi) et son arrangeur et ingénieur de son (Mohsen Matri), Bouchnak a interprété et composé tous les genres musicaux — malouf tunisien, andalou, égyptien, khaliji dont Leïla composée par le cheïkh Mohammad ben Rached Al-Maktoum symphonique, etc. - et une grande variété de thèmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.