Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accouchement par césarienne, le professeur Chenfouri explique les bienfaits de cet acte :Une pratique qui sauve des vies
Publié dans Albayane le 21 - 09 - 2010

Il y a à peine 50 ou 60 ans, la grande majorité de nos concitoyens est venue au monde grâce à l'accouchement par voie basse. Il faut rappeler que dans bien des cas ces accouchements ont eu lieu à domicile et que c'est une «Kabla» qui a veillé au déroulement de ces accouchements.
Il faut dire que le taux de mortalité maternelle était de 672 pour 100.000 naissances vivantes (haut commissariat au plan) Aujourd'hui la donne a totalement changé, prés de 85% des accouchements se déroulent en milieu hospitalisé ou la présence d'une équipe médicale spécialisée veille en permanence pour permettre aux femmes enceintes d'accoucher en toute sécurité. Et quand l'accouchement par voie basse est impossible ou susceptible de représenter un danger pour la vie de la mère ou de celle de son fœtus, la pratique d'une césarienne est souvent un acte chirurgical qui sauve des vies. Pour les besoins de notre dossier, nous avons rencontré le docteur Abdelillah Chenfouri gynécologue dans le secteur libéral à Casablanca, qui a bien voulu répondre à toutes nos questions.
*Que signifie le terme césarien ?
-C'est une opération chirurgicale permettant d'extraire le fœtus de la cavité utérine par voie abdominale après incision de l'utérus. On peut aussi dire que c'est une intervention chirurgicale permettant d'extraire l'enfant vivant lorsque l'accouchement ne peut pas s'effectuer naturellement, c'est-à-dire par voie basse.
*Qu'est ce qui justifie le recours à cette pratique ?
-Comme je vous l'ai expliqué, la décision de pratiquer ou non une césarienne est du ressort du praticien qui agit en son âme et conscience et qui est orienté dans ce choix par le souci de préserver la santé de sa patiente. Nous décidons de pratiquer la césarienne lorsque la naissance par les voies naturelles présente un risque pour la maman et l'enfant. Bien entendu il y a des indications qui sont connues pendant la grossesse, quand le médecin pratique les examens et les bilans lors des différentes consultations et il y a des indications qui pourront se présenter lors de l'accouchement.
*Quelles sont ces indications ?
- Elles sont nombreuses et variées, mais d'une manière générale on retrouve toujours les mêmes, à savoir un bassin trop étroit pour que le bébé puisse s'y engager.
Lorsque le bébé est trop gros, ou qu'il se présente par le siège. Quand il s'agit d'une grossesse multiple (des triplés…ou plus).
En cas de placenta previa, c'est à dire d'insertion basse du placenta, qui peut recouvrir le col de l'utérus et donc constituer un obstacle au passage du bébé. L'hypertension, représente aussi un risque vital pour la mère et le bébé. Quand la maman est diabétique. Les facteurs rhésus mère-enfant sont incompatibles.
Dans le cas d'utérus cicatriciel et que la naissance fait courir un risque d'hémorragie à la maman…
Je tiens à préciser que ces indications sont les plus courantes, mais il peut en exister d'autres. Dans tous les cas de figure le praticien est seul juge pour décider de la nécessité ou non d'une naissance par césarienne. Mais quand la césarienne est programmée, la décision intervient le plus souvent dans les deux semaines ou les dix jours qui précèdent la date prévue de l'accouchement.
*La césarienne représente-t-elle des risques ?
- On ne peut pas dire qu'il n'y a pas de risque. De toute manière il n'y a pas de risque zéro. En fait les risques couramment rencontrés sont ceux liés à la chirurgie. Il existe tout d'abord un risque lié à l'anesthésie, surtout si elle est générale : allergie, arrêt respiratoire ou cardiaque... C'est pourquoi on préfèrera une anesthésie locorégionale telle que la péridurale. Elle permet à la patiente de vivre l'instant de la naissance et elle est moins nocive pour le bébé. Très fréquemment employée à une dose légère au cours de l'accouchement, l'action de la péridurale est renforcée si une césarienne est décidée en cours de travail. Un risque opératoire d'hémorragie ou d'infection existe également. Ainsi qu'un risque post-opératoire de phlébite à ne pas négliger.
*Est-ce une intervention qui prend beaucoup de temps ?
- Vous savez personnellement je pense que c'est une question de dextérité des uns et des autres, des moyens humains et matériels existant au sein des blocs opératoires. D'une façon générale la compétence joue un rôle essentiel et certains praticiens sont plus rapides que d'autres. Mais il importe surtout d'être précis et méticuleux. La durée habituelle est d'environ trente à quarante-cinq minutes. En cas de complication, cela peut dépasser une heure, mais c'est très rare. Actuellement, l'utilisation de nouvelles techniques permet même d'agir en 15 minutes, toutes sutures faites !
*Est-ce une pratique courante au Maroc ?
- Il faut savoir que l'Organisation mondiale de la santé (OMS), préconise un taux 5 et 15% en ce qui concerne les naissances par césarienne. Notre pays accorde une très grande importance à la mortalité maternelle et infantile .Le ministère de la santé déploie de grands efforts pour faire baisser le taux de mortalité maternelle et pour ce faire, des actions sont entreprises pour assurer une prise en charge médicalisée de tous les accouchements. Il faut savoir que le taux d'accouchement en milieu surveillé a augmenté de 22 %, en passant de 63 % en 2003 à 83 % en 2009.
Ainsi, la proportion des femmes qui accouchent à domicile n'est plus que de 17 % contre 37 % en 2003. Quant au taux de césarienne, il est passé de 5,4 % en 2004 à 7,5 % en 2009. Par ailleurs la pratique de la césarienne est totalement gratuite au sein des hôpitaux, ce qui contribue grandement à la réduction des barrières d'accès aux soins obstétricaux et partant réduit la mortalité maternelle. Mais ces taux ont tendance à connaître une courbe exponentielle, certaines maternités du secteur public arrive à réaliser 13 voire 20 % de césariennes quand les conditions requises sont réunies (équipements, personnel qualifié, garde médicalisée, réanimation conforme aux normes, médicaments …) Le problème se pose dans les hôpitaux périphériques et au niveau des maisons d'accouchement ou il y a un manque d'équipements, pas assez de médecins gynécologue, d'anesthésiste réanimateur. C'est là ou des efforts doivent être consentis
S'agissant du secteur privé, il faut dire que la césarienne est plus pratiquée et il n'est pas exagéré de dire que ce taux avoisine les 40% dans certains établissements privés. Les considérations à ce constat sont nombreuses. Les femmes sont de plus en plus exigeantes, et veulent accoucher vite, sans douleurs et sans difficultés. Un accouchement par voie basse chez une primipare peut durer plus de 12 heures. Aujourd'hui nous constatons que tout le monde cherche la facilité, la sécurité, ce qui fait que le gynécologue se trouve confronté à des exigences auxquelles il doit répondre, faute de quoi il peut se retrouver face à des problèmes.
*Quel est le coût d'une césarienne ?
- C'est une question à laquelle il m'est très difficile de vous répondre. Chaque césarienne est un cas particulier. Vous savez l'heure quand vous entrez au bloc opératoire, mais vous ne pouvez pas savoir combien durera l'intervention. Ce qu'il convient de savoir, c'est qu'une césarienne nécessite l'intervention de toute une équipe de professionnels de santé ainsi que l'usage de quantités plus importantes d'anesthésies, de produits pharmaceutiques et de médicaments que pour une naissance normale et enfin qu'elle induit également plusieurs journées d'hospitalisation pour la mère et son bébé. Il est tout à fait normal que son prix soit supérieur à celui d'un accouchement par voie basse.
Pour conclure disons que la pratique de la césarienne quand elle est indiquée, justifiée sauve, à ne pas en douter, des vies et contribue grandement a faire chuter le taux de mortalité maternelle dans notre pays. Certaines personnes la vivent mal, s'en remette très lentement et d'autres la vivent très bien et peuvent s'en remettre très vite, tout dépend des conditions physiques des uns et des autres. Nous remercions le docteur Abdelillah Chenfouri qui a bien voulu nous recevoir et d'avoir répondu à nos questions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.