Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    Driss Lachguar préside une réunion consacrée aux préparatifs du 9ème Congrès national de la Chabiba    L'ouverture de consulats au Sahara marocain témoigne de l'intégrité territoriale du Royaume    Youssef Amrani : « l'Afrique est au cœur de l'identité marocaine »    Rencontre à Azilal pour débattre des différents moyens à mobiliser    L'année s'ouvre par un repli de l'indice des prix à la consommation    Tableaux relevés à la 33ème édition du Med Avenir    La Kechoise Marrakech    Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion    Les retrouvailles tant attendues entre les étudiants rapatriés de Chine et leurs familles    Nador : le ministère de la Santé dément la contamination d'un Subsaharien au coronavirus    Celui qui vient de l'avenir : Abdelkébir Khatibi    Italie : à cause du coronavirus, des Marocains se trouvent actuellement isolés à Codogno    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Agadir : arrestation d'un chauffeur de camion en possession de 589 kg de chira    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Lafactory ouvre une base à Dakar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée nationale de la femme : Mettre les bouchées doubles
Publié dans Albayane le 07 - 03 - 2011

Le Maroc célèbre aujourd'hui, à l'image des autres pays, la journée internationale de la femme. Cette commémoration représente une aubaine propice pour évaluer les avancées accomplies, dresser le bilan
de l'évolution de la situation de la femme au Maroc, et rappeler aussi les aspirations toujours en attente, susceptibles de garantir une égalité effective et impartiale entre les deux sexes.
Plusieurs acquis ont été enregistrés lors de ces dix dernières années quant à l'évolution de la situation de la femme au Maroc. Au niveau législatif, la révision du code de la famille en 2004 constitue, sans doute, une des réalisations majeures que la société civile et les associations féminines espéraient. Prônant plusieurs nouveautés, la nouvelle Moudawana a contribué sine qua non à changer la perception de la famille dans notre société. Le code en question a mis en condition, d'une part, la polygamie par une série des mesures restrictives visant à freiner la multiplicité des épouses. Autre avancée importante qui figure dans le nouveau texte concerne la création d'un fonds d'aide à la famille, destiné à assister financièrement les femmes divorcées dont leurs ex-époux refusent de livrer la pension alimentaire. Le code de la famille hausse l'âge de mariage à 18 ans pour les filles sauf exception soumise à l'approbation du juge afin de limiter le mariage des mineurs. Quoique le dernier bilan de l'application de la Moudawana ait montré que ce type d'union persiste encore ((18341 actes en 2004 et 33253 en 2009 selon le ministère de la justice). Le mariage à la Fatiha étant toujours de mise particulièrement dans certaines régions (Azilal 10 000 dossiers ont été enregistrés, à Casablanca 780 demandes et 300 dossiers à Berrechid, etc. selon la fondation Itto). Toutefois, la prorogation de l'article 16 permettant aux couples mariés au « Orf » de régulariser leur situation auprès des tribunaux, permettra sans doute de diminuer ce genre d'union.
L'introduction du divorce pour discorde (Chiqaq) représente une autre innovation de taille. Car, de par cette procédure, le nouveau texte consent à l'un des deux époux de saisir le tribunal pour une demande de divorce judiciaire au cas où l'union devient impossible. Dans ce cas de figure, le magistrat tente une procédure de conciliation avant de prononcer le verdict final.
Des amendements ont porté aussi sur le code de la nationalité. La femme marocaine mariée à un étranger peut, à partir de ce nouveau texte, transmettre la nationalité marocaine à ses enfants. Une réforme très applaudie par la société civile.
La décision royale du 10 décembre 2008 à l'occasion de la 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme de lever les réserves sur la Convention internationale de lutte contre toutes les formes de discrimination et la proclamation du 10 octobre, journée nationale de la femme, expriment également la volonté réelle du Maroc d'aller de l'avant en matière d'égalité des sexes et de la reconnaissance de la femme à part entière dans la société marocaine.
Sur le plan politique, le renforcement de la représentativité politique de la femme dans les postes de décision, notamment à la chambre des députés à travers la mise en place de la liste nationale(30 femmes élues), et aux collectivités locales, par le biais des listes additionnelles( un mécanisme qui a augmenté le taux des sièges obtenu aux échéances 2009 à 11,7% par rapport aux élections 2003) ainsi que la budgétisation de l'approche genre dans la loi des finances, ont contribué essentiellement à l'implication réelle de cette frange de la société.
CEDAW : une harmonisation qui attend toujours
Malgré ses réalisations, le Maroc a encore du pain sur la planche s'il veut garantir une réelle égalité des sexes et rivaliser les pays développés. Sur le plan de l'implication de la femme dans le leadership politique, le principe du tiers vers la parité est encore loin d'être atteint. Les associations féminines appellent à l'institutionnalisation du quota comme mesure transitoire afin de garantir une meilleure représentativité politique des femmes dans les instances élues.
L'appel à l'harmonisation de la législation avec les dispositions internationales ratifiées par le Maroc, surtout suite à la décision de lever des réserves sur la CEDAW, devra prendre le chemin de la concrétisation, déclarent les associations.
Cette mise en conformité implique, par conséquence, une refonte globale de plusieurs textes dont le code de la famille jugée encore en deçà des attentes et le code pénal de 1962. Le tissu associatif estime que le code pénal actuel contient à travers tous ses textes une philosophie discriminatoire contraire au principe d'égalité tel que défini dans la CEDAW.
D'ailleurs, sur ce registre, une coalition pour une législation pénale a déjà vu le jour. Composée d'une vingtaine d'associations non gouvernementales, la coalition baptisée « printemps de la dignité » plaide pour un nouveau code pénal fondé sur le principe de l'égalité. Actuellement, le Maroc travaille à bras le corps sur un nouveau projet.
Cependant, la mise en place d'une loi portant sur la violence conjugale constitue la revendication majeure prônée par les femmes marocaines. Le vide juridique, souligne à plusieurs occasions l'Observatoire marocain des violences faites aux femmes, contribue indéniablement à l'amplification du phénomène de la violence basée sur le genre qui trouve dans le lit des stéréotypes un terrain favorable qui la légitime. L'enquête réalisée par le Haut commissariat au plan a mis sous les feux des projecteurs la prévalence de la violence gendarisée dans le contexte marocain. Ainsi, 6 millions de femmes sur un total de 9,5 millions âgées entre 18 et 64 ont subi un acte de violence, soit un taux de 62,8%. Ce chiffre interpelle tout un chacun et requiert des mesures à différentes dimensions pour bannir cette pratique ayant pignon sur rue.
Enfin, le droit successoral représente aussi un point d'épine contre lequel les associations féminines marocaines se mobilisent.
Cela dit, si le Maroc a, sans aucun doute, réalisé des avancées importantes en matière de l'évolution de la femme, la situation requiert aujourd'hui d'élargir l'espace d'égalité et de mettre en place de nouvelles perspectives en vue de la concrétisation de ce principe. Le Maroc devra donc, à l'image des autres chantiers urgents, mettre les bouchées doubles pour garantir une meilleure protection aux femmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.