Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramadan et santé : Jeûner en plein été
Publié dans Albayane le 01 - 08 - 2011

Le mois sacré de Ramadan débute ce lundi ou mardi au Maroc. Si ce mois sacré est tés attendu, très apprécié par tous, car il est synonyme de prière, de dévotion, de charité, de bonté, de recueillement, il n'en demeure pas moins vrai aussi que jeûner en plein été ne sera pas une sinécure surtout pour celles et ceux
qui ont des activités pénibles, mais aussi pour les personnes âgées et certains malades qui tiennent malgré leur état de santé fragile à faire le jeûne.
Tout au long de ce mois sacré, nous vous présenterons des conseils qui vous permettront de passer un mois de Ramadan sans problémes.
Comme nous l'avons signalé , le Ramadan de cette année 2011 débute en plein mois d'Août, c'est-à-dire un mois où il fait très chaud et qui dit fortes chaleurs , fait référence aux risques pour la santé inhérents à la canicule. La chaleur menace particulièrement les personnes les plus vulnérables. Le jeûne, combiné à des températures élevées, peut se révéler dangereux notamment pour les femmes enceintes, qui ne sont pas obligées de faire ramadan, les personnes diabétiques, les malades cardiaques ..
On reconnaît au jeûne beaucoup de bienfaits sur la santé tant que l'alimentation est équilibrée, en quantité raisonnable et que le temps de sommeil nécessaire est respecté.
Il est scientifiquement conseillé pour les personnes en bonne santé mais quand le jeûne risque d'altérer significativement la santé ou lorsque le croyant est déjà malade, l'Islam l'exempte tout simplement : «Allah cherche à vous faciliter l'accomplissement de la règle, il ne cherche pas à vous la rendre difficile», Sourate Al Baqara, Verset 185.
Pour les malades en soins ambulatoires, souffrant de maladies chroniques ou d'une maladie récente ainsi que pour les femmes enceintes, il est temps de consulter ou de demander conseil à son médecin pour la conduite à adopter pendant le mois sacré. Les conseils qui peuvent être donnés par les spécialistes ne sont pas constants et sont délivrés au cas par cas. Une personne porteuse d'une maladie associée à une pathologie principale ne ressemble en rien à une autre qui ne présente que cette pathologie. De plus, on tient compte de l'état général du patient, de son terrain, de la gravité de l'atteinte, du traitement préconisé, etc...
Chaque année lorsqu'arrive le mois sacré de Ramadan, c'est le même rituel qui recommence, certaines personnes même malades et malgré les conseils avisées de leur médecin traitant , tiennent absolument à faire le jeûne. Ces comportements exposent ces personnes à des risques de santé qui dans certaines conditions peuvent être dramatiques.
Toutes ces personnes doivent savoir que l'Islam est la religion de la tolérance, du pardon et que concernant la pratique du jeûne du mois sacré du ramadan et selon le Coran, il existe deux formes de maladies : les maladies passagères, et les maladies incurables. «Si vous êtes malade durant la période du Ramadan, et que vous vous trouvez dans l'incapacité d'accomplir le troisième pilier de l'Islam, il vous est possible de ne pas jeûner, à condition de rattraper les jours manqués. Par contre, si vous êtes atteint d'une maladie incurable qui nécessite la mise à disposition de toutes vos forces, le Coran vous permet de ne pas jeûner. Vous devez, en revanche, assurer un repas à des personnes nécessiteuses.
Pour plus de détails et afin de mieux éclairer celles et ceux qui en éprouvent le besoin, nous aborderons ici le cas du diabète, de la déshydratation et de la pratique du sport durant le mois de Ramadan, à charge bien entendu de vous présenter chaque semaine un dossier spécial concernant une pathologie différente.
Le diabète
En principe, les diabétiques ne devraient pas jeûner. Malgré cela, certains tiennent à le faire. Pour être autorisé à jeûner, leur diabète doit répondre aux critères suivants : soit un diabète non insulinodépendant, obèse ou en normo-poids, diéto-sensible, sous biguanides et/ou sous sulfamides, bien équilibré stable, indemne de toute affection intercurrente ou complication dégénérative. Ces malades doivent être soumis à une surveillance médicale régulière afin de détecter toute complication aiguë susceptible de les contraindre à interrompre le jeûne. L'unanimité est faite sur les critères suivants interdisant le jeûne, soit le diabète non insulino- dépendant déséquilibré, le diabète avec complications dégénératives, le diabète avéré du troisième âge quel qu'en soit le type ainsi que le diabète instable.
Il faut savoir que chaque année durant le mois de ramadan, les services des urgences des différents hôpitaux du Maroc enregistrent de nombres records de prises en charge de malades diabétiques. Donc la vigilance et le bon sens doivent prévaloir, il faut savoir raison garder
Boire 2 l à 2,5 litres d'eau par jour
S'abstenir de boire et de manger du lever au coucher du soleil est une rude épreuve pour l'organisme. Avec la chaleur du mois d'Août où l'on a l'habitude d'enregistrer des 42 - 46 au niveau de certaines villes du royaume et des journées de plus de dix heures sans boire ni manger, c'est encore plus pénible.
Il faut avouer que les conditions de jeûne risquent d'être plus difficiles à supporter surtout pour les personnes fragiles, les personnes âgées, les jeunes enfants qui pratiquent le jeûne pour la première fois, certains malades qui veulent à tout prix faire le Ramadan malgré l'interdiction de leur médecin . Que faire pour éviter les malaises, les déshydratations, les vertiges et autres désagréments du même genre qui sont des motifs de consultations très fréquents durant le mois de Ramadan.
Nous ne pouvons qu'insister sur l'importance de s'hydrater après la rupture du jeûne. Quand il fait très chaud, on doit boire 2 à 2,5 litres d'eau. Le thé, le café et la soupe permettent aussi de s'hydrater. Quant à l'alimentation, les fruits et les légumes riches en potassium sont recommandés ainsi que le sel qui comblera la perte des minéraux due à la transpiration.
Dans la journée, les personnes doivent ménager leurs efforts, ne pas sortir pendant les heures les plus chaudes, se protéger du soleil en portant un chapeau et, si c'est possible, prendre des douches.
Sport et ramadan
Le sport est bénéfique pour la santé, ça c'est connu, personne ne pourra vous dire le contraire. Il permet d'avoir une bonne hygiène de vie, là aussi on est parfaitement d'accord. La question qui se pose actuellement c'est de savoir si on peut pratiquer une activité physique durant le mois de Ramadan ?
Il faut savoir que le mois de ramadan est caractérisé par un certain nombre de changement physiologique comme l'alimentation, l'hydratation, et le soleil. Tous ces éléments ont leur importance dans le choix de la pratique du sport durant ce mois.
La réponse à la question est que oui , on peut faire du sport pendant le mois de ramadan mais à condition de respecter un certain nombre de règles :
Avant la rupture du jeûne : faire du sport de façon modéré en évitant de s'exposer au soleil (périodes dangereuses en milieu de journée). Ne pas trop dépasser ses capacités. Il faut savoir s'arrêter en cas de douleur thoracique, de difficulté respiratoire et savoir être à l'écoute de son corps. La première semaine du mois de ramadan est une période difficile, il faudrait être très prudent.
Après la rupture du jeûne : 2 à 3 h après un f'tour très léger, c'est la bonne période mais toujours le mot d'ordre ne pas dépasser ses capacités physiques et de se dire que l'essentiel c'est le maintien du corps.
Que dit le Coran ?
Que dit exactement le Coran ? Sourate Al-Baqarah (La vache), verset 184 : « ...Quiconque d'entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d'autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu'avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre... ». Selon le texte sacré, il n'y a donc aucun souci à se faire quand on rate une partie du ramadan, puisqu'on peut récupérer les jours perdus en jeûnant ultérieurement en conséquence. Les personnes étant dans l'incapacité de vivre pleinement leur foi y trouveront, non pas une disgrâce ou un remord coupable, mais une miséricorde supplémentaire.
Pour plus de détails concernant «les maladies et ramadan». Vous pouvez nous écrire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.