Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bensouda, Ou la compétence qui dérange
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 03 - 2004

Ses sorties sont aussi remarquables que très suivies. Son discours est méthodique. Son art de la persuasion est des plus étoffés. Il n'a pour règle que la loi. Pour le directeur des impôts, Noureddine Bensouda, le politique fait son travail. Lui, il exécute. Une façon de s'en tenir à ses réelles prérogatives, avec modestie et abnégation.
Sa phobie, c'est l'exception, dont il ne cherche guère à cacher son allergie. Sans tenter de susciter un quelconque consensus, il implique tous les acteurs concernés dans toutes les mesures dont il a la charge. Tels sont en résumé les principaux traits de caractère et de travail de M. impôts au Maroc. On l'aura compris, c'est de Noureddine Bensouda, l'affable et tout aussi professionnel successeur de Abdelali Benbrik à la tête de la Direction des impôts. Dès qu'il a pris les rennes de ce département, le lauréat du Collège royal, docteur en droit, mais aussi en fiscalité a pris le temps de mener une réflexion en profondeur. Et pour cause, la sensibilité du poste. L'affaire était loin d'être une sinécure. Remettre les pendules de la fiscalité marocaine à l'heure, au sein d'une direction fragilisée, avec tous les désaccords que cela impliquait, nécessitait mûre réflexion.
L'homme devait se faire une arme pour relever le défi. Elle n'était autre que le choix des équipes qui devaient l'accompagner dans une véritable croisade contre les dysfonctionnements et les irrégularités. Il met, pour cela, à profit sa longue expérience au sein de cette même direction et s'entoure de nouveaux collaborateurs.
Compétence, sens des relations humaines et intégrité président à ses choix. Objectif : redorer le blason d'une direction entachée par une trop grande rigueur et dire, par le geste, qu'à temps nouveaux il fallait des responsables nouveaux. Le critère n'est autre que la méritocratie.
L'objectif : instaurer une véritable égalité devant le fisc. Un engagement pris il y a quelques années déjà et qui ne cesse d'être actualisé, édifié. La dernière sortie en date de M. Bensouda, le 5 février dernier à la Chambre française du commerce et d'industrie de Casablanca, a été l'occasion de confirmer cet engagement. Il est certes vrai qu'actuellement, les taux d'imposition à l'IGR sont particulièrement pénalisants pour les faibles et moyens revenus. Mais il ne suffit pas, selon Nourreddine Bensouda, de distribuer des avantages fiscaux pour encourager l'investissement. Bien au contraire. «Les dépenses fiscales accentuent, en général, les inégalités et freinent la mobilisation des ressources financières », avait-il déclaré. Et d'affirmer, encore une fois, que les exonérations défavorisent parfois certains contribuables. C'est d'ailleurs le cas des entreprises dont l'activité n'est pas assujettie à la TVA.
Sur les mesures d'incitation à l'investissement, l'homme a sa propre idée. L'acte d'investir, comme tout effort de développement économique, est une question de vision. Il se fonde sur la pondération d'une série de critères comme la visibilité et la stabilité économique, la disponibilité des facteurs de production de qualité, l'existence d'infrastructures conformes aux exigences des opérateurs, l'environnement institutionnel et juridique, et la disponibilité des ressources de financement à des coûts équivalents à ceux pratiqués sur le marché international. Pour lui, «il ne faut pas que la mise à niveau soit confondue avec l'aide publique ».
Une déclaration qui en rappelle une autre, au risque de déplaire à plus d'un mais qui a, au moins, le mérite d'être claire : «Je ne suis pas le directeur des exonérations mais celui des impôts», avait laissé entendre Nourreddine Bensouda, un an auparavant. À contre-courant, il estime que trop d'impôts ne tue pas, systématiquement, l'impôt.
L'ère des incitations fiscales est ainsi révolue. Le manque à gagner pour le budget est conséquent. Par contre, l'harmonisation est plus étroitement liée à l'élargissement de l'assiette dont l'objectif principal est d'assurer la transition fiscale. La substitution des ressources de fiscalité interne à des recettes tarifaires désormais en baisse, compte tenu de l'ouverture de l'économie sur le reste du monde, est un impératif.
À l'entendre, sa logique n'a pas changé. Les principales actions de cette stratégie sont désormais tournées autour de l'harmonisation des procédures fiscales en matière d'assiette, de vérification, d'apurement des litiges et des sanctions entre les différents impôts, droits et taxes.
Cette politique a concerné aussi la suppression de certains impôts qui consacraient un retour sur l'imposition “cédulaire” telle la participation à la solidarité nationale sur l'IS, sur la taxe, sur les profits immobiliers ou encore sur la taxe urbaine. Les six premiers mois de l'année 2003 ont connu la réalisation d'un excédent de 1,1 milliard de dirhams au titre des recettes courantes hors privatisation malgré une baisse de 1,2 milliard de dirhams des recettes douanières.
Plus qu'un homme de parole, M. Bensouda est aussi un homme d'action. Les engagements pris un an auparavant ont été honorés. Outre les réajustements apportés aux textes fiscaux par les différentes lois de Finances, une réforme en profondeur, au titre de l'exercice 2004, a porté sur les droits d'enregistrement qui n'avaient pas fait l'objet de la réforme fiscale introduite par la loi-cadre de 1984. La refonte de ce texte vise la modernisation, la simplification et l'harmonisation de son contenu avec les autres textes, dans la perspective de l'élaboration d'un code général des impôts, ce qui permettrait aux ménages et entreprises de disposer d'une information fiscale exhaustive. Les réaménagements introduits ont permis la réduction du nombre des taux de 11 à 5 et la révision à la baisse de certains tarifs. Assez de mérite et de réalisation pour qu'une question soit légitime : pourquoi lui cherche-t-on tant de problèmes ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.