Selon « Enjeux stratégiques », la communauté mondiale condamne fermement l'enrôlement d'enfants soldats par le polisario    Témara : Coup d'envoi d'un projet sur le renforcement des capacités des femmes    CAN. Lions de l'Atlas: Bounou de retour, Fajr et Hakimi toujours absents    Coronavirus/Maroc : 88 nouveaux cas admis en REA en 24H    Le Maroc réitère sa solidarité totale avec les Emirats Arabes Unis suite à l'attaque des Houthis contre Abou Dhabi    Climat : Des jeunes leaders marocains à l'honneur dans le cadre d'une campagne lancée par l'ONU    Mali: Un militaire français tué dans une attaque contre un camp de l'opération Barkhane à Gao    Essaouira : Le programme complémentaire de réhabilitation de Mogador, objet d'une visite ministérielle    Crise ukrainienne : Evacuation des familles du personnel de l'ambassade US en Ukraine    Images animées : Après 35 ans de gloire, le GIF est ringardisé    Italie: Berlusconi renonce à briguer la présidence    Alger au fond de l'isolement!    Cameroun: Au moins 16 morts dans un incendie "accidentel" dans une discothèque de Yaoundé    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Omicron : Voici la partie du corps où le variant frappe en premier    Le Maroc, premier pays de destination de l'émigration française en Afrique    Eliminatoires Mondial Costa Rica : Les sélections féminines marocaine et sénégalaise font match nul    Club des Avocats au Maroc : Plainte déposée contre Hafid Derradji    Tayeb Hamdi : Le sous variant BA.2 d'Omicron nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Covid: Record quotidien d'infections en Russie pour le troisième jour consécutif    Le lac Aguelmam Azegza près de Khénifra accueille la 5e édition du «Ice Swim in Morocco»    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Températures prévues pour le lundi 24 janvier 2022    Casablanca : Le centre de santé Oum Keltoum-Al Walaa inauguré    Remontada spectaculaire des Rojiblancos face à Valence    BAM: Les indicateurs hebdomadaires en 5 points clés    Halilhodžić : le match contre la RD Congo, ce sera du 50-50    CAN 2021 : 12 cas positifs au Covid-19 dans la sélection des Comores    Covid-19: Pékin dépiste un quartier entier, à deux semaines des JO-2022    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Togo. La charte des partis politiques change    Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    L'Humeur : Quand échoppe trouve carouble à son battant    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Sahara. Guterres: « Il est dans l'intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes ce différend »    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Distribution de lots de terrain dans la commune urbaine de Mahdia : Les Soulaliyates voient enfin le bout du tunnel
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 03 - 2013

Une première au Maroc. Les femmes soulaliyates se sont enfin vues reconnaître le droit de bénéficier, au même titre que les hommes, des revenus d'exploitation et de vente des terres collectives. La question de ces femmes a pris un tournant décisif avec la distribution, vendredi dernier, de lots de terrain de même superficie que ceux attribués aux hommes dans la commune urbaine de Mahdia. Un tirage au sort a ainsi été effectué pour la distribution de lots de terrain de 100 m2 à 867 femmes et 81 hommes. Au total, les bénéficiaires vont se partager, à part égale, 128 hectares, équipés par la société Alliance Darna. Cette décision vient ainsi couronner la lutte de longue haleine menée conjointement par ces femmes ainsi que les associations qui les ont soutenues dans leurs revendications visant à mettre un terme à des décennies de discrimination. Pour l'Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) qui a depuis 2007 apporté son appui pour que ces femmes puissent recouvrer leur droit, il s'agit d'une «victoire». «C'est un pas important. Cette reconnaissance va nous motiver davantage pour nos prochaines actions en faveur des femmes soulaliyates d'autant plus que nous avons beaucoup investi dans ce dossier, notamment en termes de plaidoyer», affirme Malika Jghima, présidente du bureau de l'ADFM de Casablanca. Après cet acquis, il faut à présent faire en sorte de généraliser ce droit au niveau national. «La circulaire du ministère de l'intérieur ne suffit pas. Nous revendiquons une loi pour que ce droit soit étendu à toutes les femmes soulaliyates», souligne Mme Jghima. Il est clair que pour l'ADFM, la circulaire du ministère de l'intérieur qui approuve le droit de ces femmes d'accéder aux indemnités relatives à la cession ou encore la vente de ces terres demeure une simple directive sans poids légal réel. A ceci, il faut relever que son application pose des problèmes. Les représentants des tribus rejettent la plupart du temps ces circulaires et ne reconnaissent pas le droit des femmes à bénéficier de ces terres et de leurs revenus au même titre que les hommes. Et par conséquent, la promulgation d'une loi constitue un moyen pour protéger les droits de ces femmes et garantir l'égalité entre les hommes et les femmes dans les terres collectives.
Rappelons que l'histoire de ces terres «ethniques» remonte au dahir du 27 avril 1919, instauré pour régir les terres collectives. Selon ce dahir, les terres collectives sont placées sous la tutelle du ministère de l'intérieur. Leur gestion (partage, location) est confiée aux groupements ethniques sous la surveillance du tuteur et le contrôle du conseil de tutelle. Les listes des ayants droit sont établies par les «nouabs» (mandataires) des «Jmaâs» (groupements) et homologuées par arrêté du ministre de l'intérieur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.