John Bolton : «Joe Biden restera attaché à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara»    La généralisation de la protection sociale, «une révolution en douceur» (expert indonésien)    Football : douze grands clubs européens lancent la «Super League», un projet qui déchaîne les passions    Météo Maroc: le temps prévu lundi 19 avril 2021    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19 : la moitié des adultes américains a reçu au moins une dose d'un vaccin    Création d'un institut de formation professionnelle    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Le FMI félicite le Maroc    La conjoncture et l'enjeu    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Reportage// Ramadan : Je ne sais pas lire l'arabe, comment avoir un contact avec le Saint Coran ?    Le journal égyptien «Al Ahram» met en lumière sur les traditions du Ramadan au Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le livreur algérien de Deliveroo qui refusait de servir des clients juifs a été expulsé vers son pays    Les dates des premières élections fixées    Ancienne médina de Rabat: Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Phosphates : un think tank américain appelle à l'annulation des droits d'importations imposés au Maroc    Rachid El Ouali s'exprime sur sa première expérience en tant que réalisateur de sitcom dans Info Soir (Vidéo)    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A dire vrai... Lettre à mon ami égyptien
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 31 - 07 - 2013


Cher ami,
Je t'écris aujourd'hui, le cœur gros. Chagriné par des révolutions qui n'en finissent pas de prélever un tribut chaque jour plus lourd parmi les enfants de leurs peuples. Des enfants hier unis dans la lutte contre la dictature, aujourd'hui rivaux fratricides pour bâtir chacun son projet de société.
Longtemps, la rive sud de la grande mare bleue vécut sous d'épaisses chapes de plomb. Et lorsque à la fin du siècle dernier les murs tombaient un peu partout dans le monde, les dictatures lâchaient prise et les tyrannies cédaient face aux irrésistibles aspirations démocratiques des peuples, notre région ne montrait, quant à elle, aucun signe qu'elle rejoindrait un jour le mouvement ambiant de retour du pouvoir aux peuples.
Bien au contraire, toutes les analyses s'accordaient pour prédire un avenir prospère à nos dictateurs qui, sous l'aura de plébiscites aux impensables scores d'adhésion populaire, préparaient leurs progénitures à perpétuer l'imposture de dynasties improvisées.
Tout était bon pour soutenir de telles conjectures. Islam insoluble dans la démocratie. Atavisme imputrescible de la nation arabe. Gènes culturels irréconciliables avec les principes de la démocratie.
Pourtant.
17 décembre 2010, un vent se leva sur nos contrées. Sidi Bouzid, petite bourgade de Tunisie. Un jeune vendeur ambulant de fruits et légumes, Mohamed Bouazizi, s'immola par le feu pour protester contre la confiscation de sa marchandise par les autorités. Son geste fit aussitôt chavirer un des régimes les plus répressifs, pacifiquement de surcroît. Depuis ce jour-là, ce vent de décembre, curieusement appelé brise du printemps, a soufflé sur les contrées avoisinantes, emportant sur son passage des tyrans qui avaient coulé leur pays dans le béton de l'autocratie, bouleversant des sociétés engourdies dans de pesantes traditions passéistes, réveillant d'autres qui se plaisaient dans un narcissisme auto-entretenu.
Ce vent de décembre 2010 répandait les graines du pollen démocratique qui allait féconder l'arc sud de la Méditerranée, jusqu'en Mésopotamie. Les lustres de notre civilisation qui avait rayonné de la Perse jusqu'en Andalousie allaient briller à nouveau. Nous étions éblouis et avions peine à croire ce qui arrivait. Nous avions démenti les cassandres qui ne voyaient en nous que des peuples taillables et corvéables à merci. Nous avions redressé nos échines et pris nos destinées en main. Nous avions tenu notre rang parmi les nations. Somme toute, nous ne sommes l'objet d'aucune fatalité historique ! Ainsi nous semblait-il.
Près de trois ans plus tard, le vent de décembre s'est mué en turbulences automnales, à l'origine de spirales de violence infernale et d'instabilité sociale. S'être débarrassé de dictatures, quel qu'en fut le prix, s'avéra plus aisé que de bâtir à nouveau des sociétés de liberté, de tolérance et de vouloir vivre ensemble. Les forces sociales, à peine libres, oublièrent leurs infortunes passées, sombrèrent dans des luttes dévastatrices, chacune cherchant à imposer son joug, avec son lot de victimes, au lieu d'œuvrer à l'émergence concertée de sociétés pour toutes les composantes sociales, toutes les tendances politiques, toutes les sensibilités religieuses. Ce faisant, elles rappellent Pierre Victurnien Vergniaud, tribun de la Révolution française, qui a dit : «La Révolution est comme Saturne : elle dévore ses propres enfants.»
À l'encontre des courants bien-pensants, tu m'as convaincu du bien-fondé de la déposition de Morsi, l'Egypte ayant inauguré un paradigme sans précédent dans l'histoire de la démocratie. Pour la première fois, un peuple n'a pas attendu le terme du mandat du président élu pour demander son départ.
Cher ami,
Je souscris à ton analyse, lorsque tu cites la Constitution américaine qui donne le droit au citoyen de se rebeller contre l'autorité pour combattre le despotisme. L'« impeachment » n'a-t-il pas été justement conçu pour renvoyer un président ? Je partage ton avis que les urnes ne sont valables que dans un système stable où les mécanismes de débat et de concurrence politique sont bien compris, et non kidnappés par une mouvance dont la vision est dans un tunnel qui regarde vers le passé.
Devant une Tunisie à la recherche d'une impossible Constitution, une Libye en proie aux luttes des factions, une Syrie en pleine tourmente, une Egypte déchirée autour de son futur projet de société, les questions que tu soulèves interpellent. Faut-il se résoudre à admettre que la démocratie n'est pas pour le monde arabe ? Que la démocratie ne peut pas accueillir la théocratie en son sein ? Que foi et politique sont un mélange détonant ? Que foi et démocratie seraient incompatibles ? Que la foi est d'ordre privé, et que la politique a pour fin de gérer une société plurielle ? Sauf à vouloir reproduire l'inquisition européenne.
Discordes, clivages et crispations entretiennent la tectonique en cours dans nos pays. Ils constituent les ingrédients du choc des acteurs sociaux entre lesquels il urge d'organiser la concertation fondée sur le respect mutuel et la bonne foi, afin qu'ils fassent vite l'apprentissage de la démocratie, sous peine de voir cette partie du monde profondément ébranlée… et de donner raison aux funestes présages des sombres cassandres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.