Le TECNO Spark débarque au Maroc !    Une nouvelle adresse à Casablanca    FKIH BEN SALAH: Célébration du 62 eme anniversaire de la glorieuse fête de l'Indépendance    Bousculade: le gouverneur de la province d'Essaouira sera entendu        Violences à l'école, violences dans la société: Que faire pour les enfants et leurs parents?    L'Europe veut promouvoir la reddition des comptes en Afrique    La tradition culinaire italienne s'invite au Maroc    Louvre Abu Dhabi: Une visite guidée à travers l'histoire de l'humanité    Le Maroc réaffirme son rejet de toute atteinte aux Lieux Saints    Merkel confrontée à une crise politique sans précédent en Allemagne    Mohamed Benabdelkader représente le Maroc au Congrès arabe de la réforme administrative et du développement    Calcio : La Juventus craque, l'Inter en profite    Finale aller de la Coupe de la CAF : Courte victoire du TP Mazembe    Ligue des champions    J'ai mal en mon pays    A Saint-Louis du Sénégal, l'océan menace habitants et patrimoine    A la recherche des cerveaux subsahariens    Forum des avocats MRE    Charles Manson, gourou criminel qui horrifia l'Amérique    Fondation Attijariwafa bank, partenaire historique et exclusif de la Caravane AMGE pour la 11ème année    L'incivilité routière cause mort et perturbation du réseau du tramway à Casablanca    Nouvelles normes de travail dans l'industrie de la pêche    Décès de Jana Novotna    Des alpinistes au chevet de la coupole de Florence    Les meilleurs films de tous les temps    Clôture en beauté du Festival Cinéma et migration à Agadir    Le Roi Mohammed VI demande plus d'encadrement pour les actions associatives    L'Allemagne en crise tente d'éviter des élections anticipées    Bousculade d'Essaouira: le gouverneur sera entendu par la justice    Projection «Justice League» au Imax Morocco Mall    Un tramway déraille à Casablanca    Bousculade près d'Essaouira: Une commission du ministère de l'Intérieur se réunit avec les autorités locales    CHAN2018, Avantage au Maroc    Bâtiment : Sadet et le groupe chinois OVM signent un accord    Le Maroc appelle à épargner la région arabe de davantage de guerres    A l'occasion de l'ouverture de l'Université d'automne de la jeunesse socialiste à Asilah    Tanger : Arrestation d'un individu pour vols qualifiés et meurtre avec préméditation    Zimbabwe: Mugabe destitué par le parti au pouvoir    MTDS introduit le paiement par Bitcoin au Maroc    Bousculade près d'Essaouira: Une commission du ministère de l'Intérieur se réunit avec les autorités locales de la province    Le Raja s'adjuge la 60e édition    LES DEPUTEES MAROCAINES IGNORENT-ELLES LEURS MISSIONS LEGISLATIVES?    Le cinéma, cet art majestueux aux milles effets magiques    Benatiq : La politique nationale d'immigration couronne les engagements internationaux du Maroc    Retard des pluies : Les agriculteurs sont inquiets    l'Ittihad de Tanger se sépare de son entraîneur Badou Zaki    Premier League : Les Reds convoitent Romain Saiss    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.