Diffusion de fausses informations sur des cas présumés d'infection : Deux filles arrêtées à Tanger    Bank Al Maghrib: Adoption de nouvelles mesures de politique monétaire et prudentielles    Coronavirus : 120 nouveaux cas en 24 heures, 479 au total    OMS : des prévisions inquiétantes pour le Maroc ? C'est faux !    Gestion de la relation client : Webhelp répond aux fake news    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-2019: un peu de souffle pour le MASI    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    Des médecins militaires appelés à la rescousse à Tiznit, Tan Tan et Taza    Appui de l'Union européenne au Fonds spécial pour la gestion du Covid-19    La capacité litière de réanimation passera à 3.000 unités sous peu    La Fédération royale marocaine de handball donne 200.000 DH    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Une journée mondiale du théâtre pas comme les autres    Coronavirus : lourd bilan en Espagne, avec 838 morts en 24 heures    Banque Populaire : les crédits immobiliers reportés pour les personnes impactées    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    McDonald's sert quotidiennement des repas gratuits    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pleins pouvoirs aux architectes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 04 - 2004

Le ministère de l'Habitat et de l'Urbanisme a concocté un nouveau projet de loi dont les dispositions visent à assainir et à professionnaliser l'acte de bâtir au Maroc caractérisé depuis longtemps par l'anarchie et la dilution des responsabilités. Le ministre de tutelle, Taoufik Hjira, a tenu à responsabiliser les architectes en les mettant au cœur du projet urbanistique. Cependant, les élus locaux refusent que l'on piétine sur leurs prérogatives, telles qu'elles sont définies par la charte communale.
Le projet de loi portant sur l'adoption de dispositions relatives aux secteurs de l'habitat et de l'urbanisme, sera examiné, aujourd'hui, lors de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement.
C'est un des projets de lois préparé par le département de Toufik Hjira et dont le but est d'endiguer, voire éradiquer, le fléau de l'habitat anarchique et insalubre.
Cette réforme fait suite aux nombreuses directives et messages royaux. Le dernier en date a eu lieu au cours du discours royal d'Al Hoceima, le 25 mars dernier. Dans cette intervention historique, SM Mohammed VI s'est déclaré "déterminé à mettre un terme au laisser-aller et à tout laxisme ou négligence, de la part des pouvoirs publics et des corps élus qui doivent assumer pleinement leurs responsabilités (…)". Le Souverain a également souligné sa "ferme volonté de mettre fin à toutes pratiques illégales pour lesquelles le pays tout entier paie un lourd tribut, chaque fois que survient une catastrophe naturelle", telle que le séisme d'Al Hoceima.
A cette occasion, SM Mohammed VI a donné ses instructions au gouvernement et au Parlement, pour qu'ils s'attellent à adopter l'arsenal juridique nécessaire à "combattre et rendre passibles de sanctions pénales, les infractions qui encouragent l'habitat sauvage et enfreignent les normes de construction parasismique". Le Parlement devrait examiner puis adopter ses projets de lois dès l'ouverture de la prochaine session parlementaire qui débutera demain 9 avril.
Que prévoit ce projet de loi qui amende quelques dispositions en matière d'urbanisme?
En fait, il s'attaque à deux aspects différents:
l'autorisation de construire et le suivi des constructions. Pour le premier volet, le projet de loi met un terme à l'amalgame juridique autour du rôle de la commission technique. Cette dernière est composée de techniciens représentants l'agence urbaine, la préfecture ou la wilaya, les sapeurs pompiers et les régies d'eau et d'électricité. Cette commission donne, aujourd'hui, un avis au sujet de toutes les demandes de construction. Le président de la commune, qui octroie toutes les autorisations, n'est pas tenu légalement de suivre l'avis de la commission. Avec cette réforme, ce ne sera plus le cas. Impossible de passer outre l'avis de la commission. Les attributions des élus s'en trouvent liées. Certains, comme l'ancien président de la commune de Mohammédia, Larabi Zerouali, crient à la violation de la Charte communale. D'autres, comme le maire de Marrakech, Omar Jazouli, s'estiment complètement satisfaits. "Personnellement, sans avis favorable de la commission technique, je ne signe aucune autorisation", assure Jazouli.
Deuxième volet important, celui du suivi des constructions. C'est là où intervient le rôle des architectes. Alors que ces derniers se contentaient d'un contrôle très superficiel, la réforme de Hjira les place au cœur du dispositif. En clair, il s'agira, entre autres, de réactiver le fameux cahier de chantiers, dans lequel tous les professionnels mentionnent l'état d'avancement des travaux de construction. Ces cahiers ne sont tenus que par très peu de chantiers, essentiellement pour les projets publics. Les promoteurs privés sont maintenant tenus de se mettre à jour. Les architectes seront responsables de toute infraction ou fraude. C'est d'ailleurs sur la base de leur attestation que la commune devra octroyer le permis d'habiter. L'architecte est désormais responsable de la conformité des constructions aux plans déposés à la commission technique. Toute modification ou fraude peut coûter cher à l'architecte. Cette responsabilisation est à double tranchant, en quelque sorte. Quant au contrôle sur le terrain, le projet de loi le confie conjointement à l'agence urbaine et aux services préfectoraux.
Les communes seront désormais écartées de ce contrôle. Toutefois, le président de la commune conservera le droit de saisir le parquet si le contrôle est inefficace. C'est une manière d'assurer un certain équilibre entre le pouvoir des élus et celui des contrôleurs (préfecture et agence urbaine). En somme, le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme résume cette vaste réforme en une seule phrase: "Insuffler un professionnalisme dans le secteur".
Toutefois, les élus, les architectes et les agents d'autorité intègres, honnêtes et respectueux des lois et règles déontologiques, n'ont absolument rien à craindre de cette réforme. En revanche, ceux qui s'adonnent au commerce de l'habitat anarchique et illicite doivent s'attendre au pire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.