Légère baisse de la production de billets de banque    De bonnes sources    BAM booste son résultat net    En Algérie, les dinars disparaissent    Covid-19 : Nouveau record, 19 décès en 24 heures    Luxe : une grande chaine américaine met la clef sous la porte    Hypertension artérielle : Faites de l'exercice !    Des centaines de voyageurs bloqués : Cafouillage à la gare ferroviaire Rabat-ville    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Aggravation du déficit commercial en 2019    Nouvelle approche pour l'accès aux facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire    Des experts appellent à l'adaptation des moyens à l'intensité de la propagation virale    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Des turbopropulseurs T700 de General Electric pour les 24 Hélicoptères Apaches des FAR    Gare de Rabat – Ville toujours ouverte aux voyageurs    US Round Up du lundi 3 août – Cannabis, Siri, Frelon meurtrier, New-York, Analphabétisme en santé,    Bataille d'Oued Al-Makhazine    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Bourita: Il y a une convergence de points de vue entre le Maroc et l'Arabie Saoudite    Le Raja retrouve le podium et met la pression sur le WAC    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Crise du Covid: le chiffre d'affaires de Lydec en a pris un coup    Tous les congés suspendus : Le personnel hospitalier en état d'alerte    SM le Roi appelle à la vigilance, à la solidarité et au respect des mesures sanitaires    BCP et CDM dévoilent la situation des banques à l'ère du Covid-19    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Botola : le Wydad en tête du classement général    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    Douzi lance son clip pour Afriquia    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Al Aïta fait danser la capitale des Abda
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 07 - 2008


La ville de Safi accueille le Festival d'Al Aïta pour la 7ème année consécutive et rend hommage aux pionniers de cet art du chant populaire enraciné dans les plaines de la Chaouia, Abda et Doukkala. Organisée en collaboration avec la wilaya de la région de Doukkala-Abda et le conseil urbain de Safi, cette manifestation aura lieu du 4 au 6 juillet à l'initiative du ministère de la Culture. «Le festival d'Al Aïta a pour objectif de sauvegarder et de valoriser le patrimoine culturel populaire marocain», indique à ALM Azzedine Kara, délégué du ministère de la Culture de la région d'El Jadida. L'art d'Al Aïta, varie selon les régions, les formes et les contenus. Ainsi, il est «Marsaoui» au littoral, Zaâri, Mellali et Jebli. Mais Safi se distingue par une propre déclinaison de cette forme musicale appelée «Hasba». Pour la 7ème édition de ce festival, la ville accueillera trois variantes d'Al Aïta. Il s'agit du «Hasbaoui», «Haouzi» et «Marsaoui». Ainsi le programme de cet événement s'articulera autour de trois soirées thématiques consacrées chacune à un de ces genres. «Nous avons souhaité que chacun des styles retenus pour cette édition soit représenté lors de soirées distinctes par des troupes qui les maîtrisent», indique Azzedine Kara. En effet, la nuit Hasbaoui sera animée par les groupes «Ouled Ben Aguida», Jamal Zerhouni et Khadija Merkem, alors que les équipes Abderahim Ghribou de Youssoufia, Hassan Fryati de Kelaâ Sraghna et Hassan Driouki de Marrakech animeront la nuit «Haouzi». Seront présents à la nuit Marsaoui les groupes Rayhane Charaf d'El Gara, de Khadija Bidawiya de Marrakech et Khadouj Matichti de Casablanca. Les organisateurs de cette 7ème édition ont également prévu d'organiser une exposition de photographies de l'art d'Al Aïta et de rendre un vibrant hommage à l'artiste Miloud Bazhar surnommé Cheikh Dahmou, «une mémoire vivante qui retient plusieurs textes rares d'Al Aïta», indiquent les organisateurs. Interprétée par des musiciens troubadours (les cheikhs et cheikhates), selon les connaisseurs, Al Aïta est un chant qui relate l'histoire de toute une société avec ses héros et ses personnages mythiques. C'est une mémoire rurale ancestrale. Le mot «Aïta» peut être interprété comme une dérivation du verbe «Ayyat», appeler en arabe dialectal. Il s'agit d'un cri, un chant de douleur, un cri d'amour et d'espérance voire même de dénonciation. Al Aïta chante la mémoire et le dépassement de soi. Presque toutes les Aïta commencent par l'invocation d'Allah et des saints. Cette invocation peut avoir d'autres connotations: celle d'anticiper, de rechercher et de demander l'inspiration. Ainsi rendez-vous est pris pour les amoureux de cet art du 4 au 6 juillet à Safi pour une 7ème édition de ce festival qui promet de mettre en avant l'art d'Al Aïta dans toute son authenticité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.