Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Youssef Belal, un militant idéaliste
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 04 - 2009

Il a un regard qui déborde d'intelligence et de lucidité.Youssef Belal est tombé dès son plus jeune âge dans la marmite de la politique. Et ce n'est pas un hasard. Son père, Aziz Belal, était une référence politique nationale. Un homme talentueux, brillant et très aimé du Parti du progrès et du socialisme (PPS). «La politique est un héritage paternel. Il est vrai que je n'ai pas connu mon père car il est mort alors que je n'avais que trois ans. Mais j'ai hérité de lui cet esprit de militantisme, cet engagement pour la démocratisation du Maroc, pour les libertés», affirme Youssef. A 30 ans, il est professeur de sociologie politique et de relations internationales à l'Université Mohammed V de Rabat où il enseigne «Les théories et les pratiques de la démocratie». Ambitieux, il l'est. Ce natif de Casablanca a suivi ses études au Lycée Lyautey et décroché en 1996 un baccalauréat en économie. Son diplôme en poche, il s'envole pour la France. Il réussit avec succès le concours d'entrée de l'Institut d'études politiques de Paris. En 2000, il obtient son diplôme. Son mémoire de fin d'études porte sur «Transition politique et théories de la démocratie : le cas du Maroc». En juin 2000, il occupe le poste de chargé de mission auprès du secrétariat général du ministère de l'Agriculture au Maroc. En 2002, Youssef décroche un DEA en analyse comparative des aires politiques. A seulement 27 ans, il soutient sa thèse de doctorat en sciences politiques avec mention très honorable et félicitations du jury. Sa thèse qui fera l'objet d'un ouvrage a pour intitulé «Le réenchantement du monde : autorité et rationalisation en Islam marocain». «En fait, j'ai préparé ma thèse de doctorat au Maroc où j'ai été amené à effectuer un travail de terrain. J'ai réussi à terminer cette importante recherche au bout de deux années.Passionné par ce sujet, j'écrivais chaque jour du matin au soir sans me soucier du temps. D'habitude,je me rendais dans une sorte d'association située sur le boulevard Roudani où les étudiants se réunissaient pour travailler. J'aime écrire dans le bruit et au milieu des gens. J'évitais les bibliothèques en raison de la tentation des livres», se rappelle Youssef avec le sourire aux lèvres. Après sa thèse, il décide de rentrer au Maroc. Il intègre le Fonds des Nations unies pour la femme (UNIFEM) où il coordonne plusieurs projets notamment sur «l'alphabétisation fonctionnelle et autonomisation des femmes», «lutte contre le trafic des femmes et migrations»… En 2007, parallèlement à l'enseignement, il continue de travailler avec l'UNIFEM mais cette fois-ci en tant que consultant sur les problématiques de genre, de développement, de gouvernance et d'évaluation de projets. Parmi ses études réalisées, on retiendra celles sur les violences domestiques et sexuelles à l'égard des femmes et des risques de transmission du VIH.
Youssef Belal est aussi l'un des plus jeunes membres du comité central du PPS, le parti de son père. Il est actuellement président du Conseil consultatif pour les affaires économiques, sociales et culturelles du PPS et membre du Centre d'études et de recherches Aziz Belal (CERAB) à Rabat. Parmi ses activités politiques et citoyennes figure l'organisation de la campagne électorale «60.000 jeunes» lors des élections de septembre 2007. Quand Youssef trouve un peu de temps, il se consacre à la lecture. «J'aime la littérature latino-américaine en l'occurrence l'ouvrage «Conversation à la cathédrale» de Mario Vargas Llosa», souligne-t-il. Ses autres passions sont les voyages. Youssef a déjà eu l'occasion de voyager en Iran, Liban, Egypte, Etats-Unis. «J'aimerai prendre plusieurs mois de congé pour découvrir l'Asie centrale et l'Amérique Latine», conclut-il. Ses deux idéaux sont la démocratisation du Maroc et du monde arabe et la réforme de l'Islam.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.