Vidéo : revivez l'humiliation du Barça contre le Bayern (C1)    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Ramadan aux couleurs du Pakistan
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 09 - 2006

Bienvenue au Pakistan, pays des pièces d'étoffe en cachemire ou en pashima, étape importante de Filias Fogs dans son tour du monde en 80 jours. Mais aussi pays des medersas, des mosquées.
A l'image du pays, le mot Pakistan est de création récente. C'est un néologisme. Il peut s'interpréter soit comme le «pays des purs» (de l'ourdou : pak signifiant "pur" et stan signifiant "pays", avec un "i" de liaison), soit comme un acronyme formé avec le nom des provinces du pays : le Pandjab, l'Afghania (province-frontière du Nord-Ouest), le kashmir, le Sind et le Baloutchistan. Tout comme les Marocains, les Pakistanais font le Ramadan en pensant au ftour du soir.
La prière a un grand rôle dans ce pays où la tradition est encore vivace. Une Pakistanaise bon teint ne peut encore circuler en demi-manche. Un Pakistanais qui se respecte peut importuner une étrangère dans la rue mais jamais une Pakistanaise. La police rappelle à ceux d'entre les jeunes filles qui ont tendance à l'oublier, qu'un tee shirt moulant n'a pas droit de cité dans cette terre de foi. A Islamabad, après une journée torride (température de 40 degrés en moyenne l'été, fréquence de moussons et de pluie), la rupture du jeûne ranime la ville.
Les fidèles par milliers répondent au concert impressionnant d'appels de muezzins émanant de plusieurs mosquées. Une précision cependant, chiites et sunnites ne font pas la rupture au même moment. Il y a toujours cinq à dix minutes de décalage. Inutile de préciser que les uns et les autres ne fréquentent pas les mêmes lieux de culte, cela bien que les deux communautés partagent une longue histoire de cohabitation dans la tolérance. Pourtant, les chiites comme les sunnites ingurgitent les mêmes soupes de légumes. Les Pakistanais nourrissent une même passion pour les jus relevés souvent avec une pincée de sel. La pastèque aussi se mange avec du sel. Ce qui ne veut pas dire qu'Islamabad soit réfractaire au sucre. Les produits sucrés y sont bien consommés.
Les dattes en provenance de La Mecque et de Médine sont très prisées dans ce pays asiatique. L'eau de Zamzam occupe également une place de choix. La plupart des familles gardent l'eau de Zamzam pour le mois de Ramadan. Elles la boivent accompagnée d'une datte pour rompre le jeûne. Côté culinaire, les plats sont très épicés. Les Pakistanais aiment les aliments colorés. Il faut dire que les Pakistanais adorent tout ce qui est couleurs. Islamabad est l'une des rares villes au monde où un homme peut s'habiller de rose sans attirer l'attention. Histoire de tradition. Ici, c'est quasiment une honte de rouler à bord d'un camion non coloré. Un Pakistanais dépense beaucoup pour colorer sa voiture, parfois jusqu'à la moitié du prix d'acquisition.
L'ambiance nocturne des quartiers populaires du Pakistan est riche. Les plus jeunes se ruent vers les endroits festifs, bien que, témoigne une Marocaine ayant vécu à Islamabad, «le choix soit moins important qu'au Maroc». Après la relative accalmie aux environs de minuit, l'heure où se déguste le principal repas de la journée, à base de riz ou de pain local (Thiabatti), les appels à la prière reprennent leur droit. A quatre heures du matin, la plupart des Pakistanais retournent à la mosquée. Ainsi se passe une journée normale de Ramadan dans ce pays qui abrite la mosquée Badshahi à Lahore (capitale culturelle du Pakistan), connue pour disposer de l'une des plus grandes cours de prière du monde musulman.
Un pays-continent
Territoire de près de 800.000 km2, le Pakistan occupe la partie nord-ouest du sous-continent indien. Il partage une frontière à l'ouest avec l'Iran (909 km) et l'Afghanistan (2430 km), au nord-est avec la Chine (523 km), à l'est avec l'Inde (2912 km) et dispose d'une ouverture sur la mer d'Oman, au sud, avec plus de 1000 km de côtes. Constitué de quatre provinces (Punjab, Sind, Balouchistan, North West Frontier Province), de zones tribales, du territoire de la capitale fédérale, de l'Azad-Cachemire et des territoires du nord, le Pakistan apparaît comme un ensemble de régions très contrastées. La plaine de l'Indus, qui traverse le pays du nord au sud, occupe une grande partie du pays. Le Balouchistan (au sud-ouest) et la province frontalière du Nord-Ouest (NWFP) sont montagneux. Le nord compte quelques-uns des plus hauts sommets du monde dont le K2, second pic du monde avec ses 8.616 m. Le Balouchistan est semi-désertique ; seules la vallée de l'Indus et les terres basses irriguées produisent riz et blé. On trouve dans le nord quelques forêts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.