Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les exclus de la démocratie
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 04 - 2002

Des mouvances et des sensibilités politiques se retrouvent, volontairement ou contraintes, en marge du processus électoral qui en train de se mettre en place. Chaque composante a ses motivations en relation avec son idéologie et l'état de son organisation. Voyage dans ces poches de résistance à la normalisation.
Tout mouvement qui fait référence à l'Islam ne sera pas reconnu comme parti politique et participera encore moins aux élections sans cette bannière.
Cette situation s'applique à une seule organisation au Maroc, en l'occurrence Al Adl Wal Ihssane de Abdesslam Yassine. L'association islamiste, interdite, est condamnée ainsi à agir dans la clandestinité sur son terrain de prédilection, le social politique.
Cependant, ce mouvement n'est plus ce qu'il était. On dirait qu'il s'est assagi tout d'un coup. En fait, nombre d'événements survenus ces derniers temps ont contribué à une certaine forme de régulation. D'abord, le champ de l'action sociale occupé par S.M. le Roi Mohammed VI dès son accession au Trône en juillet 1999. Fort et permanent, l'engagement royal dans ce domaine a déstabilisé la stratégie d'un mouvement qui se croyait jusqu'ici imbattable sur ce créneau. Ensuite, la levée de l'assignation à résidence de Cheikh Yassine, décidée par le Souverain. Ce qui a enlevé un argument de taille à ses militants qui profitaient du moindre prétexte pour manifester et réclamer l'élargissement de leur chef. Une manière de se revigorer et d'entrer en confrontation avec les autorités.
Depuis qu'il est libre de ses mouvements et surtout de ses paroles, les faits et gestes de M. Yassine ne sont plus traités comme un événement. Quand il était assigné à résidence à Salé, sa moindre déclaration suscitait un grand intérêt dans les milieux politiques et médiatiques. À l'époque, avant l'avènement de Mohammed VI, le leader de Al Adl Wal Ihssane avait-il été utilisé à son corps défendant comme un épouvantail en le présentant comme un homme dangereux pour faire peur aux Marocains et réaliser ainsi des objectifs inavoués ? Une chose est sûre : un vent de banalisation de la figure islamiste a soufflé dans la conférence de presse qu'il avait donnée à l'occasion de la levée de l'assignation à résidence.
Ceux qui s'attendaient à rencontrer un Yassine charismatique ont plutôt fait connaissance avec un fkih qui de sa voix fluette prêchait les préceptes de l'Islam. Enfin, les événements dramatiques du 11 septembre qui ont endeuillé les Etats-Unis et ébranlé le monde. Fille du Cheikh et porte-parole de l'association, Nadia Yassine n'a-t-elle pas eu ce cri de cœur, presque de détresse : “Si c'est Oussama Ben Laden qui a fait le coup, il nous a joué un sale tour”.
Ces attentats n'arrangent évidemment pas les affaires de l'internationale islamiste avec ses différentes mouvances. Bien au contraire. Ils ont ruiné toute leur stratégie et sont devenus le point de mire de Washington. Al Adl Wal Ihssane, qui s'est longtemps évertué à montrer un visage présentable en condamnant la violence, n'est plus perçue, à la faveur du chambardement du 11 septembre, comme un mouvement modéré. L'hostilité américaine s'est manifestée notamment avec le gel des comptes bancaires des organisations jugées terroristes à travers le monde. Pour l'administration Bush, tout ce qui dégage un parfum islamiste est à combattre. Quel avenir pour l'association de Abdesslam Yassine ? Quelle stratégie de rechange pour s'adapter à la nouvelle donne nationale et internationale ?
Apparemment, le mouvement adopte un profil bas. La manifestation de Rabat en faveur de la Palestine est un pain béni pour des mouvements comme Al Adl Wal Ihssane. Une occasion rêvée de reprendre du poil de la bête. Mais les partisans de Yassine ont été noyés dans la masse des manifestants de tous les horizons politiques. Ayant naguère un certain retentissement, les déclarations de Nadia Yassine à la presse sont actuellement passées de mode. Elle a cependant tenté de revenir dans les bonnes grâces de l'actualité en accordant un entretien au journal espagnol El Mundo de dimanche 7 avril. Les propos publiés sont pour le moins virulents envers la monarchie et S.M le Roi Mohammed VI. Mais l'interviewée ne les assume pas, expliquant que la journaliste a mal interprété ses déclarations. Une technique connue destinée à semer la confusion : on tient les propos que l'on veut à l'étranger puis on s'empresse de les renier au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.