Blinken consulte les alliés européens avant le face-à-face russo-américain    CAN 2021: Première séance d'entraînement des Lions de l'Atlas en vue des 8ès de finale    La Cour suprême inflige un revers à Trump dans l'enquête sur l'assaut du Capitole    L'ONMT déploie une nouvelle task force au FITUR de Madrid    La pandémie de Covid-19 a fragilisé l'ensemble des droits humains dans le monde, selon l'ONU    Maroc-Mexique : Une coopération universitaire qui se fortifie    Météo Maroc: temps assez froid sur l'intérieur du pays ce jeudi 20 janvier    CAN 2021: voici l'adversaire des Lions de l'Atlas aux huitièmes de finale    Le Chery Tiggo 7 Pro remporte le prix du SUV le plus vendu de l'année au Qatar    Tourisme. Des solutions ponctuelles à une crise structurelle    L'ancien président du Wydad, Abdelmalek Sentissi, n'est plus    Auteur de deux agressions, le meurtrier de Tiznit interné à l'hôpital psychiatrique Errazi de Salé    Le PPS appelle à la réouverture des frontières    Accord entre le gouvernement et les syndicats d'enseignement les plus représentatifs    Cervantes, le théâtre centenaire de Buenos Aires    «Il est temps de vous libérer du complexe du colonisé»    Le poète et militant, Houcine Kamari, n'est plus    La circulation temporairement coupée sur ce tronçon routier    Wall Street ouvre en hausse après une forte chute la veille    USA: Bilan mitigé de Biden après un an à la Maison Blanche    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 Janvier 2022 à 16H00    Espagne : L'ONMT déploie une nouvelle task force au FITUR de Madrid    Consommation : Les ménages entre espoir et incertitude pour 2022    Liban : Le gouverneur de la Banque du Liban dans de sales draps    Maroc : La DGI lance un assistant virtuel «chatbot»    «L'autonomie, sous souveraineté marocaine. Autonomie entérinée par l'ONU» : en Espagne, le rapprochement entre Rabat et Berlin scruté    Casablanca : Interpellation de sept individus, dont un agent de sécurité, présumés impliqués dans l'enlèvement et la séquestration    Le PPS critique la faible présence politique du gouvernement et appelle à l'ouverture des frontières    Ouverture de la billetterie pour la Coupe du monde de football 2022    CAN2021-Arbitrage : La Marocaine Bouchra Karboubi assiste l'Ethiopien Tessema à la VAR du ''Soudan-Egypte'' (20h)    L'Oriental Fashion Show retrouve la scène de la mode parisienne    Maroc-Gabon : Le superbe golazo de Hakimi impressionne Mbappé et fait le tour de la toile    CAN: Halilhodzic s'exprime après le match Maroc-Gabon    Covid: nouveau record de contaminations en Allemagne    Ceuta. Les frontières avec le Maroc fermées jusqu'en juin    Covid-19: Abdelilah Benkirane hospitalisé suite à des complications    L'UA condamne "l'attaque terroriste" des houthis contre les Émirats Arabes Unis    Les ports de Casablanca et Jorf Lasfar ont réalisé 70,5% du trafic national en 2021    Bain de foule dans un souk populaire pour Najat Aâtabou (VIDEO)    Attaque des Houthis contre les Emirats : Pr Zakaria Abouddahab fait le point (VIDEO)    Emirates suspend des vols vers les Etats-Unis en raison de la transition 5G    L'Egypte en pleine confiance face au Soudan    Lucile Bernard présente «A l'aube de nos rêves» en février à Marrakech    Fès : Session de formation sur l'éducation inclusive et l'autisme    Khalifa Mennani, membre de Fnair, lance «Mi Lalla»    Affaire Ghali : Le directeur adjoint de la police nationale entendu par le juge Lasala    "أحسن Pâtissier", la deuxième saison bientôt de retour sur 2M !    Enseignement/Dialogue social : l'accord MEN-syndicats, "un accord d'étape" pour la FNE qui "augure du positif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Éditorial : L'offre politique du PDI
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 08 - 2004

Après une éclipse de quatre années environ, voilà Abdelbari Zemzmi de retour avec des déclarations à la presse. Il était interdit de prêche depuis 2001 en raison de ses propos jugés désobligeants envers Mehdi Ben Barka. Abderrahman Youssoufi, alors Premier ministre, n'a pas apprécié ce que l'USFP entière a qualifié d'insulte inadmissible à la mémoire d'une de leurs grandes figures. Il fallait donc réagir et punir ce tribun islamiste qui n'en continuait pas moins d'animer des cercles de la Daâwa et à donner des conférences.
Après une éclipse de quatre années environ, voilà Abdelbari Zemzmi de retour avec des déclarations à la presse. Il était interdit de prêche depuis 2001 en raison de ses propos jugés désobligeants envers Mehdi Ben Barka. Abderrahman Youssoufi, alors Premier ministre, n'a pas apprécié ce que l'USFP entière a qualifié d'insulte inadmissible à la mémoire d'une de leurs grandes figures. Il fallait donc réagir et punir ce tribun islamiste qui n'en continuait pas moins d'animer des cercles de la Daâwa et à donner des conférences.
Autre temps, autres considérations. Tout porte à croire que le nouveau Zemzmi est arrivé avec une feuille de route bien précise. Les dirigeants du PDI, un parti historique en perte de vitesse depuis des lustres sans assise parlementaire ni communale, lui ont proposé de prendre la tête du parti qu'ils entendent transformer en formation islamiste dans l'espoir de retrouver un droit de cité dans le paysage politique national.
Rien que ça. Offre que l'intéressé dit avoir déclinée. Tout en confirmant assister aux réunions du PDI dont il applaudit le projet de mue en question, il met un point d'honneur à tirer à boulets rouges sur le PJD qu'il trouve un peu trop banal à son goût.
Si Abdelbari Zemzmi est déçu par les chemins empruntés par le parti dirigé par Saâd Eddine Al Othmani, il ne lui resterait plus qu'à prouver sa capacité à pratiquer autrement l'islamisme politique.
Pour cela rien de tel que de créer un parti qui rivaliserait avec celui de Ahmed Raïssouni et de Mustapha Ramid. Mais pourquoi en créer de nouveaux alors qu'ils sont déjà disponibles à volonté et certains à l'image du PDI sont même à prendre ? L'avantage de cette dernière enseigne c'est qu'elle est forte d'une légitimité historique incontestable mais que ses héritiers actuels n'ont pas su mettre à contribution pour faire du parti fondé dans les années 40 par Mohamed Belhassan Al Ouazzani une structure politiquement viable.
De la même manière que le MPDC de Abdelkrim Al Khatib a hébergé en 1997 sur demande des autorités les amis de Abdelilah Benkirane avant de prendre l'appellation du PJD, le PDI peut à son tour accueillir en son sein les adeptes de Abdelbari Zemzmi. Cette nouvelle formation, avec la bénédiction des pouvoirs publics, serait le pendant du PJD qui, aux yeux de ces derniers, s'est gravement fourvoyé. En somme, le PDI nouvelle formule cultiverait un islamisme modéré et correct que le PJD a troqué en cours de route contre des pulsions extrémistes. Dans cette configuration, Abdelbari Zemzmi a d'autant plus sa place qu'il a quelques comptes à régler avec les pontes du PJD notamment Ahmed Raïssouni, le patron du MUR qu'il ne porte pas vraiment dans son cœur. L'un cultive l'image d'un prédicateur populaire et un brin populiste, tandis que l'autre s'est installé dans la posture d'un moralisateur à l'orientale. Les deux hommes, adversaires, se détestent cordialement. Il est de temps de les mettre en compétition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.