Gfi Informatique consolide sa position sur le marché africain    Twitter : la salve de Trump contre Emmanuel Macron    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    El Othmani : Le Maroc mobilisé pour la sécurité routière en Afrique    Nouveauté: Le monde rural fait entendre sa voix sur Medradio    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    Agression israélienne contre Gaza, une spirale de violences régionales selon le gouvernement palestinien    Le Groupe BCP lance son « Fintech Challenge »    Le Maroc et l'Inde s'engagent à échanger leurs criminels respectifs    Nouvel effondrement meurtrier à Jerada    Taroudant : Un couple achète un nouveau-né à 750 DH    Theresa May réunit son gouvernement, divisé sur le Brexit    Ouvrage collectif : Pour une meilleure exploration culturelle du continent    Les universités marocaines bien loties!    L'art martial et la manière    Le Conseil supérieur de l'autorité judiciaire livre son premier bilan    Le secrétariat du PJD prévoit des visites en Algérie    Baddou, réélu au Comité exécutif de la GFIA    Riposte des élèves. Ils sont manipulés, selon Amzazi    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    HACA : 47 plaintes traitées et 36 opérateurs sanctionnés    Près de la moitié de la population a une couverture médicale    CAN2019 : Le Cameroun plus proche que jamais du désistement    Lancement des spectacles de théâtre Amazigh au profit des MRE    Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement    Le Maroc désigné pays organisateur des Jeux Africains 2019    Edito : Actualiser le social    BAM : Les taux en baisse pour les particuliers, en hausse pour les TPME    Boissons sucrées. La TIC augmente de 50%    Accord Agricole Maroc-UE : Feu vert de la Commission parlementaire européenne    Sarah Perles, révélation des Césars !    Maroc, de quelle culture parlons-nous ?    Première norme anticorruption: Une démarche préventive    Emmanuel Dupuy : La France et le Maroc sont engagés dans une coopération sur le plan judiciaire contre les organisations terroristes    S.M le Roi prend part au déjeuner offert par Emmanuel Macron à l'occasion du centenaire de l'Armistice    Le Barça battu chez lui, le Real fortifie Solari    La maladie de Parkinson commence peut-être dans l'appendice    Divers    Copa Libertadores : Boca résiste à River dans une Bombonera en fusion    Insolite : Le tour de la GB à la nage    La FDT en marche à Essaouira    11 novembre 1918 : Le rôle et les sacrifices des troupes indigènes de l'Armée d'Afrique    Washington durcit le ton avec Ryad à propos du meurtre de Khashoggi    Lancement de la première édition de l'événement "Go Goal" à Rabat    A Copenhague, Leila Slimani dissèque le rapport intimité et écriture    Tarek El Bakri: La littérature dédiée aux jeunes a une vocation éducative    La FMEJ met les points sur les «i»    Armistice : Le Maroc au premier rang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le jeu caché du MUR et du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 08 - 2004

Le PJD et le MUR sont officiellement deux entités différentes. Mais, en réalité, les deux formations sont un seul mouvement qui fonctionne d'une manière synchronisée et parfaitement mise en scène par leurs dirigeants.
Ils sont deux mouvements, l'un politique et l'autre idéologique. Ils ont deux objectifs différents : le premier cherche à investir le pouvoir par la voie politique, l'autre cherche à diffuser le message de Dieu par le biais da la Daâwa islamique. Ils ont chacun un journal : le premier a un hebdomadaire qui s'appelle Al Asr et le deuxième publie un quotidien sous l'enseigne d'Attajdid. Il s'agit du Parti de la Justice et du Développement (PJD) et du Mouvement Unicité et Réforme (MUR).
Toutefois, tous ces signes de séparation entre les deux ne sont que les éléments constitutifs d'une grande mascarade politique orchestrée par une seule et même équipe qui gère simultanément les deux formations. Une équipe dont on retrouve les membres dans les directions de l'un et l'autre mouvement.
Une stratégie qui a été élaborée d'une manière méticuleuse entre les membres d'une même équipe où un jeu de positionnement a servi à placer tout le monde dans des postes clefs dans les deux camps.
Pour ce faire, il a été créé, dans chacun des deux mouvements, deux instances dirigeantes de manière à ce que ceux qui s'affichent devant l'opinion publique en tant que principaux responsables dans l'une des formations puissent participer à la gestion de l'autre via une instance qui reste dans l'ombre.
Ainsi, le PJD dispose d'un secrétariat général qui assume la direction apparente du parti, alors que le Conseil national tient discrètement les rênes. Idem pour le MUR qui dispose d'un bureau exécutif et d'un Conseil de la Choura. Cette répartition permet, par exemple, aux dirigeants du PJD de siéger dans le Conseil de la Choura du MUR et permet aussi aux membres du Bureau exécutif de ce dernier d'avoir une place garantie dans le Conseil national du PJD.
Dans la presse, on retrouve la même tactique. Le PJD a un journal hebdomadaire où il maintient une position plus ou mois modérée, alors que tous ses ténors se permettent de tenir des discours radicaux dans des articles qu'ils publient au quotidien Attajdid géré par le MUR. Ainsi, le parti peut à tout moment dire qu'il n'approuve pas la position exprimée par l'un de ses membres alléguant qu'elle n'a pas été publiée par son organe de presse officiel.
En somme, il s'agit d'un double discours flagrant, mais qui a permis jusqu'à maintenant aux deux mouvements de tromper l'opinion publique, en se cachant l'un derrière l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.