Le Souverain nomme Mohamed Bachir Rachdi à la tête de l'Instance nationale anti-corruption    Madeleine Albright, guest star de l'Atlantic Dialogues    Conseil de la concurrence : El Otmani souligne l'importance d'accélérer les travaux    France : Ghosn maintient son poste de PDG de Renault    FIFA : Près de 2 milliards d'euros versés aux intermédiaires depuis 2013    Santé reproductive : Les praticiennes plaident pour l'amélioration de leur statut    Double exposition autour du « Maroc de Doaud Aoulad-Syad »    Racisme : L'ONU veut passer le Maroc à la loupe    Mme Meriem Othmani, Présidente de l'INSAF, appelle à se mobiliser contre le travail des petites bonnes    Autonomisation des femmes. ACWA Power et ECOHZ s'engagent    Martin Scorsese, parrain officiel de la Cinémathèque marocaine    En vidéo – Turquie : 9 morts et 47 blessés dans un accident de TGV    CAN 2019 : L'Egypte en lice pour l'organisation    Le nouveau plan de la CGEM et de l'AMIC pour le financement des strartups    Publication de «La lettre de créance, apothéose de la vérité»    Coupe arabe des clubs champions : Le Raja souffre mais se qualifie pour les quarts de finale    Un manifeste en 7 mesures pour les droits de la femme    L'armée égyptienne annonce la mort de 27 "terroristes" dans le Sinaï    Nette amélioration recettes de la conservation foncière    Migrations    Coupe du Trône de saut d'obstacles : La finale de la 6è édition du 14 au 16 décembre au RCSE Dar Es Salam    Casablanca : Le festival du film arabe désormais sur la carte des événements marocains    Syrie.. Avertissement américain à l'égard de la Turquie    Accident de TGV en Turquie: au moins 7 morts et 46 blessés    Qatar hôte de la finale de la Supercoupe entre le Raja de Casablanca et l'Espérance de Tunis    Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la fusillade de Strasbourg    Venezuela: Les électeurs boycottent les urnes…    N° 1281 en kiosque : Le pacte de bonne espérance    Le groupe basque International Citrus Band présente son album "Latitudes"    Adoption des lois : Les députés mettent le paquet    Fondation BMCE Bank: 37 bacheliers des écoles Medersat.com primés    La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite, soutenu par la BVC    Le modèle marocain en matière de financement des agriculteurs présenté à Libreville    La qualité des produits du terroir marocain saluée au "SIAL Middle East 2018"    Divers Economie    Signature d'une convention pour la création d'une unité industrielle à Nador    La concurrence en Afrique est moins féroce qu'au Maroc    "Mbarek o masoud" Une pièce théâtrale interprétée par des détenus    Divers    Naissance au Brésil du premier bébé grâce à une greffe d'utérus    Rapport GermanWatch sur l'indice mondial des risques climatiques Le Maroc s'en tire à bon compte    Le sambo rejoint la famille olympique    Ligue des champions : Liverpool grâce à Salah    Guardiola soutient Sterling et appelle à combattre le racisme tous les jours    News    Juliette Binoche présidente du jury de la Berlinale    Le syrien Nabil Suleiman préside le jury du Festival international du film transsaharien de Zagora    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un Marocain primé par l'UNESCO
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 09 - 2004

Un universitaire et enseignant belge d'origine marocaine, Ahmed Medhoune a reçu à Genève, en marge d'une importante conférence internationale sur l'Education, la médaille Comenius de l'UNESCO pour son projet de tutorat au profit d'élèves en situation d'échec scolaire à Bruxelles.
La consécration d'Ahmed Medhoune vient récompenser plusieurs années de travail. La médaille Comenius a été remise à Medhoune lors d'une grande cérémonie organisée en marge des travaux de la 47ème Conférence du Bureau international de l'éducation (BIE de l'UNESCO), à laquelle assistaient plusieurs responsables de ces institutions ainsi que de nombreuses délégations participant à cette conférence.
Dans un entretien accordé à MAP-Genève en marge de cette cérémonie, Medhoune rappelle que tout avait démarré en 1989. A l'époque, rappelle-t-il, les directeurs d'établissements scolaires étaient déjà sérieusement confrontés à la problématique de l'échec scolaire. On entendait parler de "tutorat", mais celui-ci était surtout pratiqué dans les écoles anglo-saxonnes, et demeurait quasi inexistant en Belgique.
Expliquant le sens et les objectifs de ce projet tutorat (financé et soutenu par l'Université libre de Bruxelles, ULB, où il enseigne), Medhoune indique qu'il s'agit de soutenir les élèves sur le plan des savoirs et du savoir-être. Il s'agit également d'introduire de nouveaux modèles sociaux dans le système de référence des élèves, de faciliter le travail des enseignants et de conseiller et informer les élèves sur leurs choix d'études futures en les préparant à la transition vers l'enseignement supérieur.
Dans le cadre de ce projet, chaque année, une centaine d'étudiants de l'enseignement supérieur, recrutés par l'équipe en charge du projet, aident un millier d'élèves dans une quinzaine d'écoles secondaires.
La grande majorité des élèves bénéficiant de ce tutorat sont des jeunes issus de l'immigration, et pour une bonne part d'entre eux d'origine marocaine.
Lorsqu'il a commencé à mettre en place ce système en 1989, ajoute Medhoune (il était alors enseignant du secondaire et chercheur), l'idée s'est vite imposée qu'il fallait proposer à ces jeunes en situation d'échec scolaire des "images positives" de leur culture, car beaucoup de ces jeunes souffraient d'une "identité abîmée", due à l'image négative que la société Belge leur renvoyait d'eux. "On se rendit en effet rapidement compte que s'occuper de la santé mentale de ces étudiants était un préalable pour qu'ils puissent commencer à être en disposition de réussir à l'école.
Et il s'avéra qu'il était plus intéressant de mener auprès de ces jeunes une politique de valorisation (identitaire et culturelle), que de leur offrir des soins psychothérapeutiques", explique M. Medhoune. "Ce projet n'est pas un projet de rattrapage au sens classique du terme".
• Mostafa Benhamza (MAP)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.