Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le volontarisme de Moratinos
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 09 - 2004

Le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, Miguel Angel Moratinos, a expliqué, lundi, devant le Sénat que son gouvernement veut créer une nouvelle dynamique de négociation pour parvenir à une solution juste et acceptée par les parties pour le règlement de l'affaire du Sahara marocain.
Le gouvernement espagnol ne cède pas au chantage des minorités parlementaires et des associations créées par le Polisario en Espagne et qui font de l'affaire du Sahara un fonds de commerce dont le seul but et de drainer les aides alimentaires et financières qui sont ensuite détournées par Mohamed Abdelaziz et compagnie.
Le gouvernement espagnol, présidé par le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, maintient sa position diplomatiquement sage et politiquement juste sur la question du Sahara. Une position à la fois courageuse et créative, et dont le seul but est de parvenir à un déblocage réel de la situation de conflit qui a trop duré et qui fait perdurer la souffrance des ressortissants marocains sahraouis séquestrés à Tindouf, depuis presque trois décennies.
Lundi, devant la commission des Affaires étrangères du Sénat espagnol, le ministre des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, a défendu la politique espagnole sur ce conflit artificiel et a expliqué la position du gouvernement socialiste et sa volonté d'inciter à la création d'une nouvelle dynamique de négociation pour sortir de la situation d'impasse que connaît le dossier.
Moratinos, qui est intervenu devant ladite commission sur sa propre demande, a pris cette initiative afin de mettre un terme à la campagne menée par le Parti populaire au sein du Sénat (la deuxième Chambre du Parlement espagnol) et qui a permis l'adoption, il y a quelques jours, d'une motion invitant le gouvernement espagnol à ne pas permettre que la solution du conflit soit abordée en dehors du cadre des Nations unies.
En diplomate chevronné et en politicien rompu aux batailles politiques les plus difficiles, Moratinos est allé affronter les détracteurs de sa politique sur leur propre terrain, au Sénat.
Devant la commission, le chef de la diplomatie espagnole a d'abord insisté sur la volonté du Maroc de résoudre le conflit du Sahara, ce qui contredit la thèse des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume qui mènent une campagne de désinformation en Espagne, prétendant que c'est le Maroc qui bloque le processus de résolution de ce conflit. Moratinos a aussi annoncé que son gouvernement plaidera aux Nations unies pour l'élargissement du mandat du représentant spécial du secrétaire général de l'ONU, Alvaro de Soto, pour qu'il puisse trouver des formules politiques acceptables par toutes les parties.
Moratinos a révélé aussi que son pays défendra devant le Conseil de sécurité de l'ONU une nouvelle résolution qui proroge de 6 mois le mandat de la Mission des Nations unies pour le Sahara (MINURSO) et qui confère au représentant spécial du secrétaire général une "marge de manœuvre suffisante", afin de créer "une dynamique de négociation que puissent accepter les parties". Cette résolution est en cours de rédaction.
L'Espagne, qui participe aux côtés du Royaume-Uni, de la France, de la Russie et des Etats-Unis à sa confection, appelle à son adoption par le Conseil de sécurité avant le 31 octobre, date de l'expiration du mandat de la MINURSO. S'agissant de la solution à trouver au conflit, le ministre espagnol a précisé que c'est au représentant spécial du secrétaire général de l'ONU qu'il revenait de chercher des formules politiques pour parvenir à un accord entre les parties concernées.
Dans ce sens, il a expliqué que son gouvernement a adopté une "diplomatie active" concernant le conflit du Sahara au lieu de la soi-disant "neutralité passive", que le gouvernement antérieur, présidé par le Populaire, José Maria Aznar. Pour ce qui est de la motion adoptée par le Sénat sur ce dossier, le ministre espagnol a déclaré officiellement devant la commission qu'il ne partageait pas le contenu de ce document, qui appelle le gouvernement à maintenir la négociation au sein de l'ONU, "sans la transférer à des cadres bilatéraux ou régionaux". Moratinos a expliqué que "toutes les actions sont complémentaires", ajoutant que son gouvernement va déployer tous les efforts nécessaires pour résoudre ce conflit, en explorant toutes les voies possibles. Moratinos répond ainsi à la thèse du leader de l'opposition, le Parti populaire, qui appelle à ce que le Plan Baker soit l'unique voie de solution, et ce sans qu'il subisse des modifications.
Par ailleurs, pour ce qui est du principe de l'autodétermination, le chef de la diplomatie espagnole a précisé, devant les sénateurs espagnols, que la position de l'Espagne est fondée sur le principe de la recherche d'une solution juste et définitive, conforme au "principe d'autodétermination" des Sahraouis et qu'elle puisse être soumise à référendum".
Ainsi, le processus de recherche d'une solution pour le gouvernement espagnol, selon les déclarations de Moratinos, consiste créer une dynamique de négociation qui peut être parrainée par les Nations unies mais pas forcément sous sa tutelle directe, afin de parvenir à un accord accepté par les parties concernées, avant de le soumettre à un référendum.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.