Le RNI convoque son «parlement»    Comité des représentants permanents de l'UA : Le Maroc présent à la 41ème session ordinaire    HCP : La confiance des ménages toujours en berne    Accord sur l'organisation de la 24ème assemblée générale de l'OMT à Marrakech : La signature est prévue début février    SM le Roi reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Détournement de fonds publics : Enquête judiciaire à l'encontre d'un policier à Beni Mellal    L'émission «Ahssan Pâtissier» débarque sur 2M    Programme Intelaka : Des financements de 1,25 milliard DH alloués par Attijariwafa Bank    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    La proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres de l'ONU    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    Top 10 des applications les plus téléchargées en 2020    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    Honorable distinction d'un militant amazigh    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    Les Etats-Unis ouvrent un nouveau chapitre    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Edito: Le maire doit partir    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le volontarisme de Moratinos
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 09 - 2004

Le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, Miguel Angel Moratinos, a expliqué, lundi, devant le Sénat que son gouvernement veut créer une nouvelle dynamique de négociation pour parvenir à une solution juste et acceptée par les parties pour le règlement de l'affaire du Sahara marocain.
Le gouvernement espagnol ne cède pas au chantage des minorités parlementaires et des associations créées par le Polisario en Espagne et qui font de l'affaire du Sahara un fonds de commerce dont le seul but et de drainer les aides alimentaires et financières qui sont ensuite détournées par Mohamed Abdelaziz et compagnie.
Le gouvernement espagnol, présidé par le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, maintient sa position diplomatiquement sage et politiquement juste sur la question du Sahara. Une position à la fois courageuse et créative, et dont le seul but est de parvenir à un déblocage réel de la situation de conflit qui a trop duré et qui fait perdurer la souffrance des ressortissants marocains sahraouis séquestrés à Tindouf, depuis presque trois décennies.
Lundi, devant la commission des Affaires étrangères du Sénat espagnol, le ministre des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, a défendu la politique espagnole sur ce conflit artificiel et a expliqué la position du gouvernement socialiste et sa volonté d'inciter à la création d'une nouvelle dynamique de négociation pour sortir de la situation d'impasse que connaît le dossier.
Moratinos, qui est intervenu devant ladite commission sur sa propre demande, a pris cette initiative afin de mettre un terme à la campagne menée par le Parti populaire au sein du Sénat (la deuxième Chambre du Parlement espagnol) et qui a permis l'adoption, il y a quelques jours, d'une motion invitant le gouvernement espagnol à ne pas permettre que la solution du conflit soit abordée en dehors du cadre des Nations unies.
En diplomate chevronné et en politicien rompu aux batailles politiques les plus difficiles, Moratinos est allé affronter les détracteurs de sa politique sur leur propre terrain, au Sénat.
Devant la commission, le chef de la diplomatie espagnole a d'abord insisté sur la volonté du Maroc de résoudre le conflit du Sahara, ce qui contredit la thèse des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume qui mènent une campagne de désinformation en Espagne, prétendant que c'est le Maroc qui bloque le processus de résolution de ce conflit. Moratinos a aussi annoncé que son gouvernement plaidera aux Nations unies pour l'élargissement du mandat du représentant spécial du secrétaire général de l'ONU, Alvaro de Soto, pour qu'il puisse trouver des formules politiques acceptables par toutes les parties.
Moratinos a révélé aussi que son pays défendra devant le Conseil de sécurité de l'ONU une nouvelle résolution qui proroge de 6 mois le mandat de la Mission des Nations unies pour le Sahara (MINURSO) et qui confère au représentant spécial du secrétaire général une "marge de manœuvre suffisante", afin de créer "une dynamique de négociation que puissent accepter les parties". Cette résolution est en cours de rédaction.
L'Espagne, qui participe aux côtés du Royaume-Uni, de la France, de la Russie et des Etats-Unis à sa confection, appelle à son adoption par le Conseil de sécurité avant le 31 octobre, date de l'expiration du mandat de la MINURSO. S'agissant de la solution à trouver au conflit, le ministre espagnol a précisé que c'est au représentant spécial du secrétaire général de l'ONU qu'il revenait de chercher des formules politiques pour parvenir à un accord entre les parties concernées.
Dans ce sens, il a expliqué que son gouvernement a adopté une "diplomatie active" concernant le conflit du Sahara au lieu de la soi-disant "neutralité passive", que le gouvernement antérieur, présidé par le Populaire, José Maria Aznar. Pour ce qui est de la motion adoptée par le Sénat sur ce dossier, le ministre espagnol a déclaré officiellement devant la commission qu'il ne partageait pas le contenu de ce document, qui appelle le gouvernement à maintenir la négociation au sein de l'ONU, "sans la transférer à des cadres bilatéraux ou régionaux". Moratinos a expliqué que "toutes les actions sont complémentaires", ajoutant que son gouvernement va déployer tous les efforts nécessaires pour résoudre ce conflit, en explorant toutes les voies possibles. Moratinos répond ainsi à la thèse du leader de l'opposition, le Parti populaire, qui appelle à ce que le Plan Baker soit l'unique voie de solution, et ce sans qu'il subisse des modifications.
Par ailleurs, pour ce qui est du principe de l'autodétermination, le chef de la diplomatie espagnole a précisé, devant les sénateurs espagnols, que la position de l'Espagne est fondée sur le principe de la recherche d'une solution juste et définitive, conforme au "principe d'autodétermination" des Sahraouis et qu'elle puisse être soumise à référendum".
Ainsi, le processus de recherche d'une solution pour le gouvernement espagnol, selon les déclarations de Moratinos, consiste créer une dynamique de négociation qui peut être parrainée par les Nations unies mais pas forcément sous sa tutelle directe, afin de parvenir à un accord accepté par les parties concernées, avant de le soumettre à un référendum.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.