Espagne: La dépouille de Franco sera exhumée ce jeudi…    Rapatriement du corps d'une des victimes marocaine du crash d'Ethiopian Airlines    Message verbal du roi Mohammed VI au nouveau président tunisien    Casablanca : 8.225 suspects arrêtés en 12 jours    2e Conférence internationale sur la justice    L'artiste Mohamed Louz n'est plus    Campagne électorale en Espagne    Elections. La participation des MRE activée en 2021 ?    PLF 2020. Benchaâboun défend les choix du gouvernement    Prix à la consommation. L'enseignement, toujours le plus cher    Le sort du mythique hôtel Lincoln enfin tranché    PLF 2020 : Benchaâboun présente le projet devant le Parlement    Industrialisation: Quel nouveau modèle de développement africain ?    Voici l'état-major de la Banque centrale    L'OCP intègre le réseau mondial WBCSD    Accident d'une rame de tramway T1 avec un piéton : RATP Dev Casablanca présente ses condoléances à la famille du défunt    Climat des affaires: Un plus grand rôle pour le système judiciaire    Sommet Russie-Afrique: Les défis ne manquent pas    Insolite : Fier d'avoir été insulté par Trump    Renault : Le futur directeur général pas nécessairement français    Erdogan menace de relancer l'offensive avant de rencontrer Poutine    Boeing multiplie les efforts pour le retour en service du 737 Max    Tunisie: Kaïs Saïed investi président    Vidéo : des pêcheurs rifains portent secours à des migrants    Salon du cheval: Valoriser et transmettre un héritage aux nouvelles générations    Salon du cheval d'El Jadida : Les voitures classiques se mettent en scène    Suarez doit enfin chasser le sortilège loin de Barcelone    Ballon d'or 2019 : Rapinoe, Mbappé et Van Dijk en vedette    Divers sportifs    Raja Club Athletic. Une valorisation à 400 MDH ?    L'ONMT exporte l'événement en Chine : Le Rallye Aicha des Gazelles se déplace dans le désert de Naiman    Kick-boxing : La sélection marocaine prend part aux Championnats du monde à Sarajevo    La présence de satellites iraniens en Afrique de l'Ouest préoccupe le Maroc et les Etats-Unis    En réponse aux Hautes orientations royales : Sensibilisation jusqu'au 4 novembre au développement de la petite enfance    Morocco, now competing with developed countries!    Facebook to Identify State-Run Media    Belgique : L'ARES accorde des bourses aux étudiants marocains    Why Turkey Wants a Safe Zone in Syria    Eric Renard : L'économie sociale et solidaire représente l'économie de demain    Voir la vie en vert    Marrakech à l'heure de la réconciliation ittihadie    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Adam" en lice pour le Tanit d'or des Journées cinématographiques de Carthage    Coup d'envoi du Salon régional du livre et de l'édition à Fès    Publié par Cosumar et les éditions Langages du Sud : Un nouveau livre met en valeur la succulence des variétés culinaires marocaines    TV5 Monde choisit Marrakech et Ouarzazate pour tourner des documentaires sur le Maroc    13ème Festival international du théâtre universitaire de Tanger : C'est parti !    Festival de Fès de la culture soufie: «Produire du sens pour vivre en harmonie»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Éditorial : Esprit du 6 novembre, es-tu là ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 11 - 2004

Un élan particulier soulève tout Marocain en regardant les images de la Marche Verte sur fond de ce bel chant patriotique à la gloire du Sahara marocain. Images respirant sincérité et simplicité, dévouement et spontanéité.
Un élan particulier soulève tout Marocain en regardant les images de la Marche Verte sur fond de ce bel chant patriotique à la gloire du Sahara marocain. Images respirant sincérité et simplicité, dévouement et spontanéité. Le pas déterminé, la tête haute, armés du Coran et du drapeau national, unis autour du Roi, les marcheurs issus de différentes régions du pays ont libéré pacifiquement et symboliquement les territoires du Sud, franchissant la frontière factice les séparant de la mère-patrie à cause de la colonisation espagnole. Une leçon.
Que reste-t-il aujourd'hui de l'esprit de cette épopée du 6 novembre 1975 ? Une chose est sûre : les commémorations doivent servir moins pour céder à la tentation de l'autosatisfaction que pour trouver des motifs nouveaux de croire et de travailler pour un avenir meilleur.
Les valeurs de patriotisme et de sacrifice qui ont imprégné cette manifestation grandiose, le Maroc actuel en a fortement besoin pour engager et encadrer d'autres marches similaires. Des marches non moins cruciales vers le progrès et le développement économique et social. L'élan du 6 novembre, qui a révélé à la face du monde un Maroc solidaire, brave et réactif, doit être réactualisé pour ne pas dire ressuscité en vue de relever les défis nombreux qui assaillent le pays de toutes parts. Difficile de savoir si ce souffle est toujours vivace chez les Marocains ou bien s'il s'est avachi avec des temps devenus de plus en plus difficiles. Car, depuis cette date-clé de l'Histoire du Royaume, aucun grand projet mobilisateur, concret et réalisable, à la mesure de la Marche Verte, n'est venu réellement mettre de nouveau à l'épreuve leur flamme citoyenne et sortir la nation de ce défaitisme qui l'enveloppe comme un halo malsain .
Tout se passe comme si tout le monde préférait le confort de l'immobilisme au courage des grandes causes. En effet, pas de grand chantier pour faire rêver réellement les citoyens, qu'ils soient nantis ou moins nantis, rien ou presque dans le marasme ambiant ne les fait vibrer à l'unisson, rien ne les invite à se passionner… Résultat, chacun formule des vœux assis dans son petit coin. Le paumé de Khouribga pour émigrer en Europe à bord d'une patera au risque de sa vie, l'exportateur des navets pour que la Loi de finances accorde à son secteur d'activité une petite carotte fiscale, le riche pour que son enfant soit admis dans une grande école de commerce à l'étranger et le vendeur ambulant pour qu'il ne pleuve pas… Mais ces souhaits en solo et ces attentes personnelles n'avancent pas la situation d'un pays.
Les raisons de cet égocentrisme, il faut certainement les chercher du côté de l'attitude de ceux qui sont censés offrir une part de rêve dans leur programme.
Au Maroc, l'un et l'autre sont en panne. Ni rêve, ni programme. Malgré les appels incessants du Souverain pour revivifier le génie des révolutions comme celles du 6 novembre et du 20 août, rien n'y fait. Des partis politiques toujours désemparés sans aucune prise sur la réalité, un gouvernement atone qui donne l'impression d'expédier les affaires courantes, des syndicats enlisés dans des conflits qui ont peu à voir avec les intérêts de la classe ouvrière, des secteurs économiques plus sur la défensive à cause d'une mondialisation rampante…
Quand l'offre de rêve est inexistante, c'est le chacun pour soi qui règne en maître au détriment de la collectivité. L'incivisme bat son plein, l'intérêt général est battu en brèche par les opportunismes de tout acabit et les vrais enjeux se perdent dans les méandres de la langue de bois et de la phraséologie qui ne parle pas aux gens. À quand le sursaut?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.