Monétique: Attijariwafa bank accepte les cartes JCB du réseau Japonais sur ses guichets automatiques    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Pour une université ancrée dans son espace régional    Fadila Mastaka, une «militante» passionnée pour l'amélioration du quotidien de la gent féminine    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Le MAS s'offre Berkane au bout d'un match inoubliable     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    Raja- Sidi Kacem: à quelle heure et sur quelle chaîne ? (Coupe du trône)    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    «Nous sommes de retour, vous êtes perdus!» : en Algérie, le Hirak veut chasser la caste au pouvoir    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    «Itsxanaxx/Xanaxx» lance «Flex» en featuring avec d'autres artistes    Vaccin Covid-19: 8 millions de doses reçues par le Maroc à ce jour    L'unanimité pour le code électoral et à la révision des listes électorales des chambres professionnelles    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Fiscalité: La TVA, «principale composante» qui influence le secteur informel    Zniber fustige les allégations mensongères de l'Algérie    Sociétés cotées: baisse considérable de l'investissement en 2020    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Contacts suspendus avec Berlin : le positionnement de l'UE relatif au Sahara en cause ?    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    L'arganier au centre de l' attention de l'Assemblée générale des Nations unies    Camille Sari: La formation et l'égalité des chances feront du Maroc un hub pour les investissements étrangers    Emploi : la DEPF réalise une étude sur les coûts des inégalités de genre    Covid-19 : 168 millions d'enfants ont déserté les bancs de l'école depuis un an    Joe Biden promet des vaccins pour tous les adultes américains d'ici fin mai    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    Plus de la moitié des marchandises de contrefaçon saisies sont transportées par voie maritime    Comment s'explique la baisse de la rentabilité des secteurs cotés entre 2008 et 2019 ?    57.000 demandes de report des échéances de crédit par les transporteurs touristiques pour 5 MMDH    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    Le Maroc, premier exportateur arabe vers le Brésil en janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux faces d'un même peintre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 10 - 2002

Le peintre Abdellatif Lasri marque son retour au Maroc avec deux expositions. La première, une série de portraits, se poursuit jusqu'au 1er novembre au club Weimar de l'Institut Goethe de Rabat, la deuxième aura lieu à partir du 10 octobre dans un hôtel particulier à Casablanca. Deux expositions différentes pour un même grand peintre.
La corporation des peintres se joue de l'âge, du temps. Les modernes aiment revenir aux anciens, entrer en dialogue avec eux, marquer de leur empreinte leurs œuvres, les renouveler. C'est ainsi que plusieurs grands peintres ont réalisé des variations à partir des tableaux de ceux qui les précèdent. Matisse avec Cézanne, Picasso avec Delacroix ou Bacon avec Velasquez. Les portraits d'Abdellatif Lasri s'inscrivent dans cette optique. C'est un clin d'œil aux premiers tableaux cubistes. Une question a passionné les historiens d'art : est-ce que les masques sculptés en Afrique Noire sont à l'origine de l'un des mouvements les plus importants de la peinture moderne ou non ?
Les portraits de Lasri inclinent à penser que oui. C'est un hommage à la fois au formalisme strict de la sculpture dite nègre et aux tableaux cubistes qui s'en sont inspirés. Dans certains portraits de Lasri, le nez est de travers comme dans «Les demoiselles d'Avignon» de Picasso. Mais il serait naïf de penser que Lasri se contente de se référer à une période de l'histoire de l'art sans y apporter sa touche. Ses portraits, «jamais d'après modèle», comme le précise l'intéressé, s'apprécient aussi indépendamment de la charge historique qu'ils véhiculent. Ils sont porteurs de tension. Tension haussée du point de vue de la facture par l'utilisation du couteau. La main du peintre ne cherche pas à cacher ses égarements. Elle entame la chair de la peinture. La confrontation entre la forme qui naît du dessin et de la peinture est de surcroît manifeste. La figuration se résorbe parfois dans la peinture pour laisser de l'éclat à la matière. D'autre fois, la peinture se retient pour laisser surgir le portrait.
C'est très probablement dans cette superposition des couches de peinture que se situe l'une des marques de l'identité du faire de l'artiste. Toutes les couches de peinture sont visibles. La peinture de l'intéressé en ressemble à un palimpseste dont on n'a pas cherché à effacer les premières graphies. Lasri y montre aussi ses talents de coloriste. Et le curieux, c'est qu'un portrait en noir et blanc peut parler avec plus de force aux spectateurs que les tableaux en couleur. Dans ce tableau peint directement à l'aide de tubes noirs et blancs, la peinture prend la légèreté d'un trait de dessin. La deuxième série de tableaux du peintre ne ressemble en rien à la première. Elle sera exposée dans un hôtel particulier du cinéaste Abdelhaï Laraki.
On peut légitimement s'étonner qu'un peintre de renom qui exerce son art depuis des années, fondateur de «l'espace Lasri» à Paris, un lieu ouvert à plusieurs artistes de notre pays, soit dans la contrainte d'exposer ses œuvres dans des lieux qui ne s'y prêtent pas. Parce que le club Weimar, aussi méritoire que soient sa politique culturelle et la qualité des artistes qu'il montre au public, est un restaurant, et l'hôtel particulier de Laraki n'est pas une galerie. Lasri impute cela au «déficit de galeries au Maroc. Il n'existe pas de galeries professionnelles dans notre pays. Les peintres installés au Maroc l'ont compris. Cela fait des années qu'ils exposent chez eux dans un cadre confidentiel», dit-il. Son obstination à montrer ses œuvres est louable. D'autant plus que le spectateur pourra se faire, dans la deuxième série, une idée des travaux récents du peintre. Ceux qui suivent le travail du peintre depuis des années verront qu'il se détache peu à peu des grilles pour se lancer dans une nouvelle aventure. Cette exposition montre l'évolution du peintre vers autre chose. Les traits qui délimitent ses grilles s'épaississent si bien dans certains tableaux qu'ils se décomposent complètement dans d'autres. Le spectateur sera attentif à cet abandon de la grille pour libérer des couleurs chaudes, brûlantes. Lasri aime utiliser, comme il le précise, «des peintures pures».
Ses couleurs trop criantes peuvent apparaître sirupeuses. Au spectateur d'en juger. Mais force est de reconnaître que ses tableaux, où il existe une économie de couleurs entraînent mieux l'adhésion.
Deux tableaux méritent à cet égard notre attention. Le premier est inspiré des murs revêtus de goudrons. Il présente une telle force que son mélange de noir et de blanc ressemble à un tourbillon auquel le regard ne peut pas s'arracher. Le deuxième se constitue de taches rouges sur une surface blanche. Il n'y a rien à dire, c'est peut-être l'œuvre la plus intéressante du peintre. Abdellatif Lasri, le coloriste, n'est peut-être meilleur peintre que lorsqu'il économise la peinture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.