Lancement des préparatifs de la session extraordinaire    Le CDH interpellé sur la responsabilité de l'Algérie    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Le Maroc contribue à l'effort mondial    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Covid-19 en France: coup d'accélérateur à la campagne de vaccination    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Un danger permanent à Casablanca    Salafin : recul de 13% du PNB en 2020    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Sociétés cotées : les secteurs de l'automobile et des télécoms enregistrent une appréciation relative de leurs revenus    10.000 hectares d'arganier à planter à l'horizon 2022    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    L'agriculture marocaine se remet du choc de la sécheresse    De fortes averses orageuses attendues mardi et mercredi    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Des bus "made in Morocco" bientôt déployés en Afrique    La CGEM veut promouvoir la R&D, l'entrepreneuriat et la formation    Driouech et El Homrani, Catalans et Marocains    Collectivités Territoriales: Avec la nouvelle loi, la représentation féminine dépassera 25%    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    Maroc: les mesures restrictives seront-elles renforcées pendant Ramadan ?    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Prolongement du couvre-feu: les propriétaires des cafés en colère    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à trois de prison dont un an ferme    Edito : Régions centralisées    Le premier ambassadeur émirati en Israël est entré en fonction    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Ouverture mardi d'une session extraordinaire de la Chambre des représentants    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UNFPA: Quand la société civile se mobilise pour les droits des adolescentes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 07 - 2016

Quel rôle joue la société civile quand il s'agit de protéger les droits des adolescentes au Maroc ? Une question qui a suscité les réponses de différents acteurs associatifs lors de la célébration de la journée mondiale de la population. La rencontre, organisée par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) Maroc, hier à Rabat, a permis d'étaler les actions mises en œuvre par plusieurs associations engagées, défendant les droits de l'Homme en général et les mineures en particulier.
Après le vote du projet de loi 19.12, qui interdit le travail des domestiques qui ont moins de 16 ans, la problématique de la «jeune fille marocaine» et ses droits revient en force. Cette fois, il est question de son individualité, de son droit à l'éducation ainsi que son droit à la santé. A cet effet, plusieurs organisations non gouvernementales se sont mobilisées afin d'assurer une meilleure intégration de la femme marocaine, et ce depuis un âge précoce – l'adolescence. Pour l'UNFPA, le choix de la thématique de cette année est né du constat fait dans de nombreux pays qu'une fille qui atteint la puberté est jugée par sa famille et sa communauté prête pour le mariage. Ceci implique sa prédisposition à la grossesse, et aussi à l'accouchement. C'est ainsi que dans les pays arabes, et en particulier les pays musulmans, l'adolescente est systématiquement «donnée» en mariage et contrainte de quitter l'école. Selon l'UNFPA, en 2015, trois millions de filles ont été mariées avant 18 ans dans la région arabe.
Pire encore, la «femme-enfant» peut tomber dans un état débilitant pour avoir donné le jour à un enfant avant que son corps n'y soit prêt. Ainsi l'adolescente se voit refuser ses droits les plus fondamentaux. Pour Babatunde Osotimehin, directeur exécutif de l'UNFPA, l'adolescente, si jeune soit-elle, a le droit de contrôler sa propre vie avant tout. «Les dirigeants et les communautés doivent se préoccuper avant tout à prendre la défense des droits fondamentaux des adolescentes les plus marginalisées. Elles ont le droit de comprendre et de contrôler leur propre corps et de donner forme à leur propre vie», déclare Babatunde Osotimehin.
A cet effet, différentes associations se sont réunies lors de cette rencontre, afin de débattre des actions mises en œuvre sur les différents plans : social, éducatif et aussi légal. Pour ces ONG, le rôle de la société civile est primordial. C'est ainsi que les acteurs associatifs, dont l'Association marocaine de la planification familiale, ont mis en place plusieurs actions basées sur l'écoute, la sensibilisation préventive, l'hébergement et aussi l'appui à l'éducation des filles victimes de violences. Par ailleurs, une carence au niveau du suivi des cas est omniprésente.
Maryem Laftouty
(journaliste stagiaire)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.