Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Fausses promos: méfiance et prudence s'imposent !    Berrechid: Une saison agricole prometteuse    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Heure légale: retour à GMT+1 le dimanche 16 mai à 02H00    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Ligue des champions / Quart de finale MCA-WAC : Le Wydad proteste auprès de la CAF, mais le mal est déjà fait    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    Inter: Achraf Hakimi encense son entraîneur    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Newcastle-Manchester City : un match fou (VIDEO)    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Maroc/Covid-19: le bilan de ce vendredi 14 mai    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Espagne de nouveau face au terrorisme
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 12 - 2004

Sept villes espagnoles ont été secouées lundi par autant d'explosions. Des actes attribués par le ministre espagnol de l'Intérieur aux séparatistes basques de l'ETA.
La nouvelle offensive des indépendantistes basques est interprétée par les observateurs comme étant une série de messages implicites aux autorités espagnoles. Les explosions de faible intensité ont touché, à la mi-journée de lundi, sept villes : Santillana del Mar, sur l'Atlantique, Malaga sur la Méditerranée, en passant par Léon (la ville de José Luis Rodriguez Zapatero ), Valladolid, Avila, Alicante et Ciudad Real, traçant ainsi une ligne nord-sud traversant toute l'Espagne. Bilan : cinq blessés légers et des dégâts matériels peu importants. Plus de peur que de mal en somme. Ces explosions s'ajoutent aux cinq bombes qui ont explosé vendredi dernier dans autant de stations-service provoquant une sorte de panique dans la capitale espagnole. Un engin du même genre, programmé pour exploser aussi lundi, a été désamorcé dimanche à Almeria. Ce qui porte à 15 le nombre total des bombes posées par l'ETA pour saboter les cinq jours de vacances appelés « Le Pont de la Constitution ».
Mais il ne faut pas oublier que non seulement chaque bombe ne contenait que 200 grammes d'explosifs mais en plus l'ETA avait téléphoné 50 minutes avant les déflagrations à un journal basque permettant à la police d'évacuer à temps les lieux visés, dont plusieurs cafétérias. Les poseurs de bombes auraient bien pu mettre quelques kilos au lieu de quelques grammes d'explosifs. D'où la déduction des observateurs que les attentats en question n'étaient que des messages.
L'ETA semble vouloir montrer qu'elle n'était pas concernée par la Constitution dont l'Espagne célébrait le 26ème anniversaire commémoré chaque 6 décembre. L'organisation basque voulait également montrer qu'elle pouvait frapper où et quand elle veut, malgré la sévère répression que subit l'organisation et les grands coups policiers réussis ces derniers temps. Mais le plus inquiétant des messages, est celui incarné par la nature elle-même de l'offensive. En d'autres termes, si l'ETA voulait noyer l'Espagne dans un nouveau deuil, rien ne pourrait l'en empêcher. Sans les avertissements par téléphone, et sans les charges légères d'explosifs, le massacre aurait été inévitable. Le souvenir des terribles attentats de Madrid du 11 mars dernier (191 morts et 2.000 blessés) n'est pas tout à fait effacé des mémoires.
Selon des documents internes à l'ETA, cités par l'agence Vasco Press, l'organisation a spécifiquement décidé, depuis 2003, de frapper «les jours où les oppresseurs de notre peuple organisent des commémorations », comme le jour de la Fête nationale espagnole, le 12 octobre, ou l'anniversaire de la Constitution. « L'ETA sait qu'il n'a pas le choix : l'arrêt de la violence et le dépôt des armes. J'espère que cela arrivera le plus tôt possible », a dit lundi le président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero.
D'après les analystes de « LatinReporters.com », un collectif de journalistes qui analysent l'actualité latino-américaine et espagnole, ces divers messages implicites des terroristes de l'ETA peuvent se résumer en un seul message adressé au gouvernement socialiste de M. Zapatero, qui s'est déclaré partisan d'un élargissement des autonomies régionales: négociez avec nous le droit des Basques à l'autodétermination et vous aurez la paix.
L'on est loin du remarquable coup de filet d'il y a quelques mois, lorsque la police française appuyée par la Garde civile espagnole, avait effectué des perquisitions dans le cadre de l'opération anti-ETA lancée dans sept communes des Pyrénées-Atlantiques.
L'ETA demeurera toujours un danger, tant qu'il restera des militants. Si l'organisation paraît depuis quelque temps affaiblie et dépourvue de militants de l'ancienne trempe, il n'en demeure pas moins que ses réseaux de financement sont encore assez puissants pour effectuer des recrutements de jeunes et les équiper.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.