Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 9 Aout 2022    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    PLF 2023. Quel impact de la mise en œuvre de la loi-cadre sur la fiscalité ?    La circulation fiduciaire progresse de 5,6% en 2021 (BAM)    Grève de Ryanair : dix vols annulés en Espagne    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Mer de Chine : Exercices militaires de Taipeh et prolongement des manœuvres chinoises    Palestine : Tel-Aviv poursuit l'élimination des cadres de la résistance    Chambre des Conseillers : la sécurité sanitaire est une priorité centrale de la souveraineté nationale    Incendie de forêt : 700 hectares partis en fumée en France    Transfert : Isco rejoint le FC Séville    Mondiaux juniors : Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    La CAF lance une nouvelle plateforme en ligne de licences de clubs    Ukraine : Au 166è jour de guerre, Moscou et Kiev échangent les accusations    Les Etats-Unis mettent fin à des mesures migratoires de Donald Trump    Eaux contestées : le Hezbollah libanais hausse le ton contre Israël    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Insolite : une compagnie de matelas recrute des dormeurs professionnels    5èmes jeux de la Solidarité islamique : une forte participation marocaine pour faire briller le sport national    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Jidar Rabat Street-Art Festival: Neuf nouvelles oeuvres garnissent la capitale    SNRT: Journées portes ouvertes au profit des Marocains du monde    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Le mercato international du Raja : Un Libérien pour faire oublier Ben Malango !    Enseignement supérieur: Pourquoi nos Universités peinent-elles à monter en gamme ?    Sports urbains : Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent au Mondial    Région TTA : 206 projets approuvés pour 8,4 MMDH    Maroc : Manifestations de solidarité avec le peuple palestinien    Mercato de L'AS FAR : Derrag, Naji, Assout et Jouini et prolongement de Neffati    Botola Pro D1 et D2 : La feuille d'arbitrage digitalisée dès le début de la saison    Eté 2022, une opération Marhaba qui tranche avec les précédentes    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Coupure temporaire de la circulation ce mercredi sur cette route    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts du Roi en faveur de la Palestine    Bourse de Casablanca: l'essentiel de la séance du lundi 08 août    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    ONU : Le Groupe arabe salue les efforts soutenus du Roi en faveur de la cause palestinienne    La revue de presse du mardi 9 août    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Rabat: le patrimoine culturel populaire valorisé par la célébration de Baba Achour    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Religion : Le soufisme (1)
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 11 - 2002

La mystique musulmane est appelée soufisme (taçawwuf), de l'arabe sûf, qui signifie "laine", parce que les premiers soufis portaient un froc de laine. L'islam fondamental présentait déjà des traits mystiques accentués.
Ainsi, dans la prière, le musulman vit dans l'humilité sa condition de créature et rend hommage à la seigneurie du Dieu unique. Le jeûne du Ramadan peut se prolonger dans une observance ascétique encore plus marquée: les jeûnes surérogatoires (facultatifs): jeûne de Achoura, dans le jeûne bi-hebdomadaire (le lundi et le jeudi da chaque semaine). Il est interdit de jeûner de manière permanente. La tradition islamique recommande au croyant de se retirer périodiquement dans les mosquée, c'est la retraite pieuse (i'tikâf). Le prophète Mohammed, eut une vie riche en pratiques ascétiques et en expériences mystiques. Lui-même pratiqua la vigile nocturne (Coran 73). Avant sa vocation, il se retirait périodiquement dans une grotte du mont Hîrâ' pour y prier et jeûner. Il y a aussi dans le Coran de nombreux versets qui incitent à une intériorisation de l'islam. Notamment Coran 22.38, à propos des sacrifices "Ce n'est pas la sang des victimes, c'est la piété qui monte à Dieu", et 2.263: "Une parole d'affection vaut mieux qu'une aumône qui blesse".
Il y eut déjà des tendances mystiques chez certains Compagnons du Prophète (musulmans de la première génération): Abû Dharr, Imrân ben Husayn Khuzâ'î (mort en 52/672). Parmi la deuxième génération, il faut citer notamment : Hasan al-Basrî (21/643 - 110/728) : connu pour son insistance sur le scrupule religieux (wara') qui l'incitera à s'abstenir de toutes les oeuvres juridiquedement douteuses et sur l'examen de conscience quotidien (muhâsaba). Plus tard, Rabî'a al-Adawiyya (morte à Basra en 801 à l'âge de 81 ans), introduit dans la mystique musulmane la notion de l'amour (hubb) réciproque entre l'homme et Dieu (en se fondant sur Coran 5.54). Al-Hallâdj (858-922): pour elle l'élan qui porte l'homme vers Dieu ne conduit pas à un simple contact (ittisâl) entre l'âme de l'homme et Dieu, mais une véritable habitation (hulûl); l'Esprit de Dieu habite, sans confusion de nature, l'âme purifiée du mystique. Cf. l'oeuvre de Louis Massignon sur Hallâdj. Ghazâlî (1039 en Iran à 1111): longtemps professeur de théologie à Bagdad, il mena par la suite pendant 10 ans une vie de retraite religieuse à Jérusalem, à Médine et à la Mecque. Il a essayé d'insuffler, par une mystique modérée, un souffle nouveau dans un islam qui menaçait de s'ankyloser dans un pur formalisme juridique. Voir Henri Laoust, La politique de Ghazâlî.»
Ibn Arabî (1165 à Murcie en Espagne à 1240 à Damas) fut le chantre du monisme existentiel. Pour lui, il n' y a qu'une seule réalité ontologique derrière toutes les manifestations de l'universel. Jalâl ad-dîn Rûmî, fondateur de l'ordre des derviches tourneurs, qui médite sur Dieu par la danse. Son œuvre majeure est le Mathnâwî, immense somme poétique de 47.000 vers.
Durant des siècles, la vie mystique a reposé en islam sur des bases individuelles. A côté d'âmes solitaires cherchant leur propre salut dans des pratiques religieuses ascétiques ou dans d'ardentes méditations, on trouvait parfois un maître groupant autour de lui un cercle de disciples. Ce cercle pouvait même durer une génération ou deux après sa mort, sous la direction d'un disciple éminent, mais il n' y eut pendant longtemps rien qui ressemblât à une confrérie permanente maintenant sous ce même nom une organisation du culte toujours identique. C'est seulement au 13ème s, à l'époque troublée des Seldjoukides, que commencent à apparaître les confréries permanentes.. La Qâdiriyya fondé par 'Abd al-Qâdir al-Djilânî (m. 561/1166) semble être la première confrérie encore existante qui ait une origine bien définie.
Chaque confrérie est reliée par une chaîne mystique (silsila) du fondateur de l'ordre jusqu'au Prophète. Chaque soufi croit que la foi professée par son ordre est l'essence ésotérique de l'islam et que le rituel de son ordre possède le même degré d'efficacité que la prière canonique (salât). L'affiliation de chaque soufi à son ordre s'effectue au moyen d'un pacte consistant en une profession de foi religieuse et des vœux qui varient selon les différentes confréries qui comprennent toujours le vœu de pauvreté.
Les membres réguliers des confréries sont en très petit nombre et vivent dans des "couvents" (khânqâh, ribât, zâwiya, takiyya) ou comme moines mendiants, comme les Qalandariyya, ordre dérivé des Bektachis. Mais il y a un nombre considérable de membres "laïcs" qui vivent dans le monde et qui sont seulement tenus de dire certaines prières quotidiennes et de participer de temps en temps au dhikr de leur communauté dans les couvents.
Article paru sur ORIENT, Site universitaire d'histoire des religions
http://stehly.chez.tiscali.fr/index.html


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.