Officiel: un pass vaccinal « provisoire » dès la première dose    La RAM reprend ses vols à destination du Canada dès le 29 octobre    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France : Les démons de l'islamisme (21)
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 12 - 2004

Publié chez Albin Michel, «Les islamistes sont déjà là» des deux journalistes français Christophe Deloire et Christophe Dubois est présenté comme «une enquête sur une guerre secrète». L'ouvrage vaut la peine d'être lu ne serait-ce que pour les notes des «services» qui semblent avoir fortement «inspiré» les deux co-auteurs.
«Il existe deux docteurs Abdallah»
Palais-Bourbon, 1er juillet 2003
Installé à Strasbourg, Thomas Milcent est un médecin d'origine normande. Après son baccalauréat, il prend un an de congé sabbatique, part sur la route des Indes et passe un an en Afghanistan:
«C'était l'Afghanistan de Daoud Khan, avant le coup d'Etat communiste. Je suis tombé amoureux de ce pays et de ses habitants. »
Avec des amis, il collecte des médicaments et de l'aide humanitaire.
«Un jour, en 1980, alors que je convoyais du matériel médical, j'ai été pris sous un feu très nourri.
C'etait des rideaux d'artillerie qui se rapprochaient et il était impossible de fuir. Vous pensez alors : « Dans cinq minutes, c'est pour moi. » C'est comme cela que la foi m'est venue, pensant qu'il valait mieux mourir musulman que mourir athée. Je suis devenu musulman.» Ainsi est né le «docteur Abdallah», issu d'une famille de « bouffeurs de curés ». Depuis, Abdallah Milcent s'est fait une réputation pour son activisme en faveur des filles voilées et pour un ouvrage, publié aux éditions Intégrité, «Le foulard islamique et la République française : mode d'emploi.» En 1989, quand éclate la retentissante affaire de foulard de Creil, le médecin est membre du bureau de la Fédération nationale des musulmans de France. L'organisation s'empare du dossier. Certains proposent des réactions de type «troubles à l'ordre public». Abdallah Milcent incline pour la sagesse. Il préfère se battre sur le plan juridique. Peu à peu, le médecin devient un spécialiste de la jurisprudence du conseil d'Etat. Le 1 er juillet 2003, il explique à un cénacle de députés que la « neutralité du service public» vaut aussi bien pour la Poste et pour l'Education nationale. Elle s'impose « aux organisateurs de ce service et non pas à leurs utilisateurs ». Le parlementaire Jean-Pierre Brard observe une petite différence: «Monsieur, l'objectif du postier n'est pas de rendre la lettre intelligente.» Ancien professeur à l'université de droit coranique du Koweït, Abdallah Milcent voit dans le port du foulard à l'école l' expression d'une liberté». Il considère que les jeunes filles sont sous influence «dans moins de 10% des cas».
Ce jour-là, le député Eric Raoult
préside la séance de la commission de l'Assemblée nationale sur les signes religieux à l'école. Il trépigne: « J'ai l'impression qu'il y a deux
M. Milcent. Le premier, sympathique, souriant, jovial, avec lequel on a envie d'aller prendre un verre… Mais il existe un autre M. Milcent, qui refuse de voir la réalité d'un certain nombre de lycées, de collèges, cette réalité qui rend les choses complexes.» Malgré son ton docte et modéré, le médecin exerce de curieuses influences. Il pousse certaines adolescentes au conflit. L'un de ses écrits, adressé aux jeunes filles, en fait foi : « Cela ne fait rien si vous perdez une année scolaire ou deux du collège et du lycée, à l'âge de votre adolescence, car ce que vous apprendrez au cours de cette épreuve ne se trouve dans aucun manuel scolaire.» Le principal du collège Jean-Monnet de Flers, situé dans la zone d'éducation prioritaire de l'Orne, a déjà eu l'occasion de pratiquer le docteur Abdallah, à l'occasion d'une médiatique affaire de voile : « Lorsque l'on voit arriver dans une petite ville de province, comme Flers, un avocat en robe dans un conseil de discipline ou le docteur Thomas Milcent (…), qui vient d'Alsace (…), on pense,en tant que chef d'établissement de base, que l'on ne « joue pas dans la même
cour .» La pression sur les enseignants est forte en effet. Et le docteur Abdallah n'est pas le seul à l'exerce. Un proviseur du Nord raconte : « En 1993-1994, au lycée Van der Meersch de Roubaix, à la fin du premier trimestre, quatre élèves se mirent à porter le voile ; dans cette affaire j'ai trouvé face à moi M. Lasfar Amar, recteur de mosquée de Lille-Sud, appelé comme médiateur par les familles. M. Amar me déclara que si je ne transigeais pas, il se faisait fort d'organiser un sit-in de quatre cents personnes devant le lycée et bloquer la circulation de Roubaix (…).
Ces jeunes filles appartenaient au courant intégriste et populaire Jamaât Tabligh, d'origine pakistanaise, en cours de développement à Roubaix.» Entendu par la commission Debré, le dignitaire musulman-dont la fille ne porte pas le voile s'est présenté, lui, comme respectueux des règles de la laïcité. Faut-il ne voir en tout cas dans le port du voile qu'une revendication personnelle ? En fait, les élèves en hidjab colportent, même à leur insu, l'idéologie de leurs pères ou ,de leurs grands frères. Le président du CFCM, Dalil Boubakeur, parle en médecin : «Je crois la contagion bien avancée.» Il diagnostique
« une véritable obsession, une véritable paranoïa».
Un jour, il reçoit des jeunes filles de Mantes-la-Jolie. Elles lui demandent pourquoi il n'est pas très favorable au port du folard. Le recteur leur répond par question: » Je leur ai demandé ce qu'était le foulard; elles m'ont répondu que c'était un pilier de l'islam. Il a fallu que je leur enseigne qu'il y en avait cinq, que le foulard n'en faisait pas partie. Elles ont réagi en avançant que ce devait être le sixième pilier ! « Lors de son audition, le 8 octobre 2003, le vice-président du CFCM, Fouad Alaoui, s'étonne d'avoir entendu parler de
« jeunes filles de dix ans portant le voile ». « Etes-vous contre ?» interroge le président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré. Le secrétaire général de l'UOIF
répond : » Cela fait partie des traditions, ce n'est pas un acte religieux.» Le député de Allier Pierre-André Périssol interroge à son tour Alaoui.
Que préconise-t-il pour les élèves qui refusent les cours de natation ? La réponse: “ Rien n'empêche que les cours de piscine soient optionnels. » Le secrétaire général de l'UOIF comprend que l'idée de se montrer à la piscine en maillot pose aux jeunes filles un problème « du point de vue de la pudeur ». « Quelle est la prescription pour les garçons?» demande le député Lionnel Luca. Fouad Alaoui ; « Il leur est demandé de ne pas montrer l'espace qui sépare le nombril du genou. » Dans l'académie de Versailles, il est arrivé que des garçons déambulent dans le couloir d'un établissement avec des djellabas. « On constate une course à la longueur de la barbe de la part des jeunes gens », commente un enseignant. « Nous avons la chance que la majorité de nos étudiants soit imberbe pour des raisons d'âges », relativise le directeur de l'enseignement scolaire au ministère, Jean-Paul de Gaudemar.Toute la gravité du débat tient au fait que le voile est bien sû beaucoup plus qu'un carré de tissu. Autre chose est en jeu.
« Si ce n'était que l'histoire du voile, l'on imposerait simplement qu'il soit Coco Chanel et l'on aurait la paix », commente avec humour le député Jacque Myard. Le 11 juin 2003, la médiatrice du ministère de l'Education nationale, autrefois membre du Haut Conseil à l'intégration, Hanifa Cherifi, déclare aux députés:» Contrairement à la thèse souvent entendue, le voile n'est pas le signe d'une appartenance musulmane. C'est le signe d'une appartenance religieuse musulmane. Elle ajoute : « Il suffit de voir les pays où le voile est imposé-Iran, Arabie saoudite, Soudan, ect.-pour rendre compte que le voile n'est pas émancipateur.» Professeur de littérature comparée à Paris-X, Abdelwahab Meddeb abonde dans ce sens : «Le voile devient le même de Djakarta à Paris en passant par New York et Londres. Le voile devient un signe idéologique et de propagande politique. » Comment réagir ? Yamin Makri, membre du Collectif des musulmans de France, prône l'attentisme:» Pour ce qui est de l'origine du port du foulard, je ne nie pas qu'il puisse recouvrir un projet politique tel que la création d'une internationale islamiste ou la destruction de l'école de la République, mais vous ne pouvez juger les personnes que sur leur comportement. » Sauf que si l'on se cantonne à vérifier la bonne foi ou la sincérité des gens, on passe à côté d'une partie du problème ; L'histoire du Xxe siècle a prouvé combien les idéologies peuvent être dangereuses. Avec la meilleure volonté du monde, des militants communistes ont défendu un système de pensée ayant mené aux pires dictatures. Il n'est pas absurde de se montrer un peu vigilant aujourd'hui avec l'islamisme.
1. Audition d'Abdallah Milcent par
la commission Derbré, 1er juillet 2003.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.