Une municipalité chinoise fait confiance à un jeune marocain    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Berlin et Paris veulent un budget commun pour la zone euro    Trump martèle que la criminalité augmente en Allemagne, conteste les chiffres officiels    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    L'équipe saoudienne échappe à un crash d'avion    Wafasalaf se met aux couleurs du 11 national    L'ordre du jour de cette semaine    Office des changes : Aggravation du déficit commercial et baisse des IDE    Hydrocarbures : Les prix ont augmenté de 9,1% depuis 2016 selon le HCP    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Maroc-Côte d'Ivoire : Le Souss et San Pedro renforcent leur coopération    Médicaments biosimilaires : ECL s'indigne contre la lenteur des remboursements    Taounate : Un malade mental tue sa mère et sa sœur    DigiWorld Summit Africa, une 1ère édition à Fès    Groupe ODM : De nouveaux actionnaires dans le tour de table    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Aéronautique : Un partenariat entre Airbus et la Côte d'Ivoire    Rhamna : 5 mis en cause arrêtés dans une affaire de meurtre    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    «Jawhara Talents» : Dépôt de candidatures jusqu'au 28 juin    A l'occasion de la Coupe du monde : Driss Roukhe réalise le clip «Tchiki»    Comment le sélectionneur coréen veut tromper ses adversaires    Maroc-Portugal: la dernière chance des Lions    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Trêve de flagellation!    L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie    Travail dangereux: 162.000 enfants exposés    Au-delà de l'aspect financier, l'investissement doit également prendre en compte la rentabilité écologique    Smartphones: Samsung rafle le gros lot    Industrie du lait : la COMADER alerte sur la situation des petits éleveurs    BEZTAM-E: trois questions à Abdelmounaim Dinia, directeur général adjoint du GCAM    La Fondation Lalla Asmae pour enfants et jeunes sourds termine l'année scolaire en apothéose    Un théâtre qui doute    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    Youssef Amrani : La paix en Afrique viendra d'un vrai processus politique    Les grands de la planète foot ratent leur entrée!    Commerce: Escalade Chine-Etats-Unis après de nouvelles menaces de Trump    Record de 68,5 millions de personnes déplacées dans le monde en 2017    Saisonnières à Huelva : Yatim convoqué au Parlement    Cour constitutionnelle : Ihrai répond à Bouâchrine    Le Parlement dément le voyage en Russie de députés aux frais de ses deux Chambres    Une nouvelle Décision pour garantir le pluralisme et la parité dans les médias    Comparaison n'est pas raison !    L'ONMT décoré à Paris    Oprah Winfrey va produire des programmes pour Apple    Les concerts seront gratuits : L'OPM fête la musique aux airs d'opéras    Le ministère de la Culture et la FICC se penchent sur les industries culturelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Préparation du projet de loi de Finances 2018: Un déficit budgétaire à 3% et un taux de croissance à 3,2%
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 08 - 2017

L'élaboration du projet de loi de Finances semble être à un stade avancé. Priorité est donnée au social, à l'industrie, à la régionalisation avancée et à la réforme de l'administration.
Les grandes orientations du budget sont esquissées. Le chef de gouvernement a, en effet, adressé aux différents départements ministériels la note de cadrage relative à la préparation de la loi de Finances 2018. Très attendu, cet acte établi le 9 août fixe le déficit budgétaire à 3%, le taux de croissance à 3,2% pour l'année prochaine et l'ambition de réduire en 2021 l'endettement du Trésor à moins de 60%. Après plus de 100 jours de la mise en place du gouvernement, l'élaboration du projet de loi de Finances semble être à un stade avancé.
Priorité est donnée au social, à l'industrie, à la régionalisation avancée et à la réforme de l'administration. Plus en détails, l'Exécutif devra se pencher dans les jours à venir sur ces quatre grands axes en accordant plus d'importance aux secteurs définis dans cette lettre du chef de gouvernement. A ce stade, la note indique que le social sera axé sur l'enseignement, la santé, l'emploi, la réduction des disparités, et un intérêt particulier sera porté au monde rural. Au terme de ce document, la réforme de l'enseignement se focalisera sur la généralisation de l'enseignement préscolaire, le renforcement et la maîtrise des langues, la généralisation de l'enseignement professionnel et son adaptation au marché de l'emploi, l'élargissement et l'amélioration de l'offre scolaire, et le renforcement du programme d'analphabétisation. Le programme du gouvernement planchera dans ce sens sur la mise en place de la vision stratégique 2015-2030 liée à la réforme de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique.
Autre plan stratégique évoqué par le document, celui relatif à l'emploi. En effet, Saad Eddine El Othmani a appelé à l'accélération de ce plan, notamment à travers la mise en place d'une évaluation des programmes de l'emploi et l'accompagnement des petites et moyennes entreprises. Selon cette note le projet de loi de Finances devra établir un lien entre les incitations fiscales, foncières ou l'aide financière directe et la création effective d'emploi en matière d'investissement. Dans cet élan l'année 2018 connaîtra à travers son projet de loi l'extension du programme d'auto-entrepreneurs au monde rural. Autre secteur clé, celui de la santé. Selon la note, les budgets seront également orientés vers l'évaluation des besoins en ressources humaines pour chaque région et l'amélioration de l'infrastructure hospitalière. Dans cet élan, le gouvernement compte accélérer la construction des CHU de Tanger et d'Agadir et la reconstruction du CHU Ibnou Sina de Rabat. Par ailleurs, une base de données unifiées des couches précaires ou pauvres sera mise en place pour le ciblage des aides directes du Ramed, du programme Taysser, des aides aux veuves ou autres.
Ecosystèmes industriels, Plan Maroc Vert et régionalisation avancée
Dans sa note exhaustive, Saad Eddine El Othmani marque l'ambition du gouvernement d'atteindre une part de 23% du PIB pour le secteur de l'industrie à l'horizon 2020.
Pour ce faire, le projet de loi de Finances 2018 compte poursuivre la stratégie fixée par le Plan d'accélération industrielle qui se focalise, entre autres, sur le développement des écosystèmes industriels. Une dynamique que le gouvernement entend continuer aussi en soutenant le Plan Maroc Vert au vu des résultats probants réalisés dans le secteur agricole.
Plus encore, le projet de loi de Finances portera aussi sur la mise en application du contrat-programme afférent au développement des industries agroalimentaires 2017-2020 signé en marge des 9èmes Assises de l'agriculture.
Autre grand chantier important évoqué par la note de cadrage, celui de la régionalisation avancée.
Outre l'orientation des ressources financière vers les régions, la mise en application de la régionalisation avancée nécessite l'accompagnement des collectivités territoriales pour arriver à la bonne gouvernance, indique le document. Dans ce sens, le chef de gouvernement appelle à l'adoption de la charte de la décentralisation administrative et la mise en œuvre d'un plan pour le transfert des attributions aux régions graduellement, tout en respectant les équilibres financiers de l'Etat.
Pour ce qui est de la réforme de la compensation, la note confirme la poursuite de ce chantier avec le démantèlement progressif des subventions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.