Marhaba 2021: le roi Mohammed VI demande un dispositif spécial d'accompagnement    L'Algérie retire l'accréditation à France 24    Blue Origin. Un milliardaire a déboursé 28 millions de dollars pour être avec Jeff Bezos    Le Raja s'incline contre Berkane et perd du terrain pour la première place    Djokovic-Tsitsipas: les meilleurs moments de la finale (VIDEO)    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Hamid Fettah, nouveau coordinateur de l'Istiqlal à Fès    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Botola / HUSA-WAC (3-5) : Un match renversant au score renversé !    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les réseaux du mal
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 01 - 2003

Des réseaux bien organisés profitent de la misère des subsahariens pour leur vendre l'Eldorado. Finalement, c'est entre les mains des services de sécurité marocains qu'atterrissent bon nombre d'immigrés. Un constat affligeant.
Tous les moyens sont bons pour atteindre le vieux continent. La frontière sud et sud-est du Maroc étant poreuse, région saharienne qu'elle est, les immigrés subsahariens font la traversée pour atteindre des régions plus clémentes à l'intérieur du pays, en attendant l'occasion de faire le pas. Celui d'aller rejoindre l'autre rive de la Méditerranée pour la plupart.
Ou pour certains, minoritaires, celui de faire les dizaines de kilomètres séparant les côtes sud marocaines jusqu'aux Iles Canaries dans l'Atlantique. Des Iles qui brillent de mille feux par des nuits de beau temps.
Tout le monde ou presque est conscient de la situation. Celle du Maroc comme lieu de passage des immigrés clandestins vers l'Europe. L'Espagne agit en victime et exige du Maroc une plus grande fermeté à l'égard du phénomène. En même temps, elle exige plus de subventions de la part de l'Union européenne sous prétexte qu'elle fait face à des flux migratoires impressionnants, sans trop s'embarrasser d'abriter les têtes des réseaux qui profitent le plus de ce trafic et les nouveaux négriers qui fournissent les fermes de Murica et des environs en chair fraîche et robuste.
Et c'est dans ce contexte particulier que le Maroc a intensifié ses mesures contre les immigrés subsahariens d'une part et a multiplié les annonces des arrestations de groupes de clandestins. On a l'impression qu'il s'agit d'une véritable traque des clandestins. Chaque jour, un nouveau lot. Le dernier en date est ‘'la cargaison de Settat''.
Ainsi, cinquante-six Subsahariens de différentes nationalités, candidats à l'émigration aux Iles Canaries, ont été arrêtés dans la nuit de samedi à dimanche à Sidi El Aydi, dans la province de Settat. Les candidats (26 Maliens, 23 Sénégalais, 4 Ivoiriens, 2 Gambiens et 1 Guinéen) ont été surpris par la gendarmerie royale à bord d'un camion de transport de bétail, venant de Rabat et se dirigeant vers Tiznit où des passeurs les attendaient pour les acheminer à leur destination finale, les Iles Canaries.
Déjà, on peut dire qu'il s'agit du chemin en sens inverse. Ce n'est plus le voyage vers le Nord, mais vers le Sud. Ou plutôt vers le leurre.
En fait c'est pour des raisons de logistique que les subsahariens ont été contraints à ce chemin inverse. ils étaient logés chez des compatriotes qui poursuivaient leurs études dans différents instituts et facultés de Rabat. L'arrestation du conducteur du camion a permis à la gendarmerie royale de remonter la filière jusqu'au propriétaire du véhicule et organisateur de l'opération. Chacun y trouve son compte. Le conducteur a offert son service contre la somme de 2000 dirhams le voyage, le propriétaire 15.000 dirhams et le "cerveau" de l'opération 4000 dirhams pour chaque candidat.
Samedi, vingt-sept autres subsahariens, aussi candidats à l'immigration clandestine, et deux passeurs marocains ont été arrêtés, au niveau de l'oued Amlil (ouest de la ville de Taza), par les éléments du commandement régional de la gendarmerie royale de Taza. Les 27 subsahariens (tous des Maliens) et les 2 passeurs marocains, interpellés à bord d'un camion et de trois fourgons, ont été déférés, lundi, devant le tribunal de première instance de Taza.
Neuf subsahariens originaires de la Sierra-Leone ont été appréhendés dernièrement dans la région de Guercif, portant ainsi à 1175 le nombre des subsahariens candidats à l'immigration clandestine arrêtés en 2000 par les éléments de la gendarmerie royale de Taza, rappelle la même source.
Vingt-quatre heures auparavant, les éléments de la Gendarmerie Royale ont arrêté, dans la localité de Laouamra, au nord-ouest de Larache, neuf ressortissants subsahariens, dont six femmes, candidats à l'immigration clandestine. Infiltrés depuis quelques semaines au Maroc, dans l'intention de se rendre illégalement en Espagne, ces candidats à l'immigration clandestine, de nationalité Sierra-Léonaise, ont été arrêtés à bord d'un autocar en provenance de Rabat à destination de Tanger.
On est en droit de se demander : est-ce qu'il s'agit d'une plus grande vigilance de la part des services de sécurité marocaine, tous corps confondus ou s'agit-il d'une multiplication des annonces, en ce sens que les interpellations ne sont pas passées sous silence ? Il semble que les deux raisons sont réunies pour que l'on ait cette impression de traque contre les clandestins. D'une part, les réseaux d'immigration clandestine se font de plus en plus nombreux. La maîtrise du trajet, à force de le faire, la connaissance des issues et des refuges, en plus d'un savoir faire acquis au prix de dizaines de convois, tout cela a fait que l'on ait une multiplication des groupes voulant se rendre par n'importe quel moyen en Europe. Si l'on ajoute à cela des complicités de la part de certains Espagnols, de certains agents d'autorité au Maroc, on devine aisément comment ce commerce des immigrés clandestins a-t-il pu prospérer.
Maintenant, il ne s'agit pas uniquement de crier haro sur les passeurs. Il ne s'agit pas uniquement de déférer les coupables devant les tribunaux. Il s'agit, avant tout, de mettre en place des programmes à même de fixer les populations subsahariennes dans leurs territoires. Tout un défi. Mais tout un autre débat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.