ONCF : Le TGV entrera en service dès la fin de ce mois    SM le Roi nomme Driss Guerraoui président du Conseil de la Concurrence    Biographie de M. Driss Guerraoui, nouveau président du Conseil de la Concurrence    CAN 2019. Le Maroc composte son billet pour la phase finale    Pedro Sanchez attendu au Maroc    CAN 2019 : Le Maroc officiellement qualifié    Après 10 mois de prison, Tariq Ramadan sort de prison sous caution (Détails)    De la neige et des rafales de vents attendus ce week-end    Univers Digital inaugure son 2e magasin casablancais    Affaire Khashoggi : le rapport accablant de la CIA    Le Maroc et la Tunisie veulent synchroniser leurs politiques monétaires    La Chambre des représentants adopte le projet de loi de finances 2019    Le 11ème Sommet extraordinaire sur la réforme institutionnelle de l'Union africaine entame ses travaux    Pourquoi Bourita dérange    «Nous sommes arrivés très rapidement à la fin du processus»    Libye: Un grand soutien aux plans de l'ONU    Soins de santé primaires: Le personnel peu motivé    Oncologie: L'hôpital Cheikh Khalifa s'allie à l'Institut Curie    L'INDH met à niveau son logiciel    Des artistes pour sauver une école    Eliminatoires CAN-2019 : Le Maroc s'impose face au Cameroun    Stock Pralim certifié ISO 9001 version 2015    Le Premier secrétaire reçoit une délégation de l'Organisation de solidarité afro-asiatique    Les Croates assomment l'Espagne et peuvent rêver    LeBron James toujours plus haut    Coupe du Trône : A qui la première ?    Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale    Les performances comparées des 12 régions du Royaume    Ankara dit être en possession de preuves discréditant la version saoudienne    Pyongyang annonce avoir testé une arme tactique ultramoderne    Ces stars qui disent NON à la chirurgie esthétique ! Marion Cotillard    Divers    2ème campagne de prévention et de prise en charge de l'hydatidose    La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017    Le Maroc à l'honneur au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    La Galerie H met l'artisanat et le design vintage à l'honneur    Parler de la guerre au féminin, l'ambition de la réalisatrice Eva Husson    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Lo Celso restera sûrement à Betis    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 06 - 2018

Questions à Michael Kohler, directeur du Voisinage Sud, de la Direction générale de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement
ALM : Comment les garanties seront-elles mises en œuvre ?
Michael Kohler : D'abord, il y a l'argent du budget européen. C'est un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient. Ce montant-là est un montant pour lequel les financiers européens comme, par exemple l'AFD en France, la KFW en Allemagne, la Berd à Londres ou encore la Banque européenne d'investissement à Luxembourg peuvent présenter des projets qui visent à baisser le niveau de risques pour certains types d'opérations financières. Ensuite, si une fois nous leur accordons cet argent, ils mélangent ça avec leur propre argent et des prêts. Ils peuvent offrir cela à des entrepreneurs marocains. Par exemple, si un opérateur marocain veut investir pour élargir son usine, pour créer de l'emploi, ou améliorer l'infrastructure du transport avec le gouvernement, avec ce fonds nous pouvons adoucir le risque financier. Ce qui va attirer plus de marchés et booster l'argent du marché de capitaux. Donc il y a une sorte de cascade entre l'UE et les institutions financières européennes, partenaires marocains sur le plan financier et bénéficiaire final au Maroc.
Les dons et prêts permettront de rassembler 4,4 milliards d'euros. N'envisagez-vous pas de recourir à des bailleurs de fonds dans les pays du Golfe ?
Ces 4 milliards 400 millions d'euros d'ici 2020 sur trois ans plus ou moins seront sous forme de subventions et dons non remboursables à partir du budget européen qui est mobilisé pour ce plan et qui, lui, va mobiliser entre 10 et 15 fois plus de prêts de provenances diverses. Cela peut être la BEWI, la Banque européenne d'investissement ou une autre institution financière.
Quant aux pays du Golfe, nous avons un dialogue de plus en plus étroit avec par exemple la banque islamique de développement à Djeddah mais aussi avec d'autres institutions financières au Koweït par exemple. Et nous encourageons les banques européennes comme la BEWI à faire des partenariats avec ces banques arabes. Ainsi, les banques du Golfe auraient accès aux dons européens. Il y a déjà quelques petits projets en préparation, mais il nous faut probablement encore un peu plus d'expérience dans la pratique pour développer cela davantage. Pour rappel, le montant de 4,4 milliards se compose de deux parties. D'une part, il y a 2,6 milliards d'euros pour des prêts mélangés à des dons de l'Union européenne. De l'autre côté, il y a la facilité des garanties pour un montant total de 1,6 milliard d'euros.
Quelles seraient les mesures que vous entreprendrez au cas où un porteur de projet est insolvable ?
C'est la raison pour laquelle nous avons besoin de facilités de garanties. Normalement s'il y a le risque d'un entrepreneur ne réussisse pas son opération financière, les banques ne vont pas le financer. Avec cette facilité, le risque que porterait la banque, qui financerait le projet, est pris par le contribuable européen. En principe, tout cela est un encouragement pour le secteur financier de financer les projets qu'autrement on ne financerait pas parce que le risque est estimé trop élevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.