Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    BMCE Bank à l'écoute des MRE    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Délais de paiement: Beaucoup reste à faire    Des maires africains repensent la régionalisation dans le continent à Casablanca    MTF 2018: Focus sur la régionalisation avancée    La campagne agricole s'annonce exceptionnelle    Careem signe un protocole d'accord avec deux syndicats de taxis    Le Maroc et l'UE s'entendent sur le contenu du futur accord de pêche    L'experte espagnole María Carrasco* : « L'Espagne doit lutter au sein de l'UE pour aider le Maroc à gérer les flux des migrants »    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Comment des réfugiés peuvent refaire leur vie au Maroc    Allemagne : Des blessés après une attaque dans un bus    La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Création d'un Club national de la presse au Maroc    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Pedro Sanchez veut tourner la page du franquisme    Les clubs marocains se préparent pour la nouvelle saison    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Marhaba : 961.000 MRE ont gagné le Maroc    Immigration illégale – BCIJ : Démantèlement d'une bande criminelle active dans plusieurs villes    HCEFLCD : Ouverture de 1.237 km de pistes forestières entre 2013 et 2017    L'ONEE lance un programme d'éducation et de sensibilisation à la protection du littoral    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    CCG lance une nouvelle capsule vidéo dédiée aux mécanismes du Fonds Innov Invest    Santé : Et les recettes?    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Saad-Eddine El Otmani : « Je suis très confiant pour la suite »    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Munir El Kajoui Mohamedi rejoint le FC Malaga    BD : le Maroc aura son propre Marvel    Menaces de Trump sur les autos: l'Europe prête à discuter… et riposter    Ronaldo moqué jusqu'à l'humiliation dans les bains publics    Faouzi Lekjaa invité du Forum de la MAP le mardi 24 juillet    Non... «Mr Bean» n'est, encore une fois, pas mort    Match de gala entre les Lions de l'Atlas de 2004 et des anciens de la Seleção    L'été au musée    Le jalon du progrès    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    Vidéo : La bourgeoisie marocaine caricaturée par The Tberguig !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 06 - 2018

Questions à Michael Kohler, directeur du Voisinage Sud, de la Direction générale de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement
ALM : Comment les garanties seront-elles mises en œuvre ?
Michael Kohler : D'abord, il y a l'argent du budget européen. C'est un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient. Ce montant-là est un montant pour lequel les financiers européens comme, par exemple l'AFD en France, la KFW en Allemagne, la Berd à Londres ou encore la Banque européenne d'investissement à Luxembourg peuvent présenter des projets qui visent à baisser le niveau de risques pour certains types d'opérations financières. Ensuite, si une fois nous leur accordons cet argent, ils mélangent ça avec leur propre argent et des prêts. Ils peuvent offrir cela à des entrepreneurs marocains. Par exemple, si un opérateur marocain veut investir pour élargir son usine, pour créer de l'emploi, ou améliorer l'infrastructure du transport avec le gouvernement, avec ce fonds nous pouvons adoucir le risque financier. Ce qui va attirer plus de marchés et booster l'argent du marché de capitaux. Donc il y a une sorte de cascade entre l'UE et les institutions financières européennes, partenaires marocains sur le plan financier et bénéficiaire final au Maroc.
Les dons et prêts permettront de rassembler 4,4 milliards d'euros. N'envisagez-vous pas de recourir à des bailleurs de fonds dans les pays du Golfe ?
Ces 4 milliards 400 millions d'euros d'ici 2020 sur trois ans plus ou moins seront sous forme de subventions et dons non remboursables à partir du budget européen qui est mobilisé pour ce plan et qui, lui, va mobiliser entre 10 et 15 fois plus de prêts de provenances diverses. Cela peut être la BEWI, la Banque européenne d'investissement ou une autre institution financière.
Quant aux pays du Golfe, nous avons un dialogue de plus en plus étroit avec par exemple la banque islamique de développement à Djeddah mais aussi avec d'autres institutions financières au Koweït par exemple. Et nous encourageons les banques européennes comme la BEWI à faire des partenariats avec ces banques arabes. Ainsi, les banques du Golfe auraient accès aux dons européens. Il y a déjà quelques petits projets en préparation, mais il nous faut probablement encore un peu plus d'expérience dans la pratique pour développer cela davantage. Pour rappel, le montant de 4,4 milliards se compose de deux parties. D'une part, il y a 2,6 milliards d'euros pour des prêts mélangés à des dons de l'Union européenne. De l'autre côté, il y a la facilité des garanties pour un montant total de 1,6 milliard d'euros.
Quelles seraient les mesures que vous entreprendrez au cas où un porteur de projet est insolvable ?
C'est la raison pour laquelle nous avons besoin de facilités de garanties. Normalement s'il y a le risque d'un entrepreneur ne réussisse pas son opération financière, les banques ne vont pas le financer. Avec cette facilité, le risque que porterait la banque, qui financerait le projet, est pris par le contribuable européen. En principe, tout cela est un encouragement pour le secteur financier de financer les projets qu'autrement on ne financerait pas parce que le risque est estimé trop élevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.