Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 06 - 2018

Questions à Michael Kohler, directeur du Voisinage Sud, de la Direction générale de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement
ALM : Comment les garanties seront-elles mises en œuvre ?
Michael Kohler : D'abord, il y a l'argent du budget européen. C'est un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient. Ce montant-là est un montant pour lequel les financiers européens comme, par exemple l'AFD en France, la KFW en Allemagne, la Berd à Londres ou encore la Banque européenne d'investissement à Luxembourg peuvent présenter des projets qui visent à baisser le niveau de risques pour certains types d'opérations financières. Ensuite, si une fois nous leur accordons cet argent, ils mélangent ça avec leur propre argent et des prêts. Ils peuvent offrir cela à des entrepreneurs marocains. Par exemple, si un opérateur marocain veut investir pour élargir son usine, pour créer de l'emploi, ou améliorer l'infrastructure du transport avec le gouvernement, avec ce fonds nous pouvons adoucir le risque financier. Ce qui va attirer plus de marchés et booster l'argent du marché de capitaux. Donc il y a une sorte de cascade entre l'UE et les institutions financières européennes, partenaires marocains sur le plan financier et bénéficiaire final au Maroc.
Les dons et prêts permettront de rassembler 4,4 milliards d'euros. N'envisagez-vous pas de recourir à des bailleurs de fonds dans les pays du Golfe ?
Ces 4 milliards 400 millions d'euros d'ici 2020 sur trois ans plus ou moins seront sous forme de subventions et dons non remboursables à partir du budget européen qui est mobilisé pour ce plan et qui, lui, va mobiliser entre 10 et 15 fois plus de prêts de provenances diverses. Cela peut être la BEWI, la Banque européenne d'investissement ou une autre institution financière.
Quant aux pays du Golfe, nous avons un dialogue de plus en plus étroit avec par exemple la banque islamique de développement à Djeddah mais aussi avec d'autres institutions financières au Koweït par exemple. Et nous encourageons les banques européennes comme la BEWI à faire des partenariats avec ces banques arabes. Ainsi, les banques du Golfe auraient accès aux dons européens. Il y a déjà quelques petits projets en préparation, mais il nous faut probablement encore un peu plus d'expérience dans la pratique pour développer cela davantage. Pour rappel, le montant de 4,4 milliards se compose de deux parties. D'une part, il y a 2,6 milliards d'euros pour des prêts mélangés à des dons de l'Union européenne. De l'autre côté, il y a la facilité des garanties pour un montant total de 1,6 milliard d'euros.
Quelles seraient les mesures que vous entreprendrez au cas où un porteur de projet est insolvable ?
C'est la raison pour laquelle nous avons besoin de facilités de garanties. Normalement s'il y a le risque d'un entrepreneur ne réussisse pas son opération financière, les banques ne vont pas le financer. Avec cette facilité, le risque que porterait la banque, qui financerait le projet, est pris par le contribuable européen. En principe, tout cela est un encouragement pour le secteur financier de financer les projets qu'autrement on ne financerait pas parce que le risque est estimé trop élevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.