La DGSN ouvrira ses portes au public à Marrakech    IT Days : Journées de recrutement pour les métiers des Systèmes d'Information    Ligue des Champions : Le Wydad sort par la petite porte    El Othmani affirme que son gouvernement lutte contre la corruption    Partielles à M'diq-Fnideq : Le RNI l'emporte    2 priorités selon M. Benchaâboune, justice sociale et satisfaction des citoyens    Ebola de retour en RDC    ONU: Le Comité des 24 salue l'apport des élus des Provinces du Sud    Rapport Ramses 2019: «Il y a une grande attente d'Europe»    Sommet de Salzbourg: Brexit et migrations au menu    L'Boulevard 2018: Underground et bon enfant    Environnement et climat politique : Les mises en garde de Ségolène Royal    Le rapport de la commission du Parlement européen met en relief l'impact des efforts de développement sur les résidents des provinces sahariennes    Le chef de la diplomatie marocaine s'entretient avec son homologue mauritanien    La diplomatie au service de l'économie : Nasser Bourita appelle les représentations diplomatiques à promouvoir le label Maroc    Le Maroc n'est pas un havre de paix    Au moins 3 morts dans une fusillade aux Etats-Unis    L'Aquarius cherche un port pour 11 migrants secourus au large de la Libye    Theresa May humiliée à Salzbourg    Lancement d'un projet vert en faveur de jeunes diplômés en voie de réinsertion    Le Moghreb de Tétouan, club de la Colombe blanche, démarre la saison l'aile cassée    La Commission centrale de discipline a sévi    Sorties peinarde pour le Raja et délicate pour la RSB en Coupe de la CAF    Divers    Insolite : Eléphant électrocuté    Textile et tourisme, parents pauvres du marché halal    Angelina Jolie jouera dans le thriller "The Kept"    Un nouvel album pour Kanye West ?    La grosse colère de Harrison Ford contre les politiques    Rentrée scolaire: 7,9 millions élèves inscrits, dont 52% des filles    Averses orageuses localement fortes ce vendredi dans plusieurs régions du Royaume    Fraude fiscale. Les scandales en hausse en Espagne    Le chiffre d'affaire d'Oulmès affecté par le boycott    Kénitra : Un incendie ravage une usine de sucre    Alger entrave la coopération bilatérale et régionale    Attijariwafa bank : Une nouvelle offre publique de vente dans le pipe    Fifa : Trois anciens cadres du foot nord-américain suspendus à vie    Saad Lamjarred continuera à être diffusé sur Chada FM    1ère édition du Festival de la poésie arabe à Marrakech    Qui dit mieux… DHJ: 145 supporters pour un leader    Le WAC appelé à rebondir face à l'ESS pour une place au dernier carré    Turquie : Le Maroc participe à un Festival de soufies    INDH : Acte III    Arrestation à Casablanca de deux récidivistes pour leur implication présumée dans un homicide    Médecine légale : Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Mohamed Karim Lamrani n'est plus    Funérailles à Casablanca de Mohammed Karim Lamrani    Le film marocain «Razzia» de Nabil Ayouch en salles au Mexique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 06 - 2018

Questions à Michael Kohler, directeur du Voisinage Sud, de la Direction générale de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement
ALM : Comment les garanties seront-elles mises en œuvre ?
Michael Kohler : D'abord, il y a l'argent du budget européen. C'est un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient. Ce montant-là est un montant pour lequel les financiers européens comme, par exemple l'AFD en France, la KFW en Allemagne, la Berd à Londres ou encore la Banque européenne d'investissement à Luxembourg peuvent présenter des projets qui visent à baisser le niveau de risques pour certains types d'opérations financières. Ensuite, si une fois nous leur accordons cet argent, ils mélangent ça avec leur propre argent et des prêts. Ils peuvent offrir cela à des entrepreneurs marocains. Par exemple, si un opérateur marocain veut investir pour élargir son usine, pour créer de l'emploi, ou améliorer l'infrastructure du transport avec le gouvernement, avec ce fonds nous pouvons adoucir le risque financier. Ce qui va attirer plus de marchés et booster l'argent du marché de capitaux. Donc il y a une sorte de cascade entre l'UE et les institutions financières européennes, partenaires marocains sur le plan financier et bénéficiaire final au Maroc.
Les dons et prêts permettront de rassembler 4,4 milliards d'euros. N'envisagez-vous pas de recourir à des bailleurs de fonds dans les pays du Golfe ?
Ces 4 milliards 400 millions d'euros d'ici 2020 sur trois ans plus ou moins seront sous forme de subventions et dons non remboursables à partir du budget européen qui est mobilisé pour ce plan et qui, lui, va mobiliser entre 10 et 15 fois plus de prêts de provenances diverses. Cela peut être la BEWI, la Banque européenne d'investissement ou une autre institution financière.
Quant aux pays du Golfe, nous avons un dialogue de plus en plus étroit avec par exemple la banque islamique de développement à Djeddah mais aussi avec d'autres institutions financières au Koweït par exemple. Et nous encourageons les banques européennes comme la BEWI à faire des partenariats avec ces banques arabes. Ainsi, les banques du Golfe auraient accès aux dons européens. Il y a déjà quelques petits projets en préparation, mais il nous faut probablement encore un peu plus d'expérience dans la pratique pour développer cela davantage. Pour rappel, le montant de 4,4 milliards se compose de deux parties. D'une part, il y a 2,6 milliards d'euros pour des prêts mélangés à des dons de l'Union européenne. De l'autre côté, il y a la facilité des garanties pour un montant total de 1,6 milliard d'euros.
Quelles seraient les mesures que vous entreprendrez au cas où un porteur de projet est insolvable ?
C'est la raison pour laquelle nous avons besoin de facilités de garanties. Normalement s'il y a le risque d'un entrepreneur ne réussisse pas son opération financière, les banques ne vont pas le financer. Avec cette facilité, le risque que porterait la banque, qui financerait le projet, est pris par le contribuable européen. En principe, tout cela est un encouragement pour le secteur financier de financer les projets qu'autrement on ne financerait pas parce que le risque est estimé trop élevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.