Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Programme d'assainissement liquide : 2.207 centres ruraux bénéficiaires d'ici 2040
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 01 - 2019

Pour la secrétaire d'Etat chargée du développement durable, le bilan 2018 est marqué par un changement qualitatif.
Ce sont 2.207 centres ruraux qui bénéficieront du programme d'assainissement liquide consistant en la réutilisation d'un milliard de mètres cubes entre 2019 et 2040. Le chiffre est précisé, vendredi, par Nezha El Ouafi lors de la présentation du bilan de son département au titre de 2018. Une occasion pour la secrétaire d'Etat chargée du développement durable de s'exprimer sur ses perspectives. «Le bilan 2018 est marqué par un changement qualitatif», qualifie-t-elle. Dans ce sens, elle rappelle, entre autres, l'accélération des programmes de gestion des déchets et l'irrigation de produits agricoles en exploitant les eaux usées. Mieux encore, l'événement était l'occasion de faire plein d'annonces.
5 voitures électriques
Comme l'a annoncé la secrétaire d'Etat, un marché a été lancé pour l'acquisition de «5 voitures électriques». Une démarche qui rentre dans le cadre de l'efficacité énergétique d'après ses dires. «Le budget mobilisé pour ces véhicules a atteint une hauteur de 50% », enchaîne-t-elle. De plus, des stations de chargement des batteries de ces voitures sont prévues dans 5 régions. Outre celle de Rabat-Salé-Kénitra, les régions de Marrakech-Safi, Casablanca-Settat, Tanger-Tétouan-Al Hoceïma et Souss-Massa seront à leur tour dotées de ces stations sur accord avec les directions provinciales. «Ces voitures électriques feront, en fin janvier, l'objet d'une décision qui sera rendue par le chef de gouvernement», poursuit Mme El Ouafi. Et ce n'est pas tout !
Ramassage des déchets électroniques
«Nous avons créé des termes de référence pour l'évaluation environnementale de tous les ministères d'ici au mois de juillet», ajoute-t-elle. Pour l'heure, le marché consacré à cette mesure est, selon ses dires, prêt. Il est, comme elle l'indique, confié au secteur privé. Dans ce sens, elle précise que ce marché portera, entre autres, sur le «ramassage des déchets électroniques». «Nous procédons déjà au tri des cartons. Nous passerons à celui du plastique dans les administrations», détaille la secrétaire d'Etat. Pour elle, la mise en œuvre de l'ensemble de ces mesures «n'est pas une tâche aisée». Par l'occasion, Mme El Ouafi évoque le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) qui fait ressortir, pour la première fois, des chiffres alarmants à propos de la hausse des températures. Un phénomène qui a de lourdes conséquences à l'instar de la montée des océans. A propos du Maroc, elle insinue que certaines villes à l'instar d'El Jadida, Dakhla et Essaouira nécessitent des mesures d'urgence.
Le Maroc doit revoir sa production
Egalement de la partie, Aziz Rabbah, ministre de l'énergie, des mines et du développement durable, estime que les systèmes de production et de consommation sont censés changer dans le monde. Comme il l'indique, l'humanité peut réduire sa consommation à 50%. «Le Maroc doit revoir sa production. Nous sommes déjà dans le durable et le vert», poursuit-il. M. Rabbah, qui met l'accent dans ce sens sur l'exemplarité de l'Etat, évoque également la loi relative au littoral dont il se félicite tout en mettant en avant les souffrances de certaines contrées dans le monde. «Les pays en développement ne contribuent à la pollution qu'à hauteur de 4% alors qu'ils en paient le prix jusqu'à 50%», enchaîne-t-il.
183 milliards DH pour couvrir les projets 2018 et 2019
Selon Nezha El Ouafi, les projets de 2018 ont mobilisé un budget de 183 millions DH. Ces projets qui se poursuivent en 2019 sont, selon ses dires, conçus avec d'autres départements, notamment ceux de l'intérieur et de l'agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. A propos de ces projets, la secrétaire d'Etat chargée du développement durable précise qu'une station est dédiée, à Jrada, au traitement de l'air pour en mesurer la qualité.
«Nous avons un plan national pour la protection du littoral qui sera présenté en fin février», ajoute-t-elle. Le passage de la secrétaire d'Etat était également l'occasion pour aborder le projet de loi relatif à la diversité biologique déjà soumis au Secrétariat général du gouvernement (SGG). «Nous travaillons pour amender la loi 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination», poursuit Mme El Ouafi. La secrétaire d'Etat annonce également que son département prévoit un plan national de contrôle de la pollution. «Un laboratoire de lutte contre la pollution est prévu en 2022», avance-t-elle. Aussi, le contrôle de la qualité des sables est prévu d'être, selon ses dires, initié en juin prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.