Fès s'active pour la lutte contre le tabagisme    Manal Manal Manal … est accusée de plagiat !    Botox parties à Marrakech. Un "ancien" nouveau scandale    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Dumbo, le célèbre éléphant de Disney revient dans les salles    Marocaine des Journalistes Sportifs (MJS)    Sahara marocain : Horst Köhler annonce un Genève III et de l'espoir    Inwi de nouveau désigné meilleur réseau internet mobile de l'année    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Nota Bene    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Vidéo – La 10e édition de l'Afriquia Merzouga Rally est fin prête !    Paris: Souad Massi, l'icône algérienne « prête sa voix » aux manifestants    Belles distinctions pour le téléfilm « Ali Ya Ali » d'Abdelhaï Laraki    Attijariwafa bank mise sur la relance du crédit pour 2019    Vidéo : Une semaine après, la Nouvelle-Zélande rend hommage aux victimes de Christchurch    Un consulat pilote marocain à Algésiras    L'industrie manufacturière en bonne forme... la construction moins bien portante    «Miss handicap Côte d'Ivoire 2019» lance sa 2e édition    Les inconditionnels du Raja fêtent son 70e anniversaire    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Essaouia: Coup d'envoi de la 3è édition du Festival »Les Océanes »    Un 2ème Salon national professionnel dédié : 20% de l'effectif national en Sardi provient de la province de Settat    Edito : Contractuels instrumentalisés    Les contractuels instrumentalisés par Al Adl wal Ihssane et Annahj Addimocrati    Séisme politico- économique    Chine: Une explosion massive dans une usine chimique fait 47 morts    Azemmour : Arrestation d'une Française faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international pour homicide involontaire    Réunions de haut niveau pour Benchaaboun à Bruxelles    Accès à l'eau. Comment Lydec déploie son réseau    Le Groupe Banque Populaire plus que jamais champion de la collecte de l'épargne    L'entrée au capital de CFC de la région de Casablanca-Settat est actée    Education financière : CAM encadre 10.700 petits producteurs agricoles et ménages ruraux    Un carnage évité de justesse pour 51 collégiens pris en otage dans un bus à Milan    Journée mondiale de la météorologie    Driss Lachguar reçoit Nabil Chaath    Ces célébrités ont touché le fond : Heather Locklear    Divers    Le match contre le Malawi, un sérieux test pour les prétendants à la liste définitive de Renard    Le RTCMA fin prêt pour accueillir la 35ème édition du GP Hassan II de tennis    Kingsley Coman : Le retour d'un joyau fragile    Participation marocaine à la Conférence de l'ONU sur la coopération Sud-Sud    La lutte menée par le Maroc contre le trafic de migrants louée par le ministre espagnol de l'Intérieur    "Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale    Ouverture officielle à Rabat des Journées de la Francophonie    L'artiste peintre Afif Bennani expose ses oeuvres à Montréal    El Othmani : La gratuité de l'enseignement, maintenue et affirmée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le code de la famille selon Benoutiq : Les avocats MRE apportent leur contribution au débat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 02 - 2019

Le code de la famille est aussi une affaire du département d'Abdelkrim Benoutiq. Le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger (MRE) et des affaires de la migration a, à cet effet, rassemblé, vendredi dernier à Marrakech, des compatriotes qui se penchent sur ce texte de loi lors du 3ème Forum des avocats MRE.
«Un événement qui aura des traces scientifiques et des réflexions autour de nouveaux mécanismes pour l'avenir», indique M. Benoutiq en ouverture de l'événement qui s'est poursuivi jusqu'à samedi. En associant les avocats marocains du monde à ces réflexions, le responsable veut également véhiculer des messages. Il estime également que le code de la famille concerne non seulement les Marocains d'ici mais aussi d'ailleurs.
Participation à l'évolution du Maroc
«Si nous associons les avocats marocains du monde, c'est pour leur dire que le Maroc évolue. Cette évolution est tributaire de la participation de tous», détaille M. Benoutiq. L'intervenant ne manque pas, entre-temps, de mettre l'accent sur l'émergence de complications manifestées par des changements sociétaux au Maroc et à l'étranger. Une allusion est faite dans ce sens au texte de loi, objet de la rencontre. D'où l'apport de ressources humaines qualifiées en la matière, y compris les MRE. «Des compétences marocaines occupent le premier rang dans des secteurs à caractère scientifique», enchaîne-t-il. A propos du code de la famille, le ministre indique qu'un débat et un ijtihad ou effort de réflexion doivent exister. «Il ne faut pas être conservateur ou avoir des craintes en évitant de traiter des questions complexes. L'ijtihad est important pour l'avenir», enchaîne-t-il lors de l'événement marqué par la participation de différents intervenants en la matière.
Appel à la souplesse de l'exequatur
S'exprimant également au cours de cette rencontre organisée sous le thème : «Le code de la famille à la lumière du droit comparé et des conventions internationales», Mohamed Abdennabaoui, procureur général du Roi près la Cour de cassation et président du ministère public, met l'accent sur le rôle du ministère public dans le code de la famille en tant que partie principale. Il met également en avant le «rôle du ministère public en application des conventions internationales ayant trait à la famille, aux femmes et à la garde d'enfants». Pour M. Abdennabaoui, le code de la famille, en vigueur depuis 15 ans, a un impact sur les individus. Il va naturellement de soi sur les MRE. A propos des mesures à introduire en rapport avec l'application du code de la famille, le président évoque celles ayant trait à la «conclusion du mariage à l'étranger et à la souplesse de l'exequatur». Pour ce faire, une réforme du code serait souhaitable. Une démarche annoncée par le secrétaire général du ministère de la justice, Abdelilah Lahkim Bennani.
Une évaluation du code est en cours
«Le ministère de la justice est en cours d'évaluation du code de la famille qui inclut pour la première fois les MRE», précise M. Bennani. Par l'occasion, le SG met l'accent sur la tenue d'un comité bi-ministériel pour trouver des solutions autour de l'application du code de la famille à travers la signature d'une circulaire par les départements de la justice, des MRE et des affaires de la migration, de l'intérieur ainsi que le ministère public. L'intervenant annonce également la participation du Maroc au Royaume-Uni en mars prochain autour du code de la famille.
Quelques propositions
Intervenant également à l'événement, Omar Ouidra, président de l'Ordre des avocats, ne manque pas de formuler des propositions. «Il faut revoir la discorde», précise-t-il. Le bâtonnier met également le point sur l'inexistence de la médiation et la nécessité d'intervention légale.
Pour sa part, Hilal Lahlimi, président de l'Association des avocats MRE, qui a préféré ne pas s'exprimer assez sur le code de la famille puisque ses précédents ont dit l'essentiel, saisit son passage pour formuler d'autres propositions. «Il faut compter sur les compétences des Marocains dans les consulats», indique-t-il. Il ne manque pas de rappeler les missions de l'association créée en mai 2018 à Rabat. Celles-ci étant, entre autres, la contribution à la défense des droits des MRE en rapprochant l'assistance légale aux Marocains du monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.