Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    Benchaaboun : Contribuer à façonner l'Afrique de demain, une priorité stratégique pour le Maroc    Mauboussin Diamond, une carte pour récompenser la fidélité    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    Le MASI et la décélération de la croissance    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Sothema accroit son résultat net en 2018    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Logismed : L'expérience logistique du Maroc sous les feux de la rampe    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    Divers    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Conférence ministérielle africaine à Marrakech sur l'appui de l'UA au processus onusien au Sahara    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Code de la famille: 150 problématiques entravent la mise en œuvre effective
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 31 - 01 - 2019

«Il n'est pas possible d'appliquer, dans un texte juridique, l'égalité ou l'approche genre aux côtés de l'équité». Les propos de l'enseignante-chercheuse Farida Bennani lors d'une journée d'étude dédiée mercredi par les groupes du Parti authenticité et modernité au Parlement au Code de la famille, suscitent l'attention autour des écueils de cette loi. Pire encore ! «La plupart des dispositions du code du statut personnel de 1957, relatives à l'équité et la discrimination entre les deux sexes, persistent dans le code de la famille de 2002», martèle-t-elle lors de cet événement initié en partenariat avec le réseau Anaruz. Et ce n'est pas tout ! Elle avance un chiffre alarmant sur ces écueils.
Une centaine de problématiques
«Après un an d'application du code, les chercheurs ont détecté 150 problématiques qui en entravent la mise en œuvre effective», avance Mme Bennani. L'intervenante ne se contente pas, cependant, d'énumérer les problématiques. Elle propose plutôt des solutions. «Après 15 ans d'application, il est nécessaire, voire urgent de trancher entre les deux principes dans le même texte juridique. Ceux-ci étant l'équité et l'égalité. A elle seule, l'équité signifie, comme elle le rappelle, la justice entre la femme et l'homme en termes de partage de droits et d'obligations de manière équilibrée. Quant à l'égalité, elle n'accorde pas d'intérêt aux sexes», enchaîne-t-elle. Mieux encore, le passage de Mme Bennani était l'occasion d'aborder la convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.
Pas d'harmonisation avec la convention de la CEDAW
«L'harmonisation avec cette convention n'a pas encore eu lieu», estime l'enseignante-chercheuse. Pour elle, cette harmonisation ne peut avoir lieu de par l'article 400. Celui-ci stipule que «pour tout ce qui n'a pas été expressément énoncé dans le présent Code, il y a lieu de se référer aux prescriptions du rite malékite et/ou aux conclusions de l'effort jurisprudentiel (Ijtihad), aux fins de donner leur expression concrète aux valeurs de justice, d'égalité et de coexistence harmonieuse dans la vie commune, que prône l'Islam». Cependant, la référence n'est pas, au sens de l'intervenante, «unifiée». Aussi, les écueils consistent, selon ses dires, en l'existence d'un déséquilibre entre le passé et le présent, le fiqh islamique et celui contemporain. «C'est l'une des entraves les plus importantes à l'égalité que le Code de la famille n'a pas ancrée», tranche-t-elle.
Des propositions
Cela étant, Mme Bennani propose «un changement radical du Code de la famille en se basant sur le principe de l'égalité et la référence de l'Ijtihad». A ses yeux, une telle démarche est de nature à réaliser d'autres acquis et de «s'approcher» de la convention CEDAW. De plus, l'événement a également été l'occasion pour le réseau Anaruz de présenter son mémorandum qui est, selon sa représentante, Zakia Baghdadi, «une revendication urgente». Elle abonde, à son tour, dans le sens du plaidoyer pour une réforme radicale du Code de la famille. «J'espère que nous aboutirons à une réforme unifiée», enchaîne-t-elle. De son côté, Houssein Raji, avocat et membre de ce réseau, qui estime que la réalité change, indique que ce besoin de réforme est destiné à «promouvoir la situation de la femme».
Retour sur certains écueils
M. Raji énumère un certain nombre d'écueils dans le Code de la famille. C'est le cas du terme «plaisir» (moutâa) qui est, selon ses dires, plus large sans abonder dans le sens du langage universel. Il évoque également l'article 16 du même texte qui prévoit la preuve du mariage. «Anaruz propose d'annuler l'alinéa 2 de cet article», précise M. Raji. L'intervenant aborde de plus l'article 49 qui est à son sens «ambigu». Pour lui, la femme doit accéder à ses biens acquis lors de la durée du mariage. L'avocat suscite aussi l'intervention du parquet général pour fixer les charges de la famille. Dans ce sens, il ressort les articles relatifs à la pension censée être due à la femme que le mariage soit consommé ou non. «Il faut revoir la pension selon d'autres angles dont celui socio-économique», estime-t-il. En matière de divorce, il existe à ses yeux une discrimination entre les deux sexes quant à la fin de la relation conjugale. Dans ce sens, il avance le fait de permettre à l'homme de récupérer sa femme lors du délai de viduité selon l'article 124. «Ce n'est pas acceptable», commente-t-il en abondant, dans l'ensemble, dans le sens de l'adoption d'une référence pour le Code de la famille. «La révision doit être également faite à la lumière de la Constitution», indique, pour sa part, le président du groupe authenticité et modernité à la Chambre des représentants, Mohamed Chrourou. L'objectif étant d'assurer une «protection juridique de la femme tout en adoptant un plan national dédié à l'égalité».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.