Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS certifiée par la World Lottery Association    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Baccalauréat 2019 : La moisson exceptionnelle de Casablanca-Settat    Casablanca en quête d'un air plus frais    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bank Al-Maghrib livre ses projections
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 03 - 2019

Taux directeur inchangé, croissance limitée et déficit compte courant allégé
Le taux directeur reste approprié pour le contexte économique actuel. Il restera inchangé à 2,25%. C'est ce qu'a décidé Bank Al-Maghrib lors de son premier conseil de l'année tenu, mardi 19 mars à Rabat. La banque centrale comme à son accoutumée a examiné durant cette session l'évolution récente de la conjoncture économique comme elle a émis ses projections macroéconomiques pour les huit prochains trimestres. Les prévisions tablent sur une inflation en décélération en 2019. Après être située à 1,9% en 2018, l'inflation reviendrait à 0,6% en 2019 avant de s'établir à 1,1% en 2020. Ces évolutions sont portées par la hausse prévue de la composante sous-jacente de l'inflation qui après une baisse de 0,8% devrait atteindre 1,4% en 2020 et ce en lien avec l'amélioration attendue de la demande intérieure.
S'agissant de la croissance, Bank Al-Maghrib indique qu'elle resterait limitée à 2,7% en 2019 et afficherait par ailleurs une accélération en 2020 atteignant ainsi les 3,9%. Les projections de Bank Al-Maghrib concernant le secteur agricole tendent vers un recul de la valeur ajoutée agricole à 3,8% et une production céréalière d'environ 60 millions de quintaux. Sous l'hypothèse d'une récolte avoisinant les 80 millions de quintaux, la valeur ajoutée agricole devrait s'accroître en 2020 à 6%.
La banque centrale anticipe par ailleurs un allègement du déficit du compte courant passant de 4,1% en 2019 à 3,4% en 2020. Cet allègement découlerait de la baisse prévue des importations énergétiques et de la décélération des achats de biens d'équipement. Une évolution qui selon Bank Al-Maghrib suppose également des entrées de dons des pays du CCG de 2 milliards de dirhams en 2019 et de 1,8 milliard en 2020. Quant aux opérations financières, les recettes des investissements directs étrangers (IDE) devraient revenir à 3,4% du PIB en 2019 et 2020 après 4,1% du PIB en 2018. «Dans ces conditions et au regard des sorties prévues du Trésor à l'international, les réserves internationales nettes passeraient de 231 milliards de dirhams en 2018 à 239 milliards en 2019 avant de revenir à 236 milliards en 2020, continuant ainsi d'assurer la couverture d'un peu plus de 5 mois d'importations de biens et services», apprend-on de Bank Al-Maghrib.
Par ailleurs, la stabilité du taux de change observée en 2018 ne se maintiendra pas en 2019. La banque centrale table à cet effet sur une appréciation de 0,7% du taux de change effectif réel en 2019. «L'écart d'inflation entre le Maroc et ses principaux partenaires et concurrents ne devant que partiellement contrebalancer l'appréciation nominale attendue du dirham. En 2020, avec la dissipation prévue de cette dernière, il devrait se déprécier de 0,5%», précise la Banque centrale. Quant au crédit au secteur non financier, il maintiendra le rythme observé en 2019 avant de s'accélérer à 4,4% en 2020. Pour ce qui est des finances publiques, le processus de consolidation budgétaire devrait, selon les prévisions de Bank Al-Maghrib, ralentir, le déficit, hors privatisation, étant prévu de s'établir à 4,1% du PIB en 2019 avant de revenir à 3,5% du PIB en 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.