Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Edito : Notre-Dame la Médina
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 04 - 2019

L'implication personnelle assidue et sans relâche du Souverain pour la préservation du patrimoine historique architectural du Maroc, notamment dans nos médinas, revêt tout son sens et va au-delà du simple acte de restauration urbanistique.
Quand on voit l'ampleur de l'émotion suscitée par l'incendie de la cathédrale de Notre-Dame à Paris, on comprend que pour la France et les Français il ne s'agit pas seulement de l'effondrement d'un monument mais de la disparition d'une partie de la mémoire et de l'histoire de toute une nation.
Des médinas comme celles de Fès, Meknès, Rabat, Casablanca et Marrakech sont le capital immatériel inestimable du Maroc et de ses 14 siècles d'histoire. Ces médinas constituent des archives vivantes de l'évolution à travers les âges de la société et la civilisation marocaines. Sans oublier les vestiges et autres monuments parsemés à travers le territoire qui rendent compte de l'ère antéislamique. Les grandes villes marocaines, à l'image de Casablanca, regorgent aussi d'édifices historiques relatant le Maroc du siècle dernier.
Il ne s'agit pas là seulement de monuments au sens physique du terme mais bien plus.
Laisser dépérir nos médinas, nos édifices historiques, quel que soit leur âge, c'est commettre l'acte irréversible d'effacer notre mémoire. Et aucun peuple ne peut exister sans sa mémoire ni son patrimoine qui représentent un capital immatériel qu'on ne peut dupliquer. Ce n'est pas pour rien. On comprend pourquoi les Français se sont tous levés pour rebâtir Notre-Dame de Paris…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.