De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marché du travail : Le FMI veut des réformes ambitieuses
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 07 - 2019

En conclusion de la mission de consultation 2019 au Maroc
Certes, le Maroc a considérablement amélioré son environnement des affaires ces dernières années, toutefois une nouvelle vague de réformes favoriserait plus de croissance, notamment celle tirée par le secteur privé. C'est ce que l'on peut déduire du Fonds monétaire international dans son dernier rapport sur le Maroc, en marge de la mission de consultation 2019 au titre de l'article VI avec le Maroc. L'institution financière appelle le Royaume à entamer des réformes ambitieuses sur le marché du travail.
«La mise en place de réformes qui réduiraient les coûts d'embauche des entreprises formelles sera essentielle pour améliorer le fonctionnement du marché du travail et créer les conditions nécessaires pour une production d'emplois plus forte», peut-on relever du FMI qui précise que l'atténuation des restrictions en matière d'embauche et de licenciement rendrait le marché du travail plus flexible et aiderait à réduire le chômage. Le FMI recommande à cet effet l'assouplissement de l'utilisation des contrats à durée déterminée particulièrement pour les jeunes et nouveaux demandeurs d'emploi. L'urgence étant également de mettre en œuvre des procédures plus efficaces de licenciement tout en renforçant les filets de sécurité sociale et de chômage. Le FMI a par ailleurs souligné la nécessité de mettre à niveau les systèmes d'éducation et de formation professionnelle. Une révision qui permettra de réduire les inadéquations de compétences sur le marché du travail et les coûts d'embauche actuellement très élevés compte tenu du manque de capital humain qualifié. Pour appuyer ses recommandations, le FMI a tracé des scénarios prouvant l'impact positif de son approche. L'adéquation réduction de coûts d'embauche et des coûts d'entrée réduirait en cinq ans le chômage de 2% et augmenterait le PIB de 2,5 points.
Une croissance de 4,5% attendue à l'horizon 2024
D'un point de vue plus global, le FMI évalue positivement la situation économique du Maroc. Les perspectives dressées dans ce sens sont favorables. Le FMI table sur une croissance de 4,5% à l'horizon 2024. «Cependant, ces perspectives restent soumises à des risques internes et externes importants, dont le retard de mise en œuvre des réformes, une faible croissance des principaux pays partenaires (notamment zone euro), la hausse des prix du pétrole, les risques géopolitiques et la volatilité des conditions financières», explique le FMI. Les administrateurs du FMI félicitent les autorités marocaines d'avoir mis en œuvre des politiques macroéconomiques saines. Ils ont par ailleurs salué l'accélération des réformes ayant permis d'améliorer la résilience de la société marocaine et diversifier son économie. Ils ont toutefois noté l'impact potentiel d'incertitude et des risques globaux sur l'économie marocaine appelant ainsi à un engagement continu en faveur du maintien des politiques saines afin d'atteindre une croissance plus forte et plus inclusive. Parmi les chantiers ayant suscité la satisfaction des équipes du FMI on cite la flexibilité de changes encourageant ainsi les autorités à saisir les opportunités actuelles pour poursuivre cette réforme de manière bien ordonnée et bien communiquée. Ils ont, également, accueilli favorablement l'adoption récente d'une stratégie globale d'inclusion financière et la mise en place d'une réforme fiscale qui dotera le système de plus d'équité.
Les chantiers à maintenir
Le FM a souligné dans son rapport l'importance de maintenir le rythme des réformes structurelles en vue d'atteindre un modèle de croissance plus inclusive, fondé sur le secteur privé, tout en réduisant les inégalités et en protégeant la population vulnérable. L'institution financière encourage par ailleurs les autorités marocaines à poursuivre l'assainissement budgétaire, tout en préservant les investissements prioritaires et les dépenses sociales à moyen terme. Bien que le système bancaire marocain soit sain et résilient, il est nécessaire pour le Maroc de rester plus vigilant face à sa complexité croissante et à son expansion transfrontalière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.