Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aux 12èmes rencontres photographiques de Bamako : Yasmine Hajji s'exprime sur les «Words of world» en installation vidéo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 09 - 2019

Selon Yasmine Hajji la photographie contemporaine au Maroc est en plein essor. Cet art montre un Maroc plus réaliste, légèrement fantaisiste aussi, mais qui reste encore «marginalisé».
La photographe marocaine Yasmine Hajji participe aux 12èmes rencontres photographiques de Bamako (Mali) prévues du 30 novembre au 31 janvier 2020. Lors de cette biennale dédiée à la photographie contemporaine en Afrique, l'artiste participera, selon ses dires, avec son installation vidéo intitulée «Words of world». Une œuvre qui, d'après la photographe, «questionne le rapport entre un monde dominant, aseptisé, et un monde qui met en scène les contradictions de sa propre culture». «Words of world, ce sont les mots du monde, ceux qui nous façonnent, répétés en boucle jusqu'à perdre tout sens», précise-t-elle.
En fait, ce sujet «passionne» Yasmine Hajji qui dit continuer à travailler sur celui-ci. «D'autant qu'on est dans une surconsommation des images et dans un narcissisme virtuel. Ce qui est intéressant, c'est de voir que, tout ce qui était directement vécu, s'est éloigné dans une représentation», détaille-t-elle. A propos de la photographie contemporaine au Maroc, elle estime qu'elle est en plein essor. Pour elle, cet art montre un Maroc plus réaliste, légèrement fantaisiste aussi, mais qui reste encore «marginalisé». Outre la photographie, l'artiste travaille la vidéo. Mieux encore, elle se considère plus une artiste multimédia que plasticienne. Elle indique également aimer tous les supports de création, avec une «préférence pour la vidéo». Pour elle, celle-ci offre de grandes possibilités de langage et de niveau de lecture, de par le montage et les installations. En plus de la Biennale de Bamako, la photographe a déjà exposé son installation à la galerie Venise Cadre à Casablanca. Comme le rappelle l'artiste, cette œuvre se réfère à une citation de Guy Debord : «Les hommes n'entrevoient le spectacle que comme loisir et non domination».
Cela étant, l'artiste est, selon ses dires, diplômée de l'Université Paris VIII en 1994, en études cinématographiques et audiovisuelles. En plus de la vidéo, son travail explore les différentes possibilités du montage en combinant et juxtaposant des images de sources diverses. Elle construit un travail qui s'insère dans l'espace urbain à travers des collaborations diverses avec les musiciens les plus représentatifs de la scène alternative marocaine, comme Haoussa ou Abdellah Hassak. Ses vidéos et installations s'intéressent à la notion de représentation de l'autre, qu'elle soit physique ou sociale, dans un monde qui a le monopole des apparences, mais aussi au rêve et à la poésie urbaine. En 2015, lors du Billboard Festival, elle est remarquée par le commissaire d'exposition Christian Skovbjerg Jensen pour l'exposition «Merchants of dreams» sur l'art contemporain du Maroc au Danemark. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions, personnelles et collectives, à la Société Générale de Casablanca, au Festival AVIFF de Cannes, à la 5ème Biennale de Marrakech, au Festival «Maghreb si loin si proche» en France, à la Fondation Hiba de Rabat, à la Villa des arts dans le cadre du Billboard, à l'Institut français de Casablanca, à la galerie Brandt 13 et à la galerie Viborg Kunsthal, au Danemark entre autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.