Covid-19: 153 nouveaux cas, plus de 6,36 millions de personnes ont reçu trois injections    Boxe: la Marocaine Khadija El Mardi sacrée vice-championne du monde    Kylian Mbappé prolonge au PSG !    Maroc: le marché interbancaire demeure stable    Réforme de l'école publique: un formulaire pour recueillir l'avis des Marocains    Covid-19 au Maroc : 153 nouvelles infections et aucun décès ce samedi    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    Tempête en Allemagne: un mort et près de 60 blessés    RDC : au moins 1.284 cas suspects de variole du singe signalés depuis le début de l'année    La guerre en Ukraine sur fond de crise énergétique internationale, par Yassine Gamal    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Le nouveau stade de Villareal : La céramique (La Cerámica)    Bourse de Casablanca : Une nouvelle semaine dans le rouge    Guerre en Ukraine : Joe Biden valide l'envoi de 40 milliards de dollars d'aide à Kiev    Variole du singe : pas de raisons de s'inquiéter selon Tayeb Hamdi    Nostalgie : Hassan Sefrioui, un grand dirigeant sportif de Tanger    LaLiga : Dénouement dans les courses à l'Europe et au maintien    Photos. Le Maroc et la France unis dans un exercice militaire aérien    Le Directeur Général de l'ONEE explore de nouvelles possibilités de financement avec la Suisse    Melilla a enregistré une secousse de magnitude 4    INTELAKA : 44 695 crédits accordés depuis le début du programme    Voici la date de l'Aid Al Adha 2022 au Maroc    Première édition de "Safi Investor Day" : la cité portuaire en émergence    Le DG de l'ADM Anouar Benazzouz prend la présidence de la fédération routière internationale    Nabila Mounib peut désormais accéder au parlement    Quand Rico Verhoeven danse sur du Chaâbi (VIDEO)    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane suite à sa consécration à la coupe de la CAF-2022    Bono vainqueur du trophé Zamora    ONU : engagement renouvelé aux objectifs du Pacte de Marrakech sur les migrations    Maroc-Espagne: Plus de 2 600 véhicules ont déjà franchi les frontières    Dérives verbales de l'ambassadeur palestinien à Dakar : Hassan Naciri remet les pendules à l'heure    Casablanca. Interdite d'accès en classe à cause d'une jupe: du nouveau dans l'affaire    Région de Khémisset: trois enfants meurent noyés    Baccalauréat : Voici le calendrier des examens    France : grève au Quai d'Orsay le 2 juin contre les réformes qui décapitent le corps diplomatique    L'Ambassade du Maroc au Sénégal réfute les allégations de l'ambassadeur palestinien à Dakar    Etude : Vivre à proximité d'un feu de forêt augmente les risques de cancer    Le Maroc fait don d'un laboratoire de langues à l'Académie diplomatique en Mauritanie    Le Maroc appuie l'élargissement de la Convention contre la torture    France : voici les 27 ministres du nouveau gouvernement Macron    Justice : réactivation de l'accord de jumelage maroco-belge    Voici la météo pour ce samedi 10 mai 2022    Paris : Spectacle solidaire de D'jal le 29 mai au profit de l'association keepSmiling    Décès de l'acteur égyptien Samir Sabry à l'âge de 85 ans    L'icône de Jil Jilala, Hajja Sakina Safadi, n'est plus    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    Madrid : Présentation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Le projet de loi n° 66.19 sur le droit d'auteur adopté à la Chambre des conseillers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Point de vue : Ecrivons le futur au féminin, au masculin et au pluriel…
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 09 - 2019

Le thème des libertés individuelles est revenu sur le devant de la scène, éclairé d'une lumière crue.
Le combat que mènent depuis des années le mouvement féministe marocain, des femmes et des hommes, des jeunes, qui ont fait du combat pour les libertés de la femme -qui vont bien évidemment de pair avec les libertés de l'homme- leur priorité, est aujourd'hui plus que jamais d'actualité.
Un manifeste «Hors la Loi» lancé par Leila Slimani et Sonia Terrab, une tribune rédigée par Narjis Rerhaye -écrivaine et activiste, et par moi-même – baptisée «Nous sommes face à un choix de société» et un Appel signé par 10 jeunes militants associatifs : Mounir Aznail, Achraf Tamlakoutan, Otmane Mazzine, Moussa Laarif, Idriss El Fatih Hadef, Hassan Mouhssin, Samir Lebcher, Hamid Massafi, Réda Khadfy et Ayyoub Hilali, membres fondateurs du label Morocco l'Ghedd -intitulé «On ne vit pas son corps aujourd'hui comme il y a 20 ans»- sont venus donner un éclairage accru à ce combat, que certains ont bien tort de penser comme étant subalterne. Bien sûr il y a toujours à dire et à redire sur de telles initiatives mais elles ont le mérite d'exister, de porter la lutte et le message sur le devant de la scène, l'enjeu est tellement important qu'il doit transcender toutes les susceptibilités. Ce qui est vrai cependant c'est bel et bien que tant que les politiques ne se saisiront pas du sujet des libertés individuelles, nous pourrons signer toutes les pétitions du monde…
En effet qui fait et vote les lois ???? Il faut donc à présent transformer l'essai et interpeller les partis politiques, qui parmi eux aura la clairvoyance , l'audace et le courage d'inscrire des propositions en la matière dans son programme ? Celui-ci par une telle démarche rendra un fier service à notre société.
Il est également important de replacer le combat pour les libertés individuelles dans son cadre, dans son contexte : une population est faite d'une majorité et de minorités, le but est de permettre que nous fassions Nation -tous ensemble- Il nous faut donc de l'audace pour «avancer» et de la raison pour expliquer encore et toujours, faire preuve de pédagogie, d'écoute, être sur le terrain !
Il faut également éviter de dresser une hiérarchie : le combat contre les violences, le viol, le harcèlement, la liberté d'aimer, la liberté de circuler, la parité, l'égalité des chances et des salaires… ces causes sont un tout, elles sont une !
Souvenons-nous de Hanane (l'une des dernières en date, parmi tant d'autres) ajoutons-y d'ailleurs le petit Reda de Meknès, souvenons-nous de l'affaire des jupes d'Inezgane, du bisou des adolescents de Nador et tout dernièrement des jeunes bénévoles belges menacées car vêtues de shorts…
Bref toutes ces affaires ont la même valeur, méritent la même mobilisation et nécessitent la même détermination!
Comment ne pas voir qu'il s'agit en fait d'un choix de société ?
Je voudrais terminer cette chronique par le texte initié par les jeunes, qui -à mon sens- est la meilleure chose qui puisse arriver à ce combat pour le choix de société qui se pose à nous, aujourd'hui :
«ON NE VIT PAS SON CORPS AUJOURD'HUI COMME IL Y A 20 ANS !»
Le rôle de leaders d'opinion, de militants, d'activistes… est de faire évoluer une société. Faire bouger les lignes dans un pays – quel qu'il soit- est un travail de longue haleine, dans le nôtre cela est particulièrement vrai, c'est pourquoi toute contribution est la bienvenue dès lors qu'elle permet à la population de se l'approprier.
L'actuel débat qui agite notre société est passionnant et légitime, les femmes s'en sont saisies depuis très longtemps, les jeunes qui sont à la fois le présent et l'avenir ont bien évidemment leur mot à dire -on ne «VIT PAS SON CORPS AUJOURD'HUI COMME IL Y A 20 ANS»- et le thème des libertés individuelles a tout à gagner à sortir de l'ombre, pour ne pas dire de l'obscurantisme.
Croire que nous ferons l'économie de contribuer à ce que notre population dans son ensemble – et la jeunesse tout particulièrement- s'y intéresse et s'en saisisse est une erreur. Il faut faire preuve de pédagogie, d'écoute, d'humilité, de pragmatisme: c‘est sur le terrain que cela doit se pratiquer, ce qu'il nous faut c'est un mouvement «local et enraciné», qui saura mobiliser – et convaincre- y compris au sein des masses dites «conservatives».
Il faut suprrimer l'article 490 du code pénal, oui !
Cela passera par la loi, or soyons clairs qui fait les lois ?
Nous devons donc impérativement mener campagne -encore une fois, sur le terrain- pour expliquer l'importance du vote, de façon concrète et pédagogique…/…
Nous jeunes marocain(e)s avons un rôle majeur à jouer, nous ne nous y déroberons pas :
Dire, expliquer, convaincre, mobiliser…sur le terrain !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.