Reportage de M6: les autorités algériennes contre-attaquent    Taqa Morocco: Le RNPG recule    Casablanca: la Fédération Marocaine du Commerce en Réseau voit le jour    Bureau d'ordre digital: Ça commence à prendre    SMI portée par la hausse du cours de l'argent    AIEA: Le Maroc préside la 64e conférence    Vidéo – Le Maroc fera entendre sa voix à la 1ère Assemblée générale des Nations Unies se tenant à distance    Botola: le Hassania d'Agadir tombe à Oued Zem (VIDEO)    Coronavirus: nouveau record de guérison au Maroc    Covid/Données personnelles: Fuites sans suite...    inwi money lance la réception du transfert international    Le déroulement de la rentrée scolaire au menu du Conseil de gouvernement    Mohammadia: des mesures restrictives pour affronter la prolifération du Covid-19    Fès : saisie de plus de 5 000 bouteilles de boissons alcoolisées    Casablanca: un individu interpellé pour trafic de psychotropes    Tanger: le lycée Regnault fermé pour 14 jours    Premier League: Liverpool mate Chelsea    Les professionnels du tourisme décidés à passer à l'offensive pour la reprise du secteur à Marrakech    L'hôpital des FAR prodigue des soins permanents aux brûlés de l'explosion de Beyrouth    Les poudres et liquides saisis lors de l'opération antiterroriste du 10 septembre servent à la fabrication des explosifs    Karima Benyaich : S.M le Roi a inscrit l'approche genre au centre des priorités de la consolidation de l'Etat de droit    Jawad Yamiq proche du Getafe    Le Real Madrid manque sa rentrée    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    La CGEM publie un guide sur la "Cybersécurité en entreprise"    Le Covid-19 a un impact "dévastateur " sur les populations les plus vulnérables    Michael Lonsdale, le comédien pèlerin, est décédé    Officiel: El Haddadi éligible pour représenter le Maroc    Une consécration de l'engagement du Royaume pour une pratique sportive saine    Italie: débuts flamboyants pour la Juve de Pirlo    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Suivez le LIVE de l'émission « Al Moukawil » de MFM Radio    Débat autour d'un viol. Au Maroc, on ne fouette pas, on ne coupe pas la main    L'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire au cœur d'un scandale sexuel    « FinCEN Files » : de grandes banques soupçonnées de faciliter la circulation d'argent sale    Bolivie: La présidente par intérim se retire de la course à la présidence    Préfecture de Marrakech : généralisation de l'enseignement en alternance à partir de ce lundi    Un rapport accablant du ministère public    Le Maroc s'est distingué par son engagement en faveur d'une solution pacifique libyo-libyenne, affirme un institut d'études slovène    Secteur de l'automobile : la courbe des exportations se redresse progressivement    Distribution : les Marocains fidèles au marché et à l'épicier pour l'alimentaire    Des centaines de sans-papiers entament un périple de 700 Km    Le roman des énigmes    «M'ZORA CARAVANE»: plus de 30 artistes internationaux à l'honneur    «Le Fez Art Lab», un nouvel espace culturel à Fès    Quatre productions marocaines en lice au Festival du film arabe de Malmö    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Positionnement du Maroc à l'international : Sécurité, développement humain, éducation : Un bilan plutôt mitigé
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 11 - 2019

L'Institut royal de recherche des études stratégiques (IRES) a récemment publié son tableau de bord stratégique afin de donner un aperçu du positionnement du Maroc sur le plan international dans tous les domaines: politique, économique, social, culturel et environnemental.
L'IRES a ainsi passé au crible 190 indicateurs stratégiques permettant d'examiner si la position du Royaume à l'international s'est améliorée, a stagné ou a reculé. L'édition de 2019 se distingue par rapport aux précédentes éditions par l'intégration de nouveaux indicateurs liés, notamment, aux droits des enfants, à l'ouverture des données (open data), à l'environnement du commerce illicite, à l'inclusion numérique et à la compétitivité des talents. En matière de sécurité globale, le rapport signale un recul du positionnement du Maroc au niveau de l'indice global de paix. Le Royaume est ainsi passé de la 66ème place en 2008 à la 71ème place en 2018.
S'agissant de l'indice «Fagile State», le Maroc était classé à la 88ème place sur 177 pays en 2007 alors qu'en 2019, il occupe la 78ème position. L'IRES note à ce sujet un positionnement intermédiaire du Maroc au titre de cet indice qui demeure contrarié par quelques facteurs, notamment la migration, la fuite des cerveaux ainsi que les inégalités de développement économique. S'agissant de l'indice global de terrorisme, des efforts importants ont été menés par le Maroc à travers notamment la modernisation de son dispositif sécuritaire et la mise en place du Bureau central des investigations judiciaires qui ont permis de renforcer davantage les capacités anticipatives du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme et le crime organisé.
Pour ce qui est de la sécurité intérieure, le rapport mentionne que l'effectif des fonctionnaires de police est en hausse mais demeure insuffisant. Ainsi, le nombre de policiers pour 100.000 habitants est passé de 147 en 2003 à 200 en 2017. Quant au taux d'homicides volontaires, l'IRES signale une amélioration du classement international du Maroc au titre de cet indice (de la 30ème place sur 84 pays en 2003 à la 37ème place sur 137 pays en 2015). Cette avancée s'explique par l'efficacité des actions préventives des forces de l'ordre dans la lutte contre la criminalité. Toujours dans le volet sécuritaire, le rapport fait état d'un niveau élevé de la sécurité publique intérieure avec un indice établi à 3 ( 0= très faible sécurité; 4 = forte sécurité).
L'indice de progrès social en nette amélioration
Au niveau de l'indice de progrès social, le Maroc a affiché une nette amélioration de son positionnement en se classant à la 82ème place alors qu'il occupait la 91ème position en 2013. Cet indice classe les pays selon six catégories en fonction de leur progrès social. Le Maroc appartient à la 4ème catégorie qui regroupe les pays caractérisés par leurs contre-performances dans les domaines de l'éducation avancée et de l'inclusion sociale. Au niveau de l'indice des droits de l'enfant, le Maroc a progressé en occupant la 75ème position dans le classement mondial en 2019 alors qu'il était classé à la 81ème place en 2013. L'IRES fait remarquer à ce sujet que cette avancée du Maroc pourrait être consolidée à l'avenir si le Maroc parvenait à mettre en œuvre les dispositions de la constitution et les conventions internationales visant la promotion de cette catégorie qui est confrontée aujourd'hui à de nombreux problèmes ayant trait à l'injustice sociale (inégalités, pauvreté…) et les insuffisances en termes de santé et éducation.
Enseignement secondaire collégial: Un taux de scolarisation encore faible
En matière d'éducation, le Maroc doit fournir d'importants efforts. Les dépenses d'éducation se sont établies à 5,29% du PIB en 2018 contre 5,2 en 1998. Les dépenses d'éducation sont jugées importantes en pourcentage du PIB. Cela dit, le rendement de ces dépenses demeure insuffisant en raison du taux élevé de déperdition scolaire et de la dégradation de la qualité du système éducatif. Il est important de signaler un recul relatif des dépenses publiques d'éducation par élève rapporté au PIB par habitant. Le Maroc a affiché de mauvais scores au niveau des tests internationaux «PIRLS et TIMSS». Ainsi, le Maroc a obtenu dans ces tests un score moyen de 358 points en 2016, bien en deçà de la moyenne mondiale qui s'établit à 450 points pour le PRILS et 485 pour le TIMSS. Le Maroc est classé 48ème sur 50 pays dans le classement «PIRLS» et 37ème sur 39 pays dans le second. Au niveau de l'enseignement primaire, d'importants progrès ont été réalisés. Le taux de scolarisation au niveau du primaire est passé de 65,9% en 1998 à 99,5% en 2018. L'IRES fait toutefois remarquer que cette massification de l'enseignement cache des insuffisances en termes de qualité. Le taux de scolarisation au niveau de l'enseignement secondaire collégial a enregistré une amélioration notable en passant de 24% en 1998 à 89,7% en 2018. En revanche, le taux de scolarisation au niveau de l'enseignement secondaire qualifiant demeure encore bas en s'établissant à seulement 65,8%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.