Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Pour protéger votre peau contre le soleil, Forever recommande ses trois produits phares    Salafin: Visa pour l'augmentation du capital social    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Beyrouth: Plus de la moitié des hôpitaux "hors service"    Violation de l'état d'urgence: Tout savoir sur le paiement des amendes    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Le scénario catastrophe frappe à nos portes    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Dr. Tayeb Hamdi : La situation actuelle est préoccupante au regard de la hausse des indicateurs    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paradis fiscaux : Le gouvernement dans une course contre la montre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 11 - 2019

Programmation ce jeudi de deux nouveaux projets de loi alors que le Maroc reste dans la liste grise de l'UE
En l'espace d'un mois, l'Union européenne a sorti plusieurs pays de ses listes noire et grise des paradis fiscaux mais pas le Maroc. Les dispositions contenues dans le projet de loi de Finances (PLF 2020) sur les zones franches et aux exportateurs ne semblent pas suffire a priori. Alors, l'Exécutif revient à la charge. Ce jeudi, le gouvernement franchit un nouveau pas dans la liste des exigences de l'UE en matière fiscale. En effet, le Conseil de gouvernement, qui se réunit ce jeudi à Rabat, prévoit deux projets sur le plan financier et fiscal.
Il s'agit notamment de la convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices, adoptée à Paris le 24 novembre 2016. C'est le fameux BEPS de l'OCDE. Des pays comme le Maroc n'ont pas été impliqués dans l'élaboration de ce projet qui vise à lutter contre l'évasion fiscale. Mais après son placement dans la liste grise des paradis fiscaux, le Maroc a finalement signé le 25 juin 2019. Le pays doit désormais passer à l'étape supérieure avec l'adoption de ladite convention à la fois par le gouvernement et le Parlement. En plus de ce premier projet, le Conseil de gouvernement devra examiner un accord multilatéral entre les autorités compétentes sur l'échange des déclarations pour chaque pays, signé par le Royaume le 25 juin 2019, avec un projet de loi approuvant ledit accord. Dès vendredi, la balle sera dans le camp du Parlement alors que les responsables s'attendent à une adoption définitive de cette convention par les deux Chambres de l'institution législative avant la fin de la session parlementaire actuelle. Il faut dire que le gouvernement est engagé dans ce qui ressemble à une course contre la montre pour sortir de la liste grise de l'UE.
La dernière mise à jour de ladite liste remonte à il y a deux semaines avec le retrait de Belize. Auparavant, l'Union européenne a retiré courant octobre plusieurs autres pays de la liste, à savoir la Suisse, l'Albanie, le Costa Rica, l'île Maurice et la Serbie. Pour leur part, les Emirats Arabes Unis et les îles Marshall ont quitté au même moment la liste noire des paradis fiscaux, qui regroupe les pays ou territoires considérés comme «non coopératifs» en matière fiscale. Il faut préciser que la Suisse est sortie après son engagement de revoir sa politique fiscale en 2020.
De son côté, le Maroc attend toujours. Le pays quittera-t-il la liste avant la fin 2019 ou bien attendra-t-il jusqu'à 2020? Les autorités marocaines veulent se montrer très coopératives et vont même jusqu'à ouvrir d'autres chantiers comme celui de la lutte contre le blanchiment d'argent. Un nouveau projet de loi modifiant et complétant la loi relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux est également programmé ce jeudi par l'Exécutif. Pour rappel, le chef de gouvernement avait reçu il y a quelques jours le président de l'Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) qui lui a remis le rapport annuel de l'Unité au titre de l'année 2018, et ce en application des dispositions de la loi 43-05 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux (voir encadré).
Blanchiment : Hausse des déclarations de soupçon
Le rapport annuel 2018 de l'Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) vient d'être remis au gouvernement en application des dispositions de la loi 43-05 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux. Il en ressort ainsi une tendance haussière des indices d'activité de l'UTRF en 2018. Aussi, les déclarations de soupçon ont augmenté de 50% par rapport à l'année 2017.
Il a également souligné la hausse du nombre des personnes assujetties à la loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux qui ont émis des déclarations de soupçon ou autres informations à l'Unité au cours de la même période. L'année précédente a été marquée par une hausse de 33%, par rapport à 2017 des déclarations spontanées reçues par l'Unité. Selon les responsables, l'année 2018 a également été celle de l'évaluation du système national de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.