Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banques et Parlement veulent faire la paix
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 01 - 2020

Jouahri, Benjelloun et Benchaâboun aujourd'hui chez les parlementaires pour discuter le financement de l'économie
La hache de guerre (et commission d'enquête?) enterrée entre le Parlement et les banques? En tout cas, les deux parties seront main dans la main aujourd'hui à Rabat dans un événement conjoint. A en croire certaines sources, il s'agit notamment de dépasser les malentendus et appréhensions concernant certains dossiers principalement le financement de l'économie. Il faut dire que les organismes de financement étaient il y a quelques jours carrément dans le collimateur des parlementaires au point que certaines voix se sont élevées au sein de l'institution législative pour demander l'organisation d'une mission d'information sur les banques.
Le dossier de l'organisation de cette mission a été déposé au sein du bureau de la Chambre des représentants qui devra s'y prononcer et désigner un président et son équipe. En attendant la suite qui sera donnée à ce dossier, les banques et le Parlement avec ses deux Chambres (représentants et conseillers) veulent déjà occuper le terrain et démarrer les réflexions en organisant aujourd'hui à Rabat un grand séminaire consacré à la question du financement de l'économie nationale. Les deux parties ont mis les petits plats dans les grands pour réussir la manifestation.
Parmi les personnalités devant prendre part à la manifestation, il y a Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, Hakim Benchamach, président de la Chambre des conseillers, ainsi que Mohamed Benchaâboun, ministre de l'économie, des finances et de la réforme de l'administration. Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib (BAM), et Othmane Benjelloun, président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) sont également attendus. Chacune de ces personnalités devra prononcer un mot concernant le sujet phare du jour, le financement de l'économie. Le séminaire doit durer toute la journée et des sources au sein de l'institution parlementaire affirment que les responsables comptent sur l'événement et le débat qui va en découler «pour sortir avec des recommandations applicables sur le terrain dans les meilleurs délais». Il faut préciser que la Chambre des représentants avait annoncé l'organisation du séminaire sur le thème «Le financement de l'économie nationale, vers un développement intégrateur». «L'organisation de cette rencontre intervient sur la base du discours prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l'occasion de l'ouverture de l'actuelle année législative, où le Soueverain a appelé le secteur bancaire national à davantage d'engagement et d'implication positive dans le dynamisme du développement de notre pays, en particulier le financement des investissements et l'appui des activités productives et génératrices d'emplois et de revenus», apprend-on auprès des organisateurs.
Et d'ajouter : «Sa Majesté a appelé les banques, en plus du soutien et du financement qu'elles fournissent aux grandes entreprises, à renforcer leur rôle de développement, notamment en simplifiant et en facilitant l'accès aux crédits, en s'ouvrant davantage aux auto-entrepreneurs et en finançant les petites et moyennes entreprises».
La même source précise que «le Bureau de la Chambre des représentants avait décidé lors de sa dernière réunion du 14 janvier 2020 que les plans d'action de la Chambre comprendraient des ateliers et des journées d'étude basés sur les discours royaux, afin de puiser dans le potentiel extrêmement important offert par ces discours, sur les plans économique, social, culturel et environnemental».
Discours royal
Dans le discours prononcé devant les membres des deux Chambres du Parlement à l'occasion de l'ouverture de la première session de la 4ème année législative de la 10ème législature, SM le Roi Mohammed VI avait évoqué la question du financement de l'économie. «Le Maroc, Dieu soit loué, dispose d'un secteur bancaire alliant robustesse, dynamisme et professionnalisme ; autant d'atouts qui lui permettent de soutenir la résilience et le développement de l'économie nationale. Par ailleurs, le système financier marocain fait l'objet d'un contrôle rigoureux de la part d'institutions nationales indépendantes, hautement qualifiées. Aussi la crédibilité du secteur bancaire, la confiance dont il jouit s'en trouvent, elles, renforcées, à l'échelle nationale comme à l'extérieur.
Son niveau d'évolution lui a permis d'investir dans nombre de pays étrangers, notamment en Afrique. Pourtant, certaines catégories de la population, qui le considèrent comme un organisme ne recherchant qu'un profit immédiat et sans risque, en ont une perception négative», avait indiqué le Souverain. Et de poursuivre : «Aussi exhortons-Nous le secteur bancaire national à un engagement plus ferme, à une implication positive plus vigoureuse dans la dynamique de développement que connaît notre pays. Cet effort doit porter spécifiquement sur le financement de l'investissement, l'appui aux activités productives, pourvoyeuses d'emplois et génératrices de revenus».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.