Noussair Mazraoui toujours dans le viseur de la Lazio    Coronavirus : 24 nouveaux cas, 7.556 au total, mardi 26 mai à 10h    Ces activités qui profitent de la crise    Le géant indien SMG s'installe à Tanger Automotive City    Coronavirus: L'OMS suspend les essais cliniques de l'hydroxychloroquine    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    Omar Elabdellaoui dans le viseur du Bétis et du Galatasaray    Amine Benchaib évoluera au Sporting de Charleroi    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Officiel : La date du Aïd Al Fitr désormais connue    Justice: L'agenda de l'après- confinement    Aides alimentaires: Un agent d'autorité épinglé pour détournement    Les partis interpellés par l'après-Covid-19    Espagne/Foot : reprise du championnat prochainement    En pleine crise du Covid-19, les cerises marocaines se renforcent à l'export    Article 1062390    La 2e vague sera celle des maladies chroniques    Marrakech: Cadi Ayyad aura son observatoire des épidémies    Ne dissimulez pas des profits warning!    La saison des best-sellers est ouverte    Sanaa Akroud: Dans "Myopia", j'ai donné la parole aux femmes    "Mon livre solidaire", une opération qui joint l'utile à l'agréable    Les administrations publiques prochainement ouvertes au public    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    "El Mundo" salue les efforts du Maroc dans la lutte contre le Covid-19    Aide alimentaire aux nécessiteux de Béni Mellal    Levée du confinement des fonctionnaires de la DGAPR    Bundesliga : L'apprenti Haaland défie le maître Lewandowski    Une carrière en Liga se précise pour Jawad El Yamiq    Tourisme, un secteur au point mort : Les nationaux à la rescousse    Pour Sapress et Sochepress, les conditions d'une reprise de la publication des journaux en papier ne sont pas réunies    Coronavirus : 99 nouveaux cas lundi à 16 heures, 7532 cas cumulés    Vote à distance: La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique    238 ONG subventionnées par le programme Moucharaka Mouwatina    Webinaires sportifs : Raccourcir les distances et enrichir les compétences    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    Le Réseau des journalistes contre la peine de mort appelle le Maroc à abolir cette peine cruelle    Vidéo. Pakistan : 97 morts dans un crash d'avion    David Keene… Comment l'Algérie finance la propagande de sécession aux Etats-Unis    Un club chinois s'intéresse à Younès Belhanda    Nizar Baraka: il est temps de redéfinir les priorités nationales    Le porteur de feu (L'Igniphore)    Lire Evelyne ou le djihad?    Israël…Gaza… Les Palestiniens    Kamal Moummad, «The Man Behind the Scene»    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





OCP : Une résilience confirmée en 2019
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 04 - 2020


Le Groupe défie la conjoncture sectorielle
Malgré la tendance baissière du marché, le Groupe OCP affiche une résilience en 2019. De bons résultats annuels et une rentabilité supérieure à la moyenne ont été enregistrés durant cet exercice et ce, en dépit d'une conjoncture moins favorable. Une solidité atteinte grâce à la flexibilité industrielle du groupe et son leadership en matière de capacités de production et sa maîtrise des coûts. Le Groupe annonce, ainsi, avoir réalisé une marge d'EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) de 28%, soit à un niveau largement supérieur à la moyenne du secteur située autour de 20%. «Cette performance a été réalisée grâce aux investissements du Groupe qui lui confèrent, à ce jour, une position de leadership en matière de maîtrise de coûts ainsi qu'en termes de capacités de production», explique OCP dans sa communication financière. Et de poursuivre : «Ce positionnement soutient la résilience d'OCP et lui permet de continuer à surperformer le secteur dans un contexte marché moins favorable».
Sur le plan sectoriel, l'exercice 2019 a été, en effet, marqué par un repli de 35% des prix des engrais des suites de l'offre excédentaire, de la baisse des prix des matières premières, notamment le soufre, des conditions climatiques défavorables ainsi que de l'impact de la dévaluation du yuan. «Dans ce contexte, OCP a su tirer profit de sa flexibilité industrielle et son agilité commerciale pour adapter son mix produit à la demande», relève-t-on du Groupe ayant consolidé, en 2019, sa position d'acteur majeur à travers des exportations vers les plus importantes régions importatrices plus particulièrement en Amérique latine et en Europe. Le Groupe OCP a, par ailleurs, développé la demande d'engrais sur les marchés émergents africains où les ventes ont connu une hausse de 11% comparé à 2018.
Compte tenu de la situation conjoncturelle marquée par une baisse globale des prix, OCP réalise en 2019 un chiffre d'affaires en léger repli. Il a ainsi diminué de 3% pour revenir à 54,09 milliards de dirhams. Le Groupe relève également une légère baisse des volumes des ventes de roches à l'export au moment où ceux des ventes d'acide phosphorique sont restés globalement stables, «soutenus principalement par la hausse des volumes exportés vers l'Inde, où la demande a été stimulée par la production locale d'engrais».
Pour leur part, les ventes en volumes d'engrais phosphatés ont augmenté de 8% se situant à près de 9 millions de tonnes alors qu'elles atteignaient les 8,1 millions de tonnes en 2018. En 2019, le Groupe OCP a vu sa marge brute atteindre les 34,25 milliards de dirhams, en dépréciation de 3% par rapport à l'année précédente. «La forte baisse des prix des engrais a été compensée par la baisse des coûts des matières premières (soufre et ammoniac). Le taux de marge brute se maintient à 63%», note le Groupe OCP. Le résultat net consolidé s'est établi pour ledit exercice à 3,01 milliards de dirhams. Il s'inscrit en baisse par rapport à l'année précédente, et ce sous l'effet principalement des coûts d'amortissement plus élevés, en lien avec la mise en production des nouveaux investissements réalisés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.