Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enterré vivant dans les camps de Tindouf
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 06 - 2003

Abdellah Lamani, un prisonnier civil marocain dans les camps de Tindouf raconte dans son livre son enlèvement et l'atrocité de sa détention. L'armée algérienne a du sang sur les mains. Un témoignage poignant.
Le 11 août 1980, Abdellah Lamani, qui travaillait dans une fabrique d'allumettes à Casablanca quittait son lieu de travail et partit en congé. Il ne savait pas que quelques jours plus tard il serait en enfer. Pourtant, il ne faisait qu'effectuer un voyage à la petite ville de Tata qu'il n'avait jamais visitée auparavant bien qu'elle était la ville natale de son père. C'est le début de l'histoire d'un livre miraculeusement écrit et qui sortira prodigieusement des confins de l'horreur des camps de Tindouf. Les mercenaires du Polisario se sont emparés du bus qui transportait le malheureux Lamani en compagnie de quelque 23 autres passagers. Pratiquement, tout ce que le bus contenait fut chargé sur des véhicules militaires, y compris les passagers ficelés comme des saucissons avant de mettre le feu au vieux bus et de prendre la direction du sud. Dès cet instant, les prisonniers marocains commencèrent à goûter la violence haineuse de leurs ravisseurs. Coups de pieds sur les visages et humiliations corporelles se
succédèrent le long de l'interminable trajet. Ce sont des membres de l'armée algérienne qui recevraient la livraison dont l'un d'entre eux fit vite d'enregistrer les noms complets et tous les renseignements personnels concernant chaque prisonnier. A partir de ce moment, le long cauchemar qui ne faisait que débuter allait être régulièrement rythmé par des interrogatoires d'une sauvagerie inégalée. Le petit livre d'à peu près une centaine de pages reflète des tonnes de souffrances et de traitements inhumains infligés à des pauvres citoyens marocains dont le seul péché fut de se trouver au mauvais endroit à un moment plus mauvais. Leur destination fut le centre Rabouni, situé à 26 km au sud de Tindouf, tout près des puits qui alimentent la ville en eau potable. Là, ils vont retrouver d'autres prisonniers marocains, civils et militaires. Ils seront conduits plus à l'ouest vers un lieu appelé «El Aârd» où les bandes du polisario mettaient les armes, les véhicules, les débris d'avions, les cartes et portefeuilles et tout ce qu'ils dépouillaient aux marocains. Souvent, raconte Lamani dans un style spontané, des officiers algériens du service de la sinistrement célèbre sécurité militaire, déguisés en responsables sahraouis, organisaient des visites de journalistes et d'hommes politiques de pays sympathisants avec l'Algérie.
Des communistes du monde entier, des membres des organisations armées comme l'ETA espagnole, des palestiniens toujours conduits par Georges Habache. Même le fameux terroriste Jacques Mesrine a été emmené pour voir les détenus marocains, quelque temps avant sa mort. « Ceux qui nous visitent fréquemment et qui se réjouissent beaucoup de notre lamentable état sont les Libyens, les Cubains, les palestiniens, les Iraniens et les Syriens », raconte Abdallah Lamani. Chaque fois qu'il y avait des visiteurs, on faisait le rassemblement général. Si les visiteurs étaient Européens, on donnait à chaque groupe de dix personnes un seul rasoir pour se rendre présentable. Et pour se laver les visages et les mains, les 350 détenus du centre avaient droit à un paquet de 400 grammes de poudre de lessive!! « Même les Européens les plus dévorés par la haine contre le Maroc éclataient en sanglots quand ils nous voyaient ». Le leader révolutionnaire et progressiste palestinien et docteur Georges Habache avait fait des petits discours à l'honneur de ses frères marocains «Ce docteur, ou le sage de la révolution comme on l'appelle a dit que nous étions des agresseurs, des ennemis de la paix, des amis d'Ìsraël, de l'impérialisme américain et d'autres insultes qui démontrent qu'il n'a pas le moindre cheveu d'un sage» explique Lamani.
Les officiers, les pilotes et une centaine de soldats marocains capturés furent envoyés au centre Rabouni où ils subissaient de durs et intenses interrogatoires par les officiers algériens de la sécurité militaire. Ceux qui ont sous-faîte le plus, raconte Lamani, sont ceux qui étaient avec Abdel Mouniîm, responsable de la sécurité de la 3ème région. Pendant tout l'automne, ils utilisaient les détenus comme attelage animal pour labourer la terre.
A chaque charrue, ils attachaient quelques prisonniers qui la tiraient sous les violents coups des gardes durant toute la journée et une bonne partie de la nuit. Ce livre de petit volume mais de très grande importance est d'autant plus révélateur qu'il est avant tout destiné aux étrangers qui aident financièrement le polisario. Particulièrement le Parlement Européen et les ONG internationales. A découvrir absolument.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.