Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouvelle publication : Emma Bovary dans un personnage masculin
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 04 - 2020

«J'ai voulu parler d'un homme âgé de la cinquantaine qui cherche du travail, vivant avec une femme qui le rabaisse et qui se demande si la vie vaut la peine d'être vécue».
«Adam Bofary». Voilà un personnage que son auteur, Jean Zaganiaris, d'origine grecque et résidant au Maroc, conçoit différemment de «Madame Bovary» de Gustave Flaubert. Si cette héroïne est osée, le premier semble se laisser faire. Un comportement qui se voit sur le personnage masculin au fil de la lecture de l'œuvre dont les faits se déroulent dans la ville ocre du Maroc. Pour démarrer son intrigue, l'écrivain brosse le portrait d'un homme qui perd son travail mais qui ne se défend pas suite à ce licenciement. Un événement qui le marque et l'incite à s'interroger sur sa valeur existentialiste.
Interrogations sur la vie
«J'ai voulu parler d'un homme âgé d'une cinquantaine d'années qui cherche du travail, vivant avec une femme qui le rabaisse et qui se demande si la vie vaut la peine d'être vécue», précise M. Zaganiaris. Dans ce sens, l'écrivain compare le protagoniste de son roman à un boxeur au tapis après avoir pris un coup en pleine figure. «Il se demande s'il va se relever et reprendre le combat ou rester au sol et attendre que l'arbitre compte jusqu'à 10. Même s'il essaie de se relever, il n'arrivera pas à reprendre la garde sur le ring», explicite-t-il. L'auteur voit de cette façon Emma Bovary, le personnage créé par Flaubert dont il s'est inspiré pour écrire son roman. Cependant, il existe d'autres différences entre les deux protagonistes. Si cette héroïne lit assez de livres, Adam est accro à son smartphone.
Forte addiction aux réseaux sociaux
C'est dans ces espaces virtuels que le héros de M. Zaganiaris passe tout son temps. Pour l'écrivain, l'idée était de réincarner la figure de Madame Bovary –d'où le jeu de mots du titre Adam Bofary– au sein d'un personnage masculin évoluant dans le Marrakech des années 2010. «Il s'agit donc de trouver de nouvelles caractéristiques à ce dernier tout en lui cherchant des affinités électives avec Emma Bovary», détaille l'auteur dont le personnage ne lit pas des romans à l'eau-de-rose mais il passe ses soirées à surfer sur les réseaux sociaux. «Tout comme Emma Bovary, il meurt de ne pas réaliser ses rêves, de ne pas connaître les ascensions sociales espérées. Cela s'inscrit dans le spleen de Madame Bovary. Les réseaux sociaux lui renvoient à la figure l'insignifiance de sa vie et du monde qui l'entoure. A un moment, il ne supporte plus tout ça», précise l'écrivain qui dit s'être amusé à entreprendre la même démarche avec d'autres personnages du roman. C'est le cas de Léon qui devient Leïla, Rodolphe qui devient Rania, l'apothicaire Homais qui devient Halim, un dealer de rue, et l'abbé Bournisien qui devient Boujmal, une sorte de responsable communication d'une clinique privée où Shahrazade, épouse d'Adam, est chirurgienne.
Une reconquête amoureuse
Contre toute attente, la femme d'Adam, qui le rabaissait au début des faits du roman, le reconquiert de manière surprenante. A propos de ce fait, que seule la lecture de l'œuvre permet d'en découvrir le charme, l'écrivain abonde en explications. «Pour moi, la littérature s'inscrit dans la fiction. Lorsqu'on écrit, on joue avec les apparences, avec le réel, avec les émotions. Shaharazade incarne Charles Bovary, le mari d'Emma. Dans le roman de Flaubert, Charles est très amoureux de sa femme. Je me suis inspiré de ça mais pour en faire autre chose, jouer avec la lectrice ou le lecteur qui se laissent entraîner dans l'histoire. Il y a dans tous mes romans quelque chose de masculin qui s'adresse spécifiquement aux femmes. Shaharazade incarne cela. Après, j'ai voulu que la fin prenne tout le monde au dépourvu, surtout les admirateurs de Madame Bovary», révèle M. Zaganiaris.
Cela étant, «Adam Bofary» est le deuxième tome d'une trilogie de l'auteur. Le premier étant «Un cœur marocain (Marsam, 2018) dans lequel l'écrivain, également professeur de philosophie au lycée Descartes de Rabat, parle d'une personne nommée Adam qui perd la santé et découvre l'amour. Dans «Adam Bofary» (Editions Onze, 2020), l'auteur parle d'un homme qui perd son travail et découvre la rédemption dans la volupté. Les deux romans ont, comme il le précise, en toile de fond un monde néolibéral impitoyable, où l'éducation et la santé sont des marchandises. «Le prochain parle d'un homme toujours nommé Adam qui est en train de perdre une personne chère, gravement malade, et qui découvre également quelque chose qui fera sens dans sa vie», annonce-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.