Migration: La stratégie du Maroc participe de la symbiose entre la vision Royale et l'agenda international    RDC : au moins 1.284 cas suspects de variole du singe signalés depuis le début de l'année    Berkane : Scène de liesse après le deuxième sacre africain de la RSB    Boxe : La Marocaine Khadija El Mardi sacrée vice-championne du monde des poids lourds    Transferts: Mbappé reste au PSG    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Lancement du programme « d'Appui à la Participation Citoyenne » au niveau des communes de la région de Beni Mellal–Khenifra    Guerre en Ukraine : Joe Biden valide l'envoi de 40 milliards de dollars d'aide à Kiev    Nostalgie : Hassan Sefrioui, un grand dirigeant sportif de Tanger    LaLiga : Dénouement dans les courses à l'Europe et au maintien    Le nouveau stade de Villareal : La céramique (La Cerámica)    Variole du singe : pas de raisons de s'inquiéter selon Tayeb Hamdi    Coronavirus au Maroc: 153 nouvelles infections et aucun décès ce samedi    Bourse de Casablanca : Une nouvelle semaine dans le rouge    Photos. Le Maroc et la France unis dans un exercice militaire aérien    L'approche de réinsertion de la DGAPR, un bouclier face aux dérives extrémistes (témoignages d'anciens détenus)    Le Directeur Général de l'ONEE explore de nouvelles possibilités de financement avec la Suisse    Melilla a enregistré une secousse de magnitude 4    Brésil : Elon Musk annonce un projet de couverture internet en Amazonie    INTELAKA : 44 695 crédits accordés depuis le début du programme    Voici la date de l'Aid Al Adha 2022 au Maroc    Première édition de "Safi Investor Day" : la cité portuaire en émergence    Région de Casablanca: les prix des légumes ce samedi    Volaille: le prix du kilo atteint 25 dirhams, les Marocains en colère    Le DG de l'ADM Anouar Benazzouz prend la présidence de la fédération routière internationale    Quand Rico Verhoeven danse sur du Chaâbi (VIDEO)    Bono vainqueur du trophé Zamora    Nabila Mounib peut désormais accéder au parlement    Dérives verbales de l'ambassadeur palestinien à Dakar : Hassan Naciri remet les pendules à l'heure    France : grève au Quai d'Orsay le 2 juin contre les réformes qui décapitent le corps diplomatique    Casablanca. Interdite d'accès en classe à cause d'une jupe: du nouveau dans l'affaire    Région de Khémisset: trois enfants meurent noyés    Baccalauréat : Voici le calendrier des examens    L'Ambassade du Maroc au Sénégal réfute les allégations de l'ambassadeur palestinien à Dakar    Etude : Vivre à proximité d'un feu de forêt augmente les risques de cancer    Justice : réactivation de l'accord de jumelage maroco-belge    Le Maroc fait don d'un laboratoire de langues à l'Académie diplomatique en Mauritanie    France : voici les 27 ministres du nouveau gouvernement Macron    USA: La cote de popularité de Biden continue de chuter    Le Maroc appuie l'élargissement de la Convention contre la torture    Voici la météo pour ce samedi 10 mai 2022    Paris : Spectacle solidaire de D'jal le 29 mai au profit de l'association keepSmiling    Décès de l'acteur égyptien Samir Sabry à l'âge de 85 ans    Festival de Cannes: Manal Benchlikha foule le tapis rouge (PHOTOS)    L'icône de Jil Jilala, Hajja Sakina Safadi, n'est plus    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    Madrid : Présentation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Le projet de loi n° 66.19 sur le droit d'auteur adopté à la Chambre des conseillers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bande dessinée : L'art et la manière
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 05 - 2005

La deuxième édition du Festival international de la bande dessinée de Tétouan aura lieu du 19 au 21 mai. Une occasion pour poser de nouveau la question de la place qu'occupe ce neuvième art au Maroc.
La ville de Tétouan abrite dans quelques jours et pour la deuxième fois, le Festival international de la BD (FIBD). Du 19 au 21 mai, l'institut national des beaux-arts de Tétouan sera le havre des expositions et des débats autour du thème de la bande dessinée. Ce festival organisé en partenariat avec la délégation de Wallonie Bruxelles au Maroc prévoit des ateliers spécialisés, des projections de films ainsi que des rencontres avec quelques créateurs de BD. Au programme entre autres, une rencontre avec le bédéiste espagnol Filipe Hernandez Cava qui fera une conférence le samedi 21 mai sur «La bande dessinée espagnole». Du côté marocain, il y aura également un débat sur «La diffusion de la bande dessinée au Maroc, quelles perspectives ?».
Un débat qui s'impose, étant donné que l'art de la bande dessinée au Maroc est encore balbutiant. C'est un secteur qui commence à faire ses premiers pas au Maroc, alors qu'ailleurs il s'est déclaré au début du 19ème siècle. Le Maroc serait donc très en retard dans ce domaine, et cela possède selon les spécialistes plusieurs explications. La thèse la plus défendable est celle qui rejoint le statut de l'image dans les pays arabo-musulmans. Selon Saïd Bouftass dessinateur et gérant d'une agence de graphisme, «A l'instar des autres pays arabo-musulmans, le Maroc a toujours souffert d'avoir un statut de l'image assez particulier». L'image et la représentation dans les pays musulmans étaient taboues. La preuve, l'imprimerie est restée interdite jusqu'au 19ème siècle. C'est ce qui expliquerait le retard qu'a connu le secteur de la bande dessinée au Maroc. Et jusqu'à ce jour, ce neuvième art n'a pas encore pris un élan de force.
En témoigne, le manque flagrant de dessinateurs de bande dessinée au Maroc. En tout et pour tout, ils seraient à peine cinq dessinateurs à s'investir dans ce domaine de la bande dessinée. Aussi, l'autre raison majeure qui explique le balbutiement du 9ème art au Maroc est à chercher du côté de manque de moyens. «S'investir dans la bande dessinée exige beaucoup de moyens financiers», explique Saïd Bouftass. Ce dernier, dans le courant de l'année 2000, crée une Bande dessinée intitulée Boom magazine. Mais quelques mois après il était obligé d'en arrêter la diffusion. «Notre obstacle majeur c'était l'impression, et en plus de cela les distributeurs s'acquittent de 50%, ce qui fait qu'il faut avoir un fonds de roulement très costaud pour survivre »déclare Saïd Bouftass. Mais malgré ces incidents, ce dessinateur reste optimiste quand à l'avenir de la BD au Maroc. Selon lui, cet art a une grande acceptation au Maroc. «Il a été prouvé que chez nous, on lit plus facilement une image qu'un texte, donc, la bande dessinée ne peut être que bien perçue et aimée» ajoute Bouftass. Cependant, il reste qu'il faudrait avoir les moyens et le soutien nécessaire pour la pérennité d'un projet de bande dessinée.
En tout cas, Saïd Bouftass a trouvé la solution de rechange : «créer une BD interactive qui pourrait être accessible à tous à partir d'un simple clic sur Internet ». Mais est-ce bien là la seule solution qui viendrait dégraisser la machine qui freine l'élan de la bande dessinée au Maroc ? Certains, voient et pensent, que le hic existe aussi du côté de l'absence de formation. Pour avoir des bandes dessinées, il faut des dessinateurs qui maîtrisent cet art. Il faudrait donc proposer dans les écoles d'art des formations au métier de bédéiste. Une façon peut être d'augmenter leur nombre. Et qui sait peut-être qu'une BD de la qualité «d'Astérix et Obélix» ou de «Tintin» pourrait voir le jour au Maroc ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.