Maroc/Conseil de gouvernement : Voici l'ordre du jour de la réunion du 15 avril    L'Europe doit être pragmatique et ouvrir son propre bureau de représentation dans les provinces du Sud du Maroc    AXA Crédit: résilience avérée dans un contexte de crise sanitaire    Casablanca: obsèques de Réda Saki en présence de Soufiane Rahimi (VIDEO)    Ramadan: les autorités serrent la vis à Casablanca    Recherche biomédicale/Maroc : Les laboratoires Laprophan et l'USMBA signent un partenariat    Meeting Fédéral d'Athlétisme: Deux nouveaux records nationaux battus par Siba et Koussi    Violence subie par les hommes: les constats de l'enquête du HCP    Football / Ligue du Gharb : L'équipe «Al Achbal » remporte le tournoi des U12    Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    L'élevage avicole algérien affecté par la fragilité économique et les faiblesses technologiques    Contrôles pendant Ramadan: l'ONSSA se mobilise    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Leila Doukali : «La femme marocaine est une véritable cheffe d'entreprise mais elle ne le sait pas»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 03 - 2021


Entretien avec Leila Doukali, présidente de l'AFEM
Quand vous vous adressez à un banquier il préfère de loin prêter à une femme qu'a un homme. Parce que les femmes ressentent une certaine responsabilité à devoir rembourser leurs dettes.
Un peu partout dans le monde, l'entrepreneuriat féminin prend son envol. Au Maroc, force est de constater qu'elles ne sont pas nombreuses à franchir le pas. Ainsi, le nombre des femmes qui ont choisi la voie de l'entrepreneuriat est même en baisse. Il est passé de 12% en 2015 à 10% en 2018. Considéré comme un véritable levier de développement, l'entrepreneuriat féminin constitue un réservoir de croissance encore inexploité. Son essor reste en revanche tributaire de plusieurs facteurs d'ordre culturels, sociaux et économiques. Il est donc temps d'ouvrir la voie aux femmes porteuses de projets et d'encourager les jeunes filles à emprunter le chemin de l'entrepreneuriat. En temps de crise, la participation de la femme à la relance serait salvatrice pour notre économie. C'est le cheval de bataille de Leila Doukali, présidente de l'Association des femmes chefs d'entreprises du Maroc (AFEM). Elle nous livre son point de vue.
ALM : Pouvez-vous nous donner un aperçu sur l'entrepreneuriat féminin dans ce contexte de crise?
Leila Doukali : L'entrepreneuriat féminin qui est essentiellement représenté par les femmes opérantes dans le secteur du commerce et des services au Maroc a été bien entendu lourdement impacté par cette pandémie. Ce sont des secteurs qui ont été les premiers à souffrir de l'impact du Covid-19. Au sein de l'association nous essayons d'accompagner ces femmes dans cette période. C'est pour cela d'ailleurs que nous avons mis en place un programme d'aide qui est dédié aux femmes dont les entreprises ont été touchées par les effets de la pandémie.
Selon vous, quelles sont les mesures à prendre pour renforcer l'entrepreneuriat féminin au Maroc ?
Comme vous le savez, l'entrepreneuriat féminin est indispensable pour la relance économique. Il faut donc impérativement accompagner la femme chef d'entreprise. Parmi les freins liés à l'entrepreneuriat et à la création de projets, il y a tout ce qui est lié au financement. La femme n'a souvent pas de garanties à offrir aux banques. Le manque de formation fait aussi partie de ces obstacles. Culturellement, nous vivons également dans une société qui n'encourage pas l'autonomie de la femme pour aller de l'avant. Nous sommes dans une société qui reste patriarcale et soumise à l'appréciation d'un homme qui peut être un père ou un mari par exemple. A cela s'ajoute, le fait qu'il n'y a pas de moyens et de structures d'encouragement. Je citerai par exemple : l'insuffisance des crèches ou encore les moyens de transport qui ne sont pas au niveau. Tous cela pousse parfois la femme à ne pas avancer dans ces projets. On peut évoquer aussi la lourdeur des responsabilités familiales. Et là, il faut vraiment frapper sur l'inégalité. La femme marocaine est une vraie cheffe d'entreprise mais elle ne le sait pas. Quotidiennement, elle doit prendre des décisions, c'est elle qui gère le foyer du matin au soir. Elle gère un budget, elle se charge de l'éducation de ses enfants et fait face en cours de route à plusieurs contraintes. Tout cela fait que nous avons un taux de création d'entreprise qui est vraiment bas et quant nous avons un chiffre de Deloitte qui révèle que l'appétence de la femme marocaine à créer son entreprise est à environ 34%, je pense qu'il nous reste du chemin à faire. L'AFEM a encore beaucoup de travail à accomplir pour être auprès de ces femmes et les encourager dans leurs projets.
Le financement est une des barrières à l'entrepreneuriat féminin. Pourquoi les banques devraient-elles s'intéresser davantage aux entreprises dirigées par les femmes ?
Tout simplement parce que la femme dirigeante est rigoureuse et elle est solvable. Quand vous vous adressez à un banquier il préfère de loin prêter à une femme qu'a un homme. Parce que les femmes ressentent une certaine responsabilité à devoir rembourser leurs dettes. Par contre là où il y a problème, c'est que les banques n'accompagnent pas à 100%. L'apport fait souvent obstacle par exemple.
Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui souhaitent entreprendre ?
Il est tout d'abord important d'avoir une véritable volonté de créer son entreprise et de contribuer au développement économique de son pays. Il faut aussi se dire : je veux m'autonomiser financièrement et pour y arriver j'ai une idée et un projet qui tiennent la route. Et puis surtout je recommande aux femmes qui souhaitent créer leur business de rejoindre l'AFEM parce que nous avons des programmes de formation, notamment avec Maroc-PME pour les porteuses de projets. Ces programmes sont complètement adaptés à ces femmes-là pour les accompagner à mettre en place un business plan et à voir beaucoup plus claire sur la suite. Ces programmes permettent de faire éclore leurs potentiels de cheffe d'entreprise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.