Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hassan Chami face à lui-même
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 07 - 2005

Initialement programmée pour la clarification de la position de CGEM vis-à-vis de l'étude McKinsey, la conférence de presse présidée, le lundi 18 juillet par Hassan Chami, fut l'occasion d'un grand oral de rattrapage qui a tourné au ratage.
C'est un Hassan Chami au visage fermé qui a présidé, lundi 18 juillet 2005 au siège de la CGEM, la conférence de presse inscrite au programme de cette matinée. Officiellement destinée à l'annonce du soutien total de la confédération de l'étude McKinsey après en avoir critiqué l'utilité, cette rencontre ne pouvait pas évidemment faire l'impasse sur la dernière sortie médiatique du patron des patrons qui lui a valu un vrai savon de plus d'un. Le mécontentement fut tel que lors du conseil du gouvernement de jeudi dernier, pas moins de huit ministres ont manifesté leur désaccord avec les propos tenus par le président de la CGEM. L'heure du lâchage a sonné.
Essoufflé, seul au centre de la salle de conférence, mais surtout seul face à ses déclarations le plaçant au centre d'une grosse polémique autour du rôle de la confédération, Hassan Chami s'est livré à un grand oral de rattrapage qui a tourné vite au ratage. Trouvant difficilement ses mots, mais fidèle à sa courtoisie habituelle, il ne manque pas de remercier ses amis qui jouent les souffleurs. Visiblement, l'homme dans une position pour le moins inconfortable. En témoigne, la faible présence des présidents des fédérations affiliées à la CGEM, en dépit de la forte mobilisation de l'organisation patronale. En effet, son directeur délégué, Mohcine Ayouch, n'a pas ménagé ses efforts, oralement et par écrit, pour rameuter le maximum de membres influents de la confédération à la réunion. Mais hormis la garde rapprochée de Hassan Chami incarnée par des noms comme Kamil Benjelloun, Bouchaib Benhamida, Abdelatif Belmadani ainsi que la relève personnifiée par Khalid Hariri et Aziz Qadiri, les grosses pointures de la confédération ont brillé par leur absence. Mais la présence la plus remarquée fut celle de Karim Tazi, le président de la l'AMITH. Le regard complice avec Hasan Chami crédibilise la thèse le présentant comme dauphin potentiel.
Au sujet des réactions suscitées par sa sortie médiatique, surtout celle du ministre de l'Intérieur, Mostapha Sahel, le président de la CGEM parle d'une incompréhension majeure. Sur le fond, Hassan Chami affirme qu'il ne renie rien de ses affirmations. Mais il tient à reformuler sa pensée : «En fait, il s'agit plutôt d'un appel au secours que d'une critique d'un système qui marche. De par son rôle de réceptacle des choses qui vont mal, la CGEM dont je suis président a le devoir de les répercuter. Mais Lorsqu'on face, j'ai une autorité qui me dit qu'elle ne peut rien faire, j'ai l'obligation de m'adresser à la plus haute autorité », affirme le président de la CGEM tout en précisant que son interpellation était bien cadrée. «J'ai toujours dit que je suis pour une monarchie constitutionnelle exécutive». En fait, ce n'est pas ce que les observateurs ont compris de l'entretien mis en cause de M. Chami. Visiblement, l'intéressé a fait un virage à 180 degrés. Au sujet de l'étude McKinsey, la confédération, par la voix de son président, a fait savoir que la dernière mouture de l'étude, présentée au monde économique lors de la réunion du bureau de la confédération et du Conseil national du patronat, le 12 juillet dernier, prend en compte l'ensemble des éléments de redynamisation de l'économie marocaine... À ce stade des conclusions, l'étude souligne un constat très réel de l'économie marocaine, la CGEM partage largement les observations et recommandations du rapport», précise Hassan Chami.
Ainsi, après avoir manifesté des réticences lors de son élaboration, la confédération change de stratégie. Selon son patron, la CGEM « s'accapare » l'étude. Tous les secteurs représentés à la CGEM ont réagi et leurs remarques prises en compte. Pour sa mise en œuvre, Hassan Chami appelle de ses vœux le Haut patronage de SM le Roi pour que l'étude, au même titre que le secteur touristique par exemple, soit réellement mise en pratique.
Cette étude stratégique a été placée sous le thème de la mise en place d'une politique industrielle volontariste et ciblée au service de l'essor de l'économie nationale. Elle donnera lieu à un programme, baptisé «Emergence». Aucun calendrier n'a été fixé, mais les initiateurs de l'étude ont fixé un calendrier de 3 mois pour le Off-shoring et 18 mois pour le reste de l'étude.
En attendant, Hassan Chami se trouve dans une position difficile. Lâché par ses soutiens qui ont commencé rapidement à prendre leurs distances, il est plus que jamais isolé au sein d'une organisation qui se trouve de moins en moins dans ses prises de position.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.