Destinées aux non-Ramédistes opérant dans le secteur informel : Les déclarations démarrent dès vendredi à 8h du matin    Lire, voir, écouter…méditer    45.000 points de vente contrôlés entre les 1er mars et 8 avril : 1057 infractions constatées sur les prix et la qualité des produits alimentaires    Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation    L'ambassadeur Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Un démenti catégorique de son ambassade à Rabat : L'Espagne n'a pas réquisitionné des médicaments exportés vers le Maroc    La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Confinement : La Radio en vedette    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Mini-remaniement en plein état d'urgence sanitaire    Les universités diffusent des cours à la radio    Rentrée parlementaire: Les textes prioritaires    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    Lévinas, le visage, l'humanité    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moment historique pour Douar Skoum
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 09 - 2005

Dans le cadre de l'INDH, le douar Skoum de la commune rurale Dar Bouazza va bénéficier d'un projet de recasement. Une nouvelle ville baptisée "Rahma" verra le jour. La joie des habitants est indicible.
Après la visite royale, hautement symbolique, au douar Skoum, dans la commune rurale Dar Bouazza à Casablanca, un nouvel espoir renaît dans cette région, où la misère sévit depuis des années.
La joie des habitants est indicible. « SM le Roi Mohammed VI nous a honorés par sa visite ce mardi. On n'arrive pas jusqu'à maintenant à réaliser que le Souverain est venu en personne pour s'enquérir de la situation du douar. Aucun homme politique ne l'a fait auparavant. », affirme Aïcha Rafouk, l'une des habitantes du douar, on ne peut plus fière. Mariée et mère de quatre enfants, Aïcha vit au douar depuis des années. « Nous manquons de tout, même des choses les plus essentielles. Nous n'avons ni eau, ni logement décent ni écoles. Ici, les habitants souffrent également du manque de travail. Nos jeunes chôment. C'est invivable. », s'indigne-t-elle. « Les déchets sont dispersés partout. C'est une véritable décharge publique !
Les odeurs nauséabondes, causées par les déchets, sont insupportables. La situation devient plus dramatique au cours de l'hiver. On ne cessera de rappeler que lors des précipitations nos maisons se transforment en de véritables marécages.», renchérit Meriem Mekradi, originaire de Had Soualem et qui s'est installée au douar après son mariage il y a de cela plus de dix ans. Situé à proximité du cimetière Rahma, le douar Skoum est effectivement isolé et loin de la vie moderne de la métropole économique. Les infrastructures de base, comme l'alimentation en eau potable, l'électricité et l'assainissement, manquent.
Les logements sont insalubres. La plupart des habitations se composent d'une petite salle, d'une chambre à coucher et d'un endroit aménagé en petite cuisine. Le nombre des membres d'une famille peut parfois dépasser sept personnes. Selon les statistiques 2004, le douar Skoum compte quelque 677 familles. En outre, les besoins les plus élémentaires en matière de santé et d'enseignement font également défaut. « Une seule école publique primaire existe, en l'occurrence l'école Rahma.
Pour y accéder, les enfants doivent parcourir un kilomètre à pied. De même, on recense 900 élèves dans cette école. Chacune des classes accueille 60 élèves.
Les collèges, eux, sont absents de la carte de ce douar. Ainsi, pour poursuivre leurs études, les élèves sont obligés d'aller jusqu'à l'Oulfa ou s'inscrire à l'internat de Moulay Driss», affirme Lahcen El Abbassi, président de l'Association Falah du douar.
Et d'ajouter : « Le nouveau programme dont va bénéficier le douar dans le cadre de l'Initiative nationale du développement humain (INDH) va améliorer les conditions de vie des habitants. Ils pourront, de ce fait, mener une vie décente à l'instar des autres citoyens de Casablanca ».
Le projet ambitieux consiste en la construction d'une ville baptisée “Rahma”. “C'est un nouveau concept de recasement. Il va résorber 13 douars de la commune rurale de Dar Bouazza. La réalisation de ce projet de grande envergure nécessitera 4000 lots de terrain dont 3200 pour le recasement et 800 lots pour les équipements de proximité. Il convient de noter que cette opération s'inscrit dans le cadre du programme de recasement des douars de la province Nouaceur qui englobe quatre projets dont trois profiteront aux habitants de la commune rurale Dar Bouazza.
Une enveloppe budgétaire de l'ordre de 217 millions de dirhams a été allouée à ce programme”, explique Abdenbi El Hamami, architecte de la commune rurale Dar Bouazza. Après concrétisation de cette initiative, le douar et ses habitants pourront enfin aspirer à un avenir meilleur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.