Six projets de loi d'aspect socio-économique adoptés    Sopriam inaugure un nouveau DS Store à Casablanca    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Aïd al-Adha 1442 : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiés jusqu'au 17 juin 2021    ZLECAF et défis logistiques: Tanger Med appelé à jouer les premiers rôles    Marché des capitaux: les propositions de l'APSB pour redynamiser la Bourse    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    USA: Un mort et 12 blessés dans une série de fusillades en Arizona    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Une nouvelle ligne RAM Dakhla-Paris lancée    « Le cinéma arabe : Expériences, visions, enjeux », nouvel ouvrage de Mohamed Chouika    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Concours national de langue russe    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    SEM Pekka Hyvönen, Ambassadeur de la Finlande au Maroc : « Nous comptons faire du Maroc le pont entre la Finlande et les autres pays africains »    ONDA : 15 aéroports obtiennent le label "Airport Health Accreditation" de l'ACI    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    Coupes de la CAF : WAC et Raja pour briller sur le continent    Euro 2020: le Danemark tombe face à la Belgique (VIDEO)    Officiel : Sergio Ramos dit adieu au Real Madrid    Championnat d'Italie: Buffon de retour à Parme    MRE/Prix des traversées maritimes: un projet de décret adopté    CGLU : Boudra appelle à une réponse rapide aux exigences des villes africaines en matière de développement post-pandémie    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    Maroc/Covid-19: le bilan de ce jeudi 17 juin    Ouverture d'un hôpital privé à El Jadida    Météo Maroc: de la pluie attendue ce vendredi 18 juin    9 personnes arrêtées pour fabrication et vente d'armes blanches    Quatre ministres d'origine marocaine au sein du nouveau gouvernement israélien    La promotion des relations bilatérales au menu des entretiens de M. Bourita avec le président de l'Assemblée nationale de Serbie    Nouvelle consécration pour Fouzi Lekjaa    L'effet papillon et l'énergie créatrice    La justice met la pression sur l'armée espagnole    Sahara marocain: le Gabon apporte son « plein soutien » à l'initiative d'autonomie    RAM. Vols additionnels à partir de l'Europe: voici les détails (PHOTO)    Le projet de loi portant charte des services publics adopté à l'unanimité    Le chef du Hamas loue le rôle du Royaume dans la promotion de la paix    Botola Pro : Victorieux, le Raja revient à trois points du WAC    Championnat arabe d'athlétisme : les Lions de l'Atlas débutent avec 3 médailles au 1er jour    Botola / IRT-RCA (0-3) : Le Raja assure et se rassure    Législatives algériennes : les islamistes envisagent de faire partie de la prochaine coalition    Les Etats-Unis adoptent un jour férié commémorant la fin de l'esclavage    Le réalisateur marocain Chakib Benomar n'est plus    Le clip de la chanson est porté par Assaad Bouab : Jihane Bougrine sort «Serek F'Bir»    Exposition: Hé, voilà une abstraction ni arrogante ni froide !    Parution: roman trépidant d'une trahison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amazighité : El Fassi rectifie le tir
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 10 - 2005

L'AMREC a émis un communiqué condamnant des propos attribués au patron de l'Istiqlal concernant la langue amazighe. Abbas El Fassi réajuste son propos, estimant que ses déclarations ont été sorties de leur contexte.
L'Association marocaine de recherche et d'échange culturels (AMREC) dirigée par Brahim Akhiat est en colère contre Abbas El Fassi et le fait savoir. Via un communiqué, cette ONG condamne les propos attribués au secrétaire général du Parti de l'Istiqlal tenus lors des travaux de la 9ème université d'été de la jeunesse istiqlalienne. Abbas El Fassi, affirme l'AMREC qui se base sur des articles de presse, a déclaré que «le parti de l'Istiqlal combattra afin que l'amazighe ne soit pas une langue officielle au Maroc. Se basant sur cette déclaration, l'AMREC a émis un communiqué de plusieurs points rappelant que la question de l'officialisation de l'amazighe fait l'unanimité autant des composantes du mouvement amazigh que de larges couches sociales au vu de l'histoire du pays. Plus encore, selon l'association de Brahim Akhiat, les déclarations d'El Fassi sont une menace pour «la paix sociale et la sécurité culturelle». Contacté par ALM, Akhiat affirme que ce communiqué n'est qu'une première initiative pour informer les autres composantes du mouvement amazigh pour une plus grande mobilisation. Il ajoute que d'autres formes de protestations contre le chef de l'Istiqlal ne sont pas à écarter dans un avenir proche. Surtout, insiste le patron de l'AMREC, qu'il s'agit de propos attribués à un chef de parti, mais aussi et d'abord à un membre du gouvernement marocain. Pourquoi un tel communiqué, près d'un mois après ? Akhiat répond que son association attendait que Abbas El Fassi s'explique ou fournisse une rectification aux propos qui lui sont attribués. Rien de cela n'a été fait. Abbas El Fassi, dans un entretien à notre journal, balaie de la main toutes les accusations portées contre lui. Il commence d'abord par rappeler une «vérité historique». L'Istiqlal est le premier parti qui a défendu la culture et la langue amazighes. Allal El Fassi a été aussi le premier leader à proposer la création d'une chaire d'amazighe à la faculté des lettres», déclare Abbas El Fassi. «Nous ne sommes pas contre la constitutionnalisation de cette langue, mais nous proposons que la langue arabe soit maintenue comme langue officielle et qu'on ajoute que la langue amazighe est langue nationale», ajoute le patron de l'Istiqlal. Ce dernier incrimine ceux, parmi une «certaine presse qui ont tronqué ses déclarations» en les sortant de leur contexte.
Pourquoi un tel choix de la langue amazighe comme langue nationale plutôt qu'officielle ? Abbas El Fassi réplique qu'”avoir deux langues officielles reviendrait à diviser le Maroc en deux”.
Pour conclure, El Fassi déclare qu'il a beaucoup d'estime pour l'AMREC, mais que cette dernière n'avait pas à se baser sur des déclarations tronquées. Dossier clos ? Apparemment oui, avec cette clarification du chef de l'Istiqlal. Sauf si les associations du mouvement amazigh en décident autrement. Ces dernières, pour rappel, avaient véhémentement critiqué le département de Habib Malki au sujet de l'enseignement de la langue amazighe dans les établissements publics et les retards pris dans la concrétisation de ce chantier. En Algérie, c'est Bouteflika qui s'était mis à dos la Kabylie en déclarant, lors de la dernière campagne référendaire, qu'il ferait tout pour que la langue amazighe ne puisse jamais être hissée au rang de langue officielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.