Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les anges de Satan : Boulane est-il maudit?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 06 - 2006

Le film «Les anges de Satan» en tournage actuellement à Casablanca continue à susciter des remous. Après la colère de quelques musiciens du Boulevar'd, la prison de Oukacha a refusé le tournage de certaines scènes.
Le tournage du film «Les anges de Satan» ne se fait pas sans peine. Ce long-métrage en préparation du réalisateur Ahmed Boulane a provoqué certaines réactions auxquelles le cinéaste ne s'attendait pas. Pour commencer, l'équipe des Anges de satan s'est rendue sur la scène du Boulevar'd des jeunes musiciens qui s'est déroulé du 1er au 4 juin dernier à Casablanca. Objectif : prendre quelques scènes montrant les fans de la musique métal en train de jouer des séquences sur le podium. Les responsables du Boulevar'd ont autorisé Ahmed Boulane pour filmer sur place. «J'avais discuté avec le réalisateur et notre équipe n'était pas contre le principe de tourner sur la scène du Boulevar'd», affirme Hicham Bahou, l'un des initiateurs du Boulevar'd. Sur cet accord, le samedi 3 juin, le staff d' Ahmed Boulane débarque, installe son matériel et se met à l'œuvre. Au moment où les acteurs dans la peau des musiciens, voulaient monter sur le podium, ils se voient refuser l'accès. «Certains musiciens qui font partie de l'équipe du boulevar'd nous ont interdit l'accès, ils commençaient à ranger leur matériel», déclare Driss Roukh qui incarne le personnage de Kader, le rôle principal du film. Pour rappel «les anges de Satan» revient sur le tristement célèbre procès des satanistes. Quatorze musiciens de métal avaient été acusés de pratiques satanistes. Ils ont été incarcérés à la prison de Oukacha. Après une pression de la société civile, ces artistes ont été finalement relâchés. Mais ils en gardent un souvenir amer. Selon Hicham Bahou, ce serait pour cette raison même que cette communauté des quatorze musiciens a mal perçu le film de Boulane. «Ils ne voulaient pas qu'on parle d'eux et de cet événement», a-t-il expliqué. Autre raison à cette réaction jugée impulsive : les costumes et le maquillage des comédiens. «Ces derniers étaient un peu exagérés, ces musiciens de métal inculpés dans cette affaire ne s'habillent pas du tout de cette manière, ils n'entrent pas dans cet esprit hard» ajoute Hicham Bahou. De nature colérique, Ahmed Boulane a mal réagi aux commentaires des musiciens qui avaient peur que son film tronque les faits et qu'il soit mal perçu. Contacté par ALM, Ahmed Boulane n'a pas souhaité revenir sur cet incident. Après le Boulevar'd cap sur la prison de Oukacha. Le réalisateur souhaitait filmer des scènes au sein de cet établissement pénitentiaire. Après une autorisation de la direction de la prison, l'équipe des Anges de satan a programmé deux journées le 12 et 13 pour le tournage. Le premier jour, pas de pépins, mais la deuxième journée s'annonce autrement. «Les responsables ne nous ont pas laissé tourner à l'intérieur des parloirs», raconte Driss Roukh. Les scènes ont donc été reportées. Selon le directeur de la prison de Oukacha Mohamed Belazria, la scène du parloir n'était pas mentionnée dans la lettre du réalisateur. «La lettre envoyée au ministère de la justice pour obtenir l'autorisation ne mentionnait à aucun moment le tournage à l'intérieur des parloirs». Et d'ajouter : «Il s'agissait de tourner uniquement à l'intérieur d'une cellule vide et dans les couloirs». D'où le refus catégorique des responsables de Oukacha. Aujourd'hui, il suffirait, selon Mohamed Belazria, que le réalisateur adresse une autre lettre au ministère de la Justice pour poursuivre le tournage des scènes voulues. La fin du tournage des «Anges de satan» est prévue pour le 12 juillet.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.