Casablanca : Cinq individus arrêtés pour possession et trafic de comprimés psychotropes    PLF 2020 : la première partie adoptée par la Chambre des représentants    Concurrence. Comment peut-elle contribuer à la croissance ?    Benchaâboun : Les caisses de retraite doivent « se réveiller »    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    Sports équestres : Le championnat des jeunes chevaux, barbes et arabes barbes au Domaine de Sidi Berni    Mohamed Berrada appelle à agir en faveur de l'entreprise de presse    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    En pleine guerre commerciale, l'économie chinoise souffre    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Gabon au Maroc    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Université Al Akhawayn : Passation de fonctions entre Driss Ouaouicha et Amine Bensaid    Distinction : M. et Mme Benjelloun, des personnalités visionnaires    Le groupe BCP mobilise 300 millions d'euros pour la Côte d'Ivoire    Sponsors, attention à vos poches!    Semaine de la cuisine italienne dans le monde : Forte participation marocaine à la 4ème édition    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    Météo : Chutes de neige et vague de froid au menu…    Autisme. Moussali accélère la prise en charge    Evasif sur la Syrie, Trump loue le travail de son « ami » Erdogan    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    Les synagogues de Mogador, des lieux vivants où la mémoire dialogue avec l'histoire!    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    La réponse du berger à la bergère : La FRMSS n'y va pas avec le dos de la cuillère    Les activités de Google en matière de santé suscitent des inquiétudes aux Etats-Unis    Emmanuel Dupuy : Les Etats prennent conscience de l'enjeu stratégique d'Internet    Divers    Participation marocaine au Forum de Paris sur la paix    Insolite : Dispositif anti-oubli de bébé    Driss Lachguar et Habib El Malki rendent visite à Mohamed Lahbabi    Des fossiles donnent de précieux indices sur notre évolution vers la marche    Le vapotage n'est pas sans risque pour le système cardiovasculaire    La Libye veut s'inspirer de l'expérience pionnière du Maroc en matière de développement de l'investissement    Autorisations accordées aux salariés étrangers : Il y a chiffres et chiffres    Divers Economie    David Villa prend sa retraite    Tottenham intéressé par Hakim Ziyech    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Claudia Wiedey : Le cinéma, un vecteur important pour le renforcement du dialogue entre les sociétés    "Cinéma et opérette", thème de la 9ème édition des Journées cinématographiques des Doukkala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les anges de Satan : Boulane est-il maudit?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 06 - 2006

Le film «Les anges de Satan» en tournage actuellement à Casablanca continue à susciter des remous. Après la colère de quelques musiciens du Boulevar'd, la prison de Oukacha a refusé le tournage de certaines scènes.
Le tournage du film «Les anges de Satan» ne se fait pas sans peine. Ce long-métrage en préparation du réalisateur Ahmed Boulane a provoqué certaines réactions auxquelles le cinéaste ne s'attendait pas. Pour commencer, l'équipe des Anges de satan s'est rendue sur la scène du Boulevar'd des jeunes musiciens qui s'est déroulé du 1er au 4 juin dernier à Casablanca. Objectif : prendre quelques scènes montrant les fans de la musique métal en train de jouer des séquences sur le podium. Les responsables du Boulevar'd ont autorisé Ahmed Boulane pour filmer sur place. «J'avais discuté avec le réalisateur et notre équipe n'était pas contre le principe de tourner sur la scène du Boulevar'd», affirme Hicham Bahou, l'un des initiateurs du Boulevar'd. Sur cet accord, le samedi 3 juin, le staff d' Ahmed Boulane débarque, installe son matériel et se met à l'œuvre. Au moment où les acteurs dans la peau des musiciens, voulaient monter sur le podium, ils se voient refuser l'accès. «Certains musiciens qui font partie de l'équipe du boulevar'd nous ont interdit l'accès, ils commençaient à ranger leur matériel», déclare Driss Roukh qui incarne le personnage de Kader, le rôle principal du film. Pour rappel «les anges de Satan» revient sur le tristement célèbre procès des satanistes. Quatorze musiciens de métal avaient été acusés de pratiques satanistes. Ils ont été incarcérés à la prison de Oukacha. Après une pression de la société civile, ces artistes ont été finalement relâchés. Mais ils en gardent un souvenir amer. Selon Hicham Bahou, ce serait pour cette raison même que cette communauté des quatorze musiciens a mal perçu le film de Boulane. «Ils ne voulaient pas qu'on parle d'eux et de cet événement», a-t-il expliqué. Autre raison à cette réaction jugée impulsive : les costumes et le maquillage des comédiens. «Ces derniers étaient un peu exagérés, ces musiciens de métal inculpés dans cette affaire ne s'habillent pas du tout de cette manière, ils n'entrent pas dans cet esprit hard» ajoute Hicham Bahou. De nature colérique, Ahmed Boulane a mal réagi aux commentaires des musiciens qui avaient peur que son film tronque les faits et qu'il soit mal perçu. Contacté par ALM, Ahmed Boulane n'a pas souhaité revenir sur cet incident. Après le Boulevar'd cap sur la prison de Oukacha. Le réalisateur souhaitait filmer des scènes au sein de cet établissement pénitentiaire. Après une autorisation de la direction de la prison, l'équipe des Anges de satan a programmé deux journées le 12 et 13 pour le tournage. Le premier jour, pas de pépins, mais la deuxième journée s'annonce autrement. «Les responsables ne nous ont pas laissé tourner à l'intérieur des parloirs», raconte Driss Roukh. Les scènes ont donc été reportées. Selon le directeur de la prison de Oukacha Mohamed Belazria, la scène du parloir n'était pas mentionnée dans la lettre du réalisateur. «La lettre envoyée au ministère de la justice pour obtenir l'autorisation ne mentionnait à aucun moment le tournage à l'intérieur des parloirs». Et d'ajouter : «Il s'agissait de tourner uniquement à l'intérieur d'une cellule vide et dans les couloirs». D'où le refus catégorique des responsables de Oukacha. Aujourd'hui, il suffirait, selon Mohamed Belazria, que le réalisateur adresse une autre lettre au ministère de la Justice pour poursuivre le tournage des scènes voulues. La fin du tournage des «Anges de satan» est prévue pour le 12 juillet.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.