Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Le Maroc premier dans la région MENA    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Explosion de gaz en Chine: au moins trois morts    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nadia Yassine : un discours maquillé et à peine voilé
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 07 - 2006

La fille et porte-parole du dirigeant d'Al Adl Wal Ihssane, Cheikh Yassine, cherche à succéder à son père à la tête du mouvement islamiste interdit.
Nadia Yassine, fille et porte-parole de cheikh Abdesslam Yassine, le dirigeant spirituel du mouvement islamiste Al Adl Wal Ihssane, a multiplié, ces derniers temps, les voyages à l'étranger. En Europe, comme aux Etats-Unis où elle a effectué dernièrement une tournée, elle a multiplié les déclarations sulfureuses où elle dénonce la situation de son mouvement au Maroc qu'elle tente de faire apparaître comme un cas de violation de la liberté d'opinion et d'expression.
Après avoir affiché publiquement à travers un entretien à un hebdomadaire de la place la volonté de son mouvement de voir le Maroc devenir une république islamique. Cette même thèse, elle l'a vendue à maintes reprises à certains médias occidentaux notamment en Espagne et aux Etats-Unis. En France, par contre, son discours n'a pas trouvé preneur. A l'exception, évidemment, de Jean Pierre Tuquoi. Une exception pas étonnante.
Parfaitement bilingue, elle veut incarner la modernité au sein du mouvement interdit tout en peaufinant son image auprès de certains pays étrangers dans l'espoir inavoué de succéder à son père.
Visage souriant, soigneusement maquillée mais sans jamais se départir de son voile, elle aime voir sa photo dans la presse étrangère comme pour signifier à la garde rapprochée de son père qu'elle bénéficie de la sympathie au-delà des frontières.
Tant de choses ont été écrites sur cette femme qu'on présente parfois comme la future héritière de cheikh Yassine.
Toutefois, le charme de Nadia Yassine n'opère pas sur tout le monde. Dans un article paru dans le quotidien français "Libération", la journaliste José Garçon résume la stratégie de l'égérie d'Al Adl Wal Wal Ihssane en quelques lignes : « Incarné par Nadia Yassine, la fille du cheikh, le mouvement interdit Justice et bienfaisance cherche à polir son image à l'étranger. »
En passant en revue les prises de position de la porte-parole du dirigeant spirituel d'Al Adl Wal Ihssane, José Garçon souligne un point important. « La dirigeante islamiste est encore moins diserte sur le programme précis de son mouvement et sur son mode de gouvernance. C'est le seul sujet où une solide langue de bois se substitue à des détails qui pourraient fâcher », écrit la journaliste.
Pourtant c'est sur ce point précis que la première dame des islamistes d'Adl Wal Ihssane doit avoir un discours clair et net. C'est facile de dénoncer, de critiquer, d'accuser à tort et à travers un système politique d'un pays. Avant de se dire démocrate, il faut d'abord l'être et prouver son attachement à la démocratie. Nadia Yassine, le sait. Mais sur ce sujet, elle préfère brouiller les pistes. À part cela, elle se donne la liberté de débattre de tous les sujets. Elle affirme avoir un discours sur la politique, l'économie, la réforme constitutionnelle, les relations internationales et les malaises sociaux… Elle est experte en tout. Pourtant, toute la littérature d'Al Adl Wal Ihssane ne met sur la table du débat national aucune idée concrète ayant une vraie portée socioéconomique. Tout se repose sur le rêve, la vision et les délires du cheikh.
Tantôt, elle loue les nouveautés apportées par le nouveau code de la famille,tantôt elle les critique. Elle dénonce la violence un jour et le lendemain elle fait l'apologie des actions terroristes du Hamas même si ce dernier fait des victimes civiles.
Cependant, toutes ses sorties médiatiques ont un point commun : la provocation. La provocation dans le seul but d'être sous les feux des projecteurs.
Nadia Yassine veut être une star. Et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Nadia veut jouer dans la cour des grands. Pour ce faire, elle n'hésite pas à accepter l'invitation américaine de se rendre aux Etats-Unis, le "diable américain".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.