Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Police : Les GUS passent à la trappe
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 10 - 2006

La Direction générale de la sûreté nationale a décidé, hier lundi, le redéploiement des Groupes urbains de sécurité. Policiers et moyens matériels seront remis à la disposition des différents services de la DGSN.
Les Groupes urbains de sécurité (GUS) passent à la trappe deux années, jour pour jour, après leur lancement officiel dans le cadre d'une stratégie de proximité voulue par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Dans un communiqué diffusé, hier lundi, cette dernière ne parle pas de "démantèlement" ou de "dissolution", mais plutôt d'un "redéploiement" qui intervient dans le cadre de l'"optimisation des ressources humaines". Selon la DGSN que Cherki Draïss chapeaute depuis près d'un mois, les effectifs et les moyens matériels, mis précédemment au service des GUS, vont être dispatchés sur les divers services (sécurité publique, services de la police judiciaire et police de la circulation).
Ni les modalités de ce redéploiement ni le calendrier nécessaire pour le retour des GUS "à la normale" n'ont pas été précisés par la DGSN. Interrogée hier matin par ALM, une grande partie des responsables sécuritaires dans plusieurs villes disaient ne pas être au courant de la décision de leur direction, mais que des "rumeurs persistantes" allaient dans ce sens. Toutefois, ces responsables ne cachent pas une certaine satisfaction de la décision prise par leur hiérarchie et estiment qu'elle va résoudre, en partie, les problèmes de sous-effectifs dont souffrent la totalité des services de police depuis le "départ volontaire" de plusieurs centaines de leurs éléments. Ces problèmes se poseraient notamment dans les grandes villes et essentiellement à Casablanca, Rabat et Fès.
Selon des informations, non confirmées par les responsables de la DGSN, la "dissolution" des Groupes urbains de sécurité pourrait être synonyme de l'abandon du système des "3X8" (trois roulements de huit heures) qualifié de "harassant" et de "contre-productif" par plusieurs responsables.
Le "retour des GUS aux casernes" marque la fin du projet de réformer la police dans le sens d'une plus grande proximité. Lancés le 17 octobre 2006, les GUS (dont les éléments ont subi une formation spécifique ou un recyclage à l'école de police de Kénitra) étaient habilités à traiter toutes les affaires ayant trait à la sécurité des biens et des citoyens: lutte contre la criminalité, circulation, maintien de l'ordre public et secours aux populations quand la nécessité s'en fait sentir...
Fin 2006, le nombre des GUS devait atteindre 33 mais ils n'a pas dépassé la vingtaine. Chaque Groupe urbain de sécurité compte près de 200 éléments répartis entre différentes unités mobiles qui se déplacent à bord de voitures tout-terrain, des motos et des fourgons avec les équipements nécessaires pour toutes sortes d'interventions. Le nombre des éléments affectés aux GUS devait atteindre plus de 6.000 policiers à fin 2006 déployés dans quelque 1.000 PPP (Postes de police de proximité).
Accueillis avec beaucoup de soulagement par les citoyens qui les considéraient comme un "acquis" pour leur sécurité, les GUS ont fini par être au centre de plusieurs critiques au point de figurer, malgré leur "jeune âge", dans les rapports d'ONG nationales et internationales de défense des droits de l'Homme. Ils ont été montrés du doigt pour leur propension à recourir à la manière forte. A Laâyoune, en 2005, deux éléments des GUS (un officier et un policier) sont toujours détenus en relation avec la mort de Hamdi Lembarki. Les Groupes urbains de sécurité ont également fait l'objet de plaintes dans plusieurs autres villes du Maroc et notamment à Salé, Rabat, Fès et Mohammédia. Des escarmouches avec les populations ont, à maintes reprises, dégénéré en confrontations ouvertes comme cela a été le cas, à plusieurs reprises, au quartier "Takaddoum" à Rabat ou dans les quartiers populaires de Mohammédia.
En l'absence des GUS, les Forces auxiliaires retrouveraient-elles le rôle qu'elles jouaient en matière de "sécurité de proximité" ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.