Taxe de solidarité. Elle est où la justice sociale?    PLF2021: Budgets sectoriels, démarrage de la valse des ministères    Fitch ratings. El Othmani prend pour (son Investment) grade    Marocains du monde : des concertations pour étudier les moyens de fournir un logement    Média algérien : Abdelmadjid Tebboune souffrirait de sérieux problèmes cérébraux    Grippe saisonnière: Vaccin, vers un remake de la « piraterie » dans les aéroports?    Résidents étrangers au Maroc : Des titres de séjour de nouvelle génération    Sahara marocain : La France appelle à ne pas entraver le trafic commercial et civil à Guerguerat    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Clusters dans les mosquées: la mise en garde d'un responsable    Disneyland Paris. Une fermeture qui annonce un autre confinement début 2021    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    Températures prévues pour le samedi 31 octobre 2020    Météo : ciel dégagé au Maroc ce samedi 31 octobre    Sahara marocain : Les Américains reconfirment leur appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Le Maroc signe deux accords de coopération avec le Rwanda    Le Gabon réitère son appui à la marocanité du Sahara    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Turquie : la nostalgie du Califat    La journaliste Kaima Belouchi endeuillée    Evolution du coronavirus au Maroc : 3256 nouveaux cas, 215.294 au total, vendredi 30 octobre à 18 heures    Al Hoceima : Un couvre-feu nocturne et de nouvelles mesures à partir de dimanche soir    Séisme : Des morts et blessés à l'ouest de la Turquie    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux violeurs mis hors d'état de nuire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 02 - 2007

Malika a été agressée par deux malfrats qui l'ont violée à tour de rôle. Ils ont été condamnés à six ans de réclusion criminelle par la Cour d'appel de Casablanca.
Malika n'a pas été gâtée par la vie. Née à Ben Guérir au sein d'une famille de onze personnes dont cinq garçons et quatre filles, elle a été mariée de force à l'âge de vingt-quatre ans et répudiée contre toute attente deux ans après sa grossesse.
«Il faut que tu gagnes ta vie, Malika, tu es actuellement mère, et ton petit enfant a besoin de dépenses que tes parents ne peuvent pas supporter», lui a conseillé l'une de ses amies.
La seule solution pour elle : s'en aller tenter sa chance sous d'autres cieux. Elle a emprunté une modique somme d'argent, pris ses maigres affaires et son enfant et s'est dirigée vers Casablanca. Un garçon de café, issu du même quartier qu'elle, lui donnera un coup de main pour s'installer dans la mégalopole. Elle a loué une chambre à Hay Hassani et a pris l'habitude de confier son enfant à sa voisine pour passer sa journée au «Moukef» de la rue d'Agadir en quête de travail. Elle arrivait à peine à gagner de quoi payer son loyer, se nourrir et subvenir à ses besoins. Mais, elle ne s'en préoccupait pas outre mesure, se contentant de se laisser vivre en attendant des jours meilleurs. C'est plutôt les pires qu'elle aura à affronter.
Un soir, alors qu'elle était partie chercher du pain à la boulangerie, ce fut le drame. Dans une ruelle déserte, elle a entendu quelqu'un la suivre. Malika avançait précipitamment au point que la vitesse de ses pas dépasse celle des battements de son cœur. Elle marchait tout droit sans tourner la tête. Elle craignait d'être agressée ou violée par des malfrats. Certes, personne ne lui a fait du mal depuis qu'elle a mis les pieds à Casablanca, il y a deux ans de cela. «Mais tout est possible», pense-t-elle. La route est presque déserte et ouvre l'appétit aux délinquants.
Tout à coup, elle se rend compte qu'un jeune homme lui emboîtait le pas. Il s'approchait d'elle à vue d'oeil. Elle tourna alors la tête pour voir de qui il s'agissait. Elle reconnut alors Mohamed, un chômeur de vingt-six ans qui passait son temps à vagabonder et à se débrouiller pour payer sa drogue. Il était dans un état second.
Elle a hâté son pas, mais ce dernier a fini par la rattraper et l'a tirée vers lui et lui asséner plusieurs gifles. Elle a crié, demandé du secours, mais rien n'y fit. Pour la faire taire, il l'a violemment frappée ce qui a eu pour résultat de la faire tomber à la renverse et de perdre connaissance. Il l'a alors traînée jusqu'à un coin sombre, près d'un chantier de construction où son ami s'enivrait. Malika est revenue à elle et voyant Rachid, elle l'a supplié de la relâcher. En vain. Mohamed et son ami se sont mis à la molester. Ils lui ont ôté ses vêtements contre son gré et ont commencé à la violer à tour de rôle. Chaque fois qu'elle recommençait à pleurer à haute voix, l'un d'eux la maltraitait. Vers minuit, le duo a abandonné la malheureuse à son triste sort. Et elle est alors retournée chez elle dans un état lamentable. Le lendemain, sa voisine l'a encouragée à porter plainte contre ses violeurs. Ils ont été arrêtés.
Devant la chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca, ils ont nié toutes les charges retenues contre eux. Convaincue que les deux mis en cause sont coupables, la Cour les a condamnés à six ans de réclusion criminelle..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.